Macky Sall et la caricature : Paradoxe du \"respect de l\'humain\" et de la \"liberté d\'expression\"

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Mon avis sur l'histoire de photomontage et au-delà, la question des libertés :

15 personnes seraient arrêtées pour une histoire de photomontage (sumotori) ou caricature qui porterait atteinte à l’image du Président de la République.

Personne ne doit être au-dessus de la loi fut-il le Président de la République, qui est déjà assez bien protégé du reste. Mais cela va de pair que personne ne doit être brimé par la loi.

Je le dis d’emblée, je suis partisane du respect RECIPROQUE dans tout type de relation, quelle qu’elle soit. Je ne cautionne aucunement le manque de respect envers un citoyen, un parent, un enfant, un ami, une autorité, un subordonné etc.

Je ne cautionne pas le photomontage dont on parle parce que pour moi c’est irrespectueux. Seulement, je crois qu’il y a des actions que le droit ne doit pas juger.

De mon point de vue, cette histoire soulève plusieurs questions:

- Les libertés et protection de la vie privée et des données

La liberté d’expression est un droit fondamental de notre constitution. Elle est garantie par la loi et plusieurs textes régionaux et internationaux ratifiés par le Sénégal. Seulement elle est de plus en plus réduite à sa plus simple expression.

Par ailleurs si, comme certaines rumeurs le disent, des personnes ont accédé à des messages privés sur whatsapp jusqu’à ouvrir une enquête, est-ce à dire que nous n’avons plus de vie privée et que nos données peuvent être entre les mains de tous ? Que dit notre législation sur la question ?

- La morale

Si l’image en question est l’objet d’un screenshot ou d’un rapportage, c’est immoral.

Il est important de rappeler qu’une discussion en privé, avec une personne est un contrat de confiance. L’enregistrer, rapporter la conversation, faire un screenshot etc., surtout dans l’intention de nuire, est un abus de confiance et c’est immoral.

Notre société est de plus en plus dans le voyeurisme. Les gens courent à la recherche de « buzz », d’informations sensationnelles, de potins, de ragots, de médisance... Cela crée des problèmes que nous ne saurons pas comment résoudre. Une société, une relation où la confiance n’existe plus n’a plus de base. En qui avoir confiance ?

- La responsabilité

Les personnes qui communiquent, dénoncent, les internautes surtout, doivent être responsables et savoir que la liberté ne permet pas tout. Il est plus qu'urgent que les gens aient une bonne culture numérique et que cette société sache que tout n'est pas bon à dire ou faire. Il faut savoir raison garder et cela autant pour les citoyens que les dirigeants.

- Le respect et la bienveillance

Quand une grande majorité de la population vous a fait confiance pour diriger leur destinée, quand vous avez le sacerdoce de travailler pour vos concitoyens à n’importe qu’elle échelle de l’administration, quand de la cotisation de tous ceux que vous devez servir provient votre salaire, il est plus qu’important que vous les respectiez au plus haut point et que vous veillez à leur bien-être.

Cette histoire circule depuis quelques jours, elle n’est pas la première du genre, mais je n’ai pas encore lu quelqu’un en parler avec certitude. Que le conditionnel, pour ce que j’ai vu.

Pour d’autres histoires, l’Etat a communiqué à outrance, pensant peut-être que ce serait à son avantage. Le Procureur a même fait des conférences de presse mais depuis, aucune information sur celle-ci.

Un Etat doit respecter ses citoyens et être bienveillant avec eux.

- La constance

Je rappelle deux faits :

Le Président de la République a fait campagne en 2011 avec un photomontage de lui et Me Abdoulaye WADE, Président de la République à l’époque, avec des corps de lutteurs, entrain de lutter dans une arène.

Par ailleurs, lors des événements de Charlie Hebdo, dont la caricature a heurté, au moins, la foi de plus d’1,6 milliards de personne appartenant à la communauté musulmane, parmi lesquels 95% de la population dirigée par Le Président Macky SALL. Le Président s’était déplacé à Paris pour la marche pour la liberté d’expression, avait fait un communiqué officiel pour condamner et présenter ses condoléances (ce qui est humain) et l’administration, pourtant restrictive en matière de manifestations, en avait autorisé une pour ceux qui apportaient leur soutien à Charlie hebdo. Plusieurs membres du gouvernement et affiliés du pouvoir y étaient.

Alors, je ne pense pas que le Président de la République cautionne cette arrestation. Il ne peut pas la cautionner, la constance ne le permettrait pas, en tous cas.

Enfin, je dirai avec Amin Maalouf "A partir du moment où une population a peur, c'est la réalité de la peur qui doit être prise en considération plus que la réalité de la menace."

Et oui, la régression des libertés dans ce pays fait peur. Ce sentiment qu’on peut perdre la liberté d’un moment à l’autre fait flipper.

Avant qu’il n’y ait plus personne pour protester quand ils viendront nous chercher, disons quelque chose. Parce que oui, à ce rythme, tout le monde peut y passer.

#Libertésindividuelles #Responsabilité #Kebetu

Par Zeyna Njaay (Sociologue)

Dans Le Blog du Sociologue Rebelle

University of Bayla

Un peu confus

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :