Avis d’expert ? Ou bien une simple lapalissade ? (V)

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

La fausse note ne survient jamais que pour révéler la quintessence de la symphonie et la valider

\r\n\r\n

Après l’émotion et le recueillement, puis les cérémonies d’adieu (officielle, religieuse et traditionnelle) dédiées au chef du protocole de la présidence de la République, Bruno Diatta, les proches et amis du défunt poursuivent la douloureuse épreuve du deuil, tandis que, pour sa part, la nature reprend ses droits. Et donc, aussi, avec elle, la politique.

\r\n\r\n

Or, la symphonie fut belle, pour avoir su amalgamer en chœur tous les sons et autres subtilités de cloches, lors desdites cérémonies d’adieu.

\r\n\r\n

Oui, elle fut belle, la symphonie, en dépit d’une fausse note, une seule, qui s’y glissa pour n’être perçue que par les oreilles sensibles.

\r\n\r\n

Synonyme de refus de prendre part aux obsèques de Bruno Diatta, sous prétexte d’un défaut d’invitation à cette fin ; ou bien, quand elle a eu existé, de ne l’avoir guère reçue à temps ; ladite fausse note, comme toute fausse note, ne survint, alors, que pour révéler la quintessence même de la symphonie d’une part, et la valider d’autre part. Au grand intérêt de la Nation et de la République.

\r\n\r\n

Qui plus est, en la circonstance, le simple faire-part eût suffi. Amplement ! Sous réserve toutefois de toute volonté contraire éventuelle du défunt, exprimée comme telle de son vivant.

\r\n\r\n

Bruno Diatta, disions-nous dans un précédent hommage à lui dédié, était l’illustration même de ce que c’est que de ne pas déserter l’Etat, quoi qu’il en coûte.

\r\n\r\n

Or, déserter de la sorte les obsèques de Bruno Diatta, c’est, déjà, déserter l’Etat, avant même d’y accéder possiblement bientôt.

\r\n\r\n

Dakar, le 28 septembre 2018.

\r\n\r\n

Jean-Marie François BIAGUI

\r\n\r\n

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :