Présidence de Macky Sall : vers une république monopolisée par parents et proches ?

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: diarra mame

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

''L'homme qu'il faut à la place qu'il faut'' !

C'est le nouveau slogan en vogue dans les rues de Dakar depuis l'accession de Macky Sall à la Présidence de la République laïque du Sénégal.

Cette aspiration populaire s'explique par une volonté de rupture avec les anciennes pratiques du régime sortant d'Abdoulaye Wade caractérisé par un mélange des genres et une main mise de l'omniprésente et toute puissante famille sur les affaires de la République.

Le Sénégal compte tout de même plus de 14 000 000 d'habitants, il va de soi que si les critères de compétence, d'expérience et d'efficience sont retenus dans le recrutement à des postes stratégiques ou dans l'attribution des marchés publics la République en sortira gagnante.

La rupture tant attendue et souhaitée par le peuple sénégalais avec la gestion familiale – confrérique – ethnique – sectaire du pouvoir aura t-elle lieu ? Le vote sanction (plus de 65% des votants) infligé par les sénégalais à l'encontre du clan Wade montre que les exaspérations étaient énormes.

Qu'en est – il aujourd'hui ?

Le nouveau président Macky Sall semble reproduire certains de ces erreurs. La presse s'est fait récemment l'écho de la nomination de Daouda Faye comme ministre conseiller, Mansour Faye délégué à la solidarité et d' Adama Faye comme chargé de mission à la présidence, leur point commun : être tous frères de Marème Faye donc beaux frères du président de la République.

À cela s'ajouterait la nomination d' Abdourahmane Seck, beau père du chef de l’État, comme président du conseil d'administration de la toute stratégique société PETROSEN.

Aliou Sall le jeune frère du président de la République vient de rafler 2 permis d'exploration de pétrole au large des côtes nord du pays réputées assez prometteuses et ce à peine 4 mois après la création de sa société.

Quid de l'expérience ? la compétence ? la bonne gouvernance ? la gestion transparente ?

C'est qu'en même une drôle de coïncidence de voir notre très cher et respectable Aliou Sall, journaliste de formation, créer une société juste 4 mois après l'accession de son frère au pouvoir et rafler 2 permis d'exploration en moins de 3 mois après la création de celle – ci !

descriptif de la société consultable sur le lien ci dessous :

http://www.creationdentreprise.sn/petro-tim-senegal-sau
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :