Des hommes qui s’immolent devant le Palais de la République, un mauvais signe M. Le Président !

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Ce qui suit est la conclusion d'un article écrit en 2011, dans lequel Le Sociologue Rebelle s'indignait de l'ampleur que prend la "Lutte sénégalaise". Mais comme il le précise bien, au delà de ce sport, c'est le mode de gouvernance de nos dirigents qu'il remettait en question. 

"En définitive, retenons que l’expression « lutte sénégalaise » n’est qu’une métonymie, un prétexte. C’est la situation politique, économique et sociale qui était l’objet de cet article. Le Sociologue Rebelle est un patriote. Il interpelle implicitement l’ensemble des Sénégalais à prendre conscience de la gravité de l’heure. Ce souffle impétueux de rupture sociale qui frappe violemment les pays maghrébins n’épargnera (peut-être) pas le Sénégal. Tous les signes sont là pour le confirmer. Il suffit d’en faire bonne lecture, de décrypter les "siganux". Sa lecture à lui est très simple. Des hommes qui s’immolent devant le Palais de la République, cela veut dire, que le peuple accuse l’État d’être la source de ses malheurs; il veut qu’on entende son agonie. Des hommes qui s’immolent devant ce symbole, cela signifie, qu’aujourd’hui ce sont quelques personnes, quelques cadavres, mais demain ce serait propbablement beaucoup de Sénégalais qui seront confrontés à des tentations de suicide similaire. Pour l’instant, ce ne sont que des signes. Ils étaient pourtant prévisibles.

Quand un peuple a faim, quand il ya plus de chômeurs que de travailleurs, quand l’inflation frappe le pauvre et profite au riche en devenant source de distinction et d’inégalité sociale, la rêverie devient un crime, et la négligence un luxe à ne pas se permettre. Au nom d’Allah, au nom du Prophète de l’islam, au nom de Jésus, au nom de toutes nos Croyances, au nom de nos Institutions, le "gangster patriote" demande aux dirigeants de ce pays d’écouter le Cri du peuple, de se pencher sur leurs vrais problèmes. Billaahi wallaahi tallaahi le peuple souffre, en silence peut-être, mais il souffre quand même. Et son silence émet de petits bruits audibles pour qui sait écouter.

Président, écoutez votre peuple ! "

Le Sociologue Rebelle

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :