Aurait-on perdu le nord au PDS ?

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

A la décharge du Président Abdoulaye Wade, il existe bel et bien un ‘‘Plan B’’ au Parti Démocratique Sénégalais (PDS). Et c’est son Secrétaire Général National qui l’a décliné en son temps, exactement au moment où l’on agitait l’idée d’une candidature à la Présidentielle possiblement forclose du candidat désigné du PDS, Karim Wade.

\r\n\r\n

Celui-ci était alors sur le point d’être condamné, avant de l’être réellement, à une lourde peine d’emprisonnement, doublée d’une forte amende. Et le Président Abdoulaye Wade d’avertir, je cite en substance : « Nous n’avons qu’un candidat à la prochaine Présidentielle, Karim Wade… Sinon il n’y aura pas d’élections présidentielles sous le Président Macky Sall… » C’était il n’y a guère longtemps.

\r\n\r\n

Il convient d’ailleurs de noter que le ‘‘Plan B’’ du PDS est aussi le ‘‘Plan B’’ des Khalifistes, les partisans du Maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, qui n’ont de cesse de le crier haut et fort, de la bouche même de leurs leaders, notamment de Barthélémy Dias (aujourd’hui embastillé à la Maison d’arrêt de Reubeuss, comme son mentor).

\r\n\r\n

Or, ledit ‘‘Plan B’’ n’est rien moins qu’une invite, ou un appel, à l’insurrection, qui demande, pour ce faire, du cran ; c'est-à-dire de la détermination et du courage, peut-être même plus que cela, mais pas moins.

\r\n\r\n

Il va sans dire que, là, le Président Abdoulaye Wade en demandait beaucoup à ses militants et sympathisants, sans doute un peu trop.

\r\n\r\n

Aussi, les auteurs de la lettre fameuse, sollicitant du Secrétaire Général National du PDS la mise en place d’un ‘‘Plan B’’, en appellent-ils, en réalité, et en substance, à un ‘‘Plan C’’. Mais pourquoi donc un ‘‘Plan C’’ aujourd’hui ? Maintenant que la campagne de parrainage est ouverte, qui plus est depuis le 27 août 2018 ?

\r\n\r\n

Autrement dit, pourquoi ajouter de la crise à la crise face à l’adversité ?

\r\n\r\n

Qu’à cela ne tienne, voudrait-on vraiment, et sincèrement, d’un ‘‘Plan C’’ au PDS – maintenant que fatalement les dés sont jetés, pipés pour les uns, irréprochables pour les autres – que, déjà, certainement, l’on aurait songé à cet effet à des candidats entre autres candidats déclarés comme Pierre Goudiaby Atepa ou Cheikh Hadjibou Soumaré, respectivement ancien Ministre-Conseiller Spécial et ex-Premier ministre (le tout dernier d’une longue liste) du Président Abdoulaye Wade.

\r\n\r\n

Dakar, le 11 septembre 2018.

\r\n\r\n

Jean-Marie François BIAGUI

\r\n\r\n

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :