Musique : Ndéyssaan, Queen Biz vous dit Bye Bye

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Malgré la distance qui nous sépare cela ne m’empêche pas de penser à toi

 

Certes je suis sur le chemin de l’aventure (estudiantine), n’empêche tu occupes toutes mes pensées 

 

Refrain : donc BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE

 

(hummm… musique instrumentale) 

 

Depuis toute jeune je ne connais que toi

 

Je n’ai connu personne d’autre que toi

 

En plus il n’y a qu’en toi que j’ai foi

 

Je n’ai confiance en personne d’autre

 

 

 

Refrain : donc BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE(musique instrumentale) 

 

C’est vrai, je vais poursuivre mes études à l’étranger

 

Mais, vois-tu, mon esprit n’est pas tranquille

 

Car je n’ai pas confiance en Mariam, je n’ai non plus pas confiance en Ndèye Ami

 

Ne décroche pas lorsqu’elles t’appellent

 

Ne vas pas dîner avec elles quand elles t’invitent

 

Refuse les avances des filles sur facebook

 

(musique instrumentale)

 

Je te connais depuis très longtemps, depuis bien longtemps

 

Depuis lors je suis restée patiente, très fidèle à toi 

 

Refrain : donc BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE (musique instrumentale)

 

 Ô toi mon amour, ne me fais pas pleurer 

 

La solitude est très dure

 

Ô toi mon amour, ne me rends pas malheureuse

 

Ici l’hiver est très dur

 

Chaque personne a des émotions qui lui sont propres

 

Chacun sait ce qu’il ressent

 

Chaque personne a des émotions qui lui sont propres

 

Chacun sait ce qu’il ressent (musique)

 

 C’est lui (mon amour) que je connais

 

C’est à lui que je suis attachée

 

C’est lui que j’aime

 

(musique instrumentale)

 

Plus le temps passe, plus je deviens folle de toi

 

Surtout lorsque je me remémore notre parcours

 

Oh mon Dieu ! L’étudiante (que je suis) est déjà très loin

 

C’est lui (mon amour) que je connais

 

C’est à lui que je suis attachée

 

C’est lui que j’aime

 

 (musique instrumentale) 

 

Ne te fais pas de souci mon bébé je te promets de ne pas te trahir

 

De toute ma vie je n’ai connu que toi

 

Donc attends-moi 

 

Refrain : donc BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE, BYE-BYE (x2)FIN !

 

 Traduction BYE-BYE 

 

Par Le Sociologue Rebelle

 

 Un temps pour se distraire, ça fait du bien
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :