SONKO N’EST PAS UN BON CAPITAINE POUR DIRIGER SUNUGAL

Blogs
  • Article ajouté le : 11 Vendredi, 2019 à 23h01
  • Author: Just ndiaye

SONKO N’EST PAS UN BON CAPITAINE POUR DIRIGER SUNUGAL

L‘événement Sonko prend de plus en plus de l’ampleur dans notre pays et certains mêmes vont jusqu’à dire le risque pour sonko de coiffer certains leaders politiques au second tour contre Macky. Mais quoi qu’il en soit Sonko n’est pas un bon capitaine pour diriger notre navire Sunugal. Ces sorties nous font craindre le pire une fois ce monsieur au pouvoir. L’une de ces décisions consistant à sortir du FCFA après avoir consulté les autres membres de l’uemoa est l’une des raisons qui prouve que ce Sonko ne sait pas ce qu’il fait. Il peut noter déjà que ni Alassane Ouatara ni IBK ni aucun des chef d'Etats de l'union ne le suivra, il risque d’être seul sur cette aventure . Pendant que l’on parle de l’union en Afrique, de consolider les grands ensembles, M. Sonko a des démarches incitant l’éclatement de l’Union particulièrement de l’UEMOA et tout simplement parce qu’il n’est pas d’accord sur le fait que la monnaie soit arrimée à l’euro par le biais de la France. C’est vraiment dommage que la vision de M. Sonko soit très limitée, ce n’est pas parce qu’on n’est pas d’accord sur un point qu’il faut quitter la barque. Si l’arrimage du FCFA à l’euro doit prendre fin ou pas, la décision doit se faire de manière responsable, unanime sous l’initiative de tous les pays membres afin de ne pas casser l’union.  Avec cette vision du tout ou rien, on se demande qu’est ce qui n’empêcherai pas Sonko (si président) de sortir de l’UA ou de la CEDEAO, parce qu’il n’est pas d’accord sur tels ou tels aspects de l’union. Sonko président risque d’isoler le Sénégal sur le plan international, parce qu’il ne cherche pas d’autre solution que quitter. Ce qui montre que Sonko n’est pas un bon chef. A supposé que le Sénégal ait sa propre monnaie, que sonko sache qu’il perdra tous les débarquements maliens au niveau du port de dakar, les maliens se détourneront au profit du port d’Abidjan, les activités commerciales avec les autres pays de la sous-région vont se détériorer car n’ayant plus de monnaie commune, sans compter le risque de non maîtrise de l’inflation. A la longue, la politique monétaire de M. Sonko risque de tuer l’économie sénégalaise. Gouverner c’est prévoir. Sortir du FCFA et affaiblir l’union, est la plus grosse erreur, le Sénégal avec son PIB de 16,37 milliards de dollars, loin derrière la cote d’Ivoire qui a un PIB de 40,39 milliards de dollars, risque d’avoir une instabilité économique et financière avec sa propre monnaie. Ce n’est pas parce que le Maroc, le Nigéria, l’Algérie, l’Afrique du Sud, ont leur propre monnaie que le Sénégal doit avoir sa propre monnaie, la situation économique du Sénégal et de ces pays est très différente. Quant au véritable problème d’une monnaie commune au niveau de la cedeao, il est relatif au Nigéria, qui avec un PIB (375,8 milliards de dollars) étant le double de l’ensemble des PIB des pays membres, veut contrôler la future monnaie de la CDEDEAO, ce que les autres pays membres déplorent car l'économie nigériane ne dépend en grande partie que du pétrole.

Parfois je me pose des questions, vu l’ampleur du phénomène Sonko, à savoir si ce monsieur n’est pas soutenu par des Monsieurs tapis dans l’ombre. Qui a intérêt à ce que l’hégémonie de la France prenne Fin en Afrique ?  Les RUSSES ? La Chine ? La TURQUIE ? En tout cas nous remarquons le même modus opérandi qui a été utilisé pour élire Donald Trump, par biais des réseaux sociaux, on manipule les vues, les like, les suivis, les amis etc …. sur facebook, on nous fait croire que ce monsieur Sonko est aimé et suivi par des millions de personnes pour déclencher le comportement moutonnier chez certaines personnes. Des « fake news » sont faits en l’endroit de Sonko pour le salir et ensuite sortir des info pour le blanchir ; méthode très efficace pour postuler un homme au-devant de la scène en martyr ou en hero, histoire de montrer « qu’on lui veut du mal alors qu’il est clean », de comploter sur du complot, de faire croire qu’il y a du complot contre sonko. En tout cas l’état du Sénégal ferait mieux de contrôler les réseaux pour éviter une ingérence étrangère dans les élections de 2019.

Le défi actuel du Sénégal et des pays africains est de mettre fin à l’ignorance, à éduquer nos peuples. Un peuple sans éducation ne peut pas se libérer de la domination. L’arme redoutable pour sa souveraineté est le savoir. Si Nelson mandela a tendu la main aux blancs après plusieurs années d'apartheid, par qu'il est conscient que le développement, la souveraineté ne peuvent prospérer sans l'éducation alors que le peuple zulu qui est derrière était un peuple qui ne savait ni lire ni écrire, un peuple qui ne savait savait que manier la pierre et combattre. L’Afrique subsaharienne est la seule partie du monde où le taux d’alphabétisation est en deçà de 50%., alphabétisation sans la quelle nous ne pourrons être souverain. Les "intellectuels" et les dirigeants ne doivent pas se tromper de cible, le savoir est la base de l’émancipation.


Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

Commentez cet article

Pseudo *

Votre commentaire :

Pseudo *

Mon commentaire *