Et si l’attentat de Niambalang était à la fois un acte « terroriste » et de la poudre aux yeux ?...

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Suite à la tuerie de Boffa-Bayottes, le 6 janvier 2018, où quatorze personnes avaient été massacrées par des hommes armés non identifiés à ce jour, l’armée avait envoyé des renforts en Casamance, suivis immédiatement de bombardements et de pilonnages à vue, en direction des bases réputées répondre du chef de guerre du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), César Aoute Badiate.

\r\n\r\n

Celui-ci apparaissait alors, en l’occurrence, comme l’ennemi public N°1.

\r\n\r\n

Or, cette opération militaire musclée a fait pchitt !...

\r\n\r\n

Il faut cependant se souvenir que César Atoute Badiate s’était opposé et continue de s’opposer à la caricature de négociations de paix dites de Rome, initiées en 2012, sous la médiation de la Communauté Sant’Egidio. Le paie-t-il de la sorte de nos jours ? C’est-à-dire avec cette opération militaire musclée de la part de l’armée ?

\r\n\r\n

Il faut se souvenir aussi que César Atoute Badiate est originaire d’Oussouye, dont il est le « chef de zone » incontesté, du moins dans le jargon du MFDC.

\r\n\r\n

Le département d’Oussouye, pour ceux qui l’ignorent, est une île, reliée au reste de la Casamance par le pont de Niambalang. Celui-là même qu’un acte « terroriste » visait, fort heureusement en vain, à faire sauter ce 3 mai 2018.

\r\n\r\n

De deux choses l’une : ou bien cet acte criminel est le fait de la mafia, qui a fini de s’installer en Casamance ; ou bien, en tant que tel, il a été conçu par des « éléments bien-pensants », qui rechercheraient ainsi, notamment avec un isolement quasi absolu du département d’Oussouye, à désigner ce « récalcitrant » de fils du Kassa, César Atoute Badiate, comme le coupable du crime, d’une part, et, de l’autre, à retourner les populations de la localité contre lui.

\r\n\r\n

A moins que cet acte criminel et « terroriste » n’ait été conçu, purement et simplement, comme de la fumée ou de la poudre aux yeux, à cette même fin.

\r\n\r\n

Dans tous les cas, sauf à faire insulte à l’intelligence, le MFDC, toutes factions confondues, ne saurait en être responsable, encore moins coupable.

\r\n\r\n

Enfin, nous condamnons avec la plus grande fermeté cet acte criminel et « terroriste ».

\r\n\r\n

Dakar, le 3 mai 2018.

\r\n\r\n

Jean-Marie François BIAGUI

\r\n\r\n

Président du Parti Social-Fédéraliste (PSF)

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :