Appel de Ndar : Éradiquons les abris provisoires !

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Le groupe Baajoordo, à l’issue de la table ronde portant sur « Le financement du secteur de l’éducation et de la formation en question » qu’il a organisée à l’UGB le mercredi 4 mai 2016 en collaboration avec le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES), 

considérant la jeunesse de la population du Sénégal : 52,7% de moins de 20 ans  avec un âge médian de 18ans ;  

considérant la faiblesse du niveau d’instruction de la population : 82,6% n’ont pas franchi l’enseignement élémentaire, 3% de diplômés du supérieur ;

considérant la croissance très rapide de la demande d’accès à l’éducation et à la formation : la population de 7 ans augmente annuellement de 2,7% et celle des candidats au baccalauréat de 11,55% ;

compte tenu du déficit élevé en salles de classe, en amphithéâtres et enseignants : 18% d’abris provisoires, des milliers de bacheliers sans place, 67% du volume horaire en vacation ;

compte tenu des contraintes budgétaires et économiques sans cesse évoquées par les autorités politiques pour le financement du système d’éducation et de formation ;

vu l’impérieuse nécessité d’universaliser l’accès à l’éducation, de hisser le niveau d’instruction de la population au baccalauréat au moins et de bien augmenter la proportion des diplômés du supérieur ;

a proposé aux participants la mise en place d’un Plan Jaangal Ñëp pour éradiquer les abris provisoire, lutter contre le vagabondage des enfants, résorber le gap infrastructurel au niveau supérieur, réduire le déficit en enseignants, mettre tous les jeunes du Sénégal dans les meilleures conditions d’apprentissage d’ici octobre 2021.

Dans ce but, le groupe prie le gouvernement de bien vouloir relever la part du secteur éducatif dans le PIB de 6% à 10 % afin d’aligner l’offre à la demande.

Il lance aussi un appel aux travailleurs, notamment aux salariés, à bien vouloir contribuer au financement du Plan Jaangal Ñëp en acceptant qu’une Contribution au Développement de l’Éducation (CDE) à hauteur de 1,00%, soit prélevée du salaire mensuel de chacun d’eux.

Il invite de même les entreprises à mieux œuvrer pour que l’École sénégalaise soit dans les meilleures conditions de fournir au pays les ressources humaines nécessaires pour sa compétitivité et son développement harmonieux. Une Contribution des Entreprises à la Recherche, à l’Innovation et à la Formation (CERIF), à hauteur de 0,25% de leur chiffre d’affaires, améliorera sans aucun doute les résultats de la formation.

En dernier lieu, le groupe Baajoordo estime que l’effort de toute la Nation est requis pour que l’École sénégalaise retrouve son lustre d’antan et que la Lumière soit la voie de tous !

 

Fait à Saint-Louis

Le 4 mai 2016

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :