Sonatel ou le leader de la HONTE

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: mbourou pain

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

 

La Sonatel ou le leader de la honte

Voici un aperçu de quelques chiffres de Sonatel au cours des dernières années :

Années

2000

2005

2011

Chiffre d'affaires ( en milliards)

126

319,68

635,36

Résultat net (en milliards)

42

143

154,3

%ge résultat net/ CA

33%

45%

24%

Diidendes en milliards

29

69

145

Dividende/action

2 610

6 210

13 050

Effectif

1 470

1 955

1 919

En 2011, on parle de CA groupe dont 401 milliards réalisés au Sénégal

(Les chiffres sont en principe bons, enfin je crois, lol)

 

Ce qui alarmant c’est la STABILITE DES EFFECTFS entre 2005 ET 2011

Ce qui fait d’elle la première entreprise Sénégalaise et … dans le top 50 des sociétés africaines.  A part ça rien de nouveau à l’horizon. Une société de cette envergure se devait de participer activement au développement du pays, elle doit diversifier ses activités, devenir un conglomérat et partir à la conquête du continent. Au lieu de cela elle se contente :

-         De réduire « grave » sa masse salariale : En externalisant au maximum la plupart de ses services : les caissiers sont en général des intérimaires, ce qui fait d’eux des salariés pauvres (ou des emplois précaires) qui n’ont aucune garantie au niveau de banques et en plus d’avoir un avenir incertain.

-         De concentrer les meilleurs talents que le Sénégal ait connu et les obliger à se tourner les pouces : En effet c’est dans cette société que l’on retrouve les plus grands talents de notre époque. La plupart des Sénégalais qui ont été dans les meilleures écoles travaillent dans cette société : Des X, des normaliens, des Supelec, des DESCAE, des DUT… Cette société n’a réussi à pondre lors de ces dernières années que « la brillante idée de fractionner l’action de la Sonatel». Quelle lumière !!! Tout ça pour ça me direz-vous. « Les cracks se sont embourgeoisés et ont oublié leur rêve d’enfant, celui de relever le défi du développement »

-         De créer une fondation bidon qui comme la plupart des fondations n’apportent rien de concret, du mécénat du dimanche matin, financer des colloques pourries toutes moisies, mettre à la disposition de 10 étudiants, 10 bourses pour un total de 10 ou 15millions, acheter deux ambulances pour une des nombreuses bourgades que comptent le pays, acheter 20 PC pour la fameuse « case des tous petits » … c’est tout …. Je dis peut mieux faire. Ce qui me désole c’est derrière cette fondation utilise des phrases toutes faites du genre  « La Fondation Sonatel renforce ses actions dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la culture. Pour Sonatel, la mission d’un groupe international va au-delà de fournir des moyens et de services de communication.Tous ces slogans derrières lesquels se cachent la Sonatel, moi je dis que tous les ressortissants des villages le font, qui n’a jamais cotisé pour construire un poste de santé dans le village d’origine de ses parents ? Qui ? Et ce n'est pas ce qui empèche l'exode rural

-         D’amasser comme pas deux, des bénéfices colossaux tout en réduisant au maximum les innovations et en investissant que sur du non productif (bâtiment, voiture, antenne … ) : Elle se contente de copier à lettre les innovations « marketing » de ses concurrents et bénéficier de sa position de leader. Continuer de dormir sur tes lauriers, le réveil pourrait être difficile. 

Le slogan actuel : j’ai été visité leur site, la Sonatel, c’est :

-         280 milliards de contributions aux recettes fiscales (Ils ont dû rajouter la TVA je crois, et cette taxe ce n’est ni vous, ni vous salariés, c’est tout bonnement et simplement les consommateurs) :

-         150 milliards de chiffres d’affaires généré au profit des entreprises locales :

Ils ont oublié de dire :

-         Le nombre d’emplois détruits ou qu’ils ont volontairement refusé de créer ou décider d’externaliser (ce qui crée incommensurablement des emplois précaires, oui messiers dames, les sociétés d’intérim ne signes que des contrats intérimaires, pas de CDI hélas)

-         Le manque à gagner pour le Sénégal quand ils se partagent chaque année plus de la moitié des  bénéfices réalisés

-         Que le résultat net (après impôt) tourne autour de 35 % du chiffre d’affaires (une aberration) mais bon, au moins sur ce point, je ne leur tiendrai pas rigueur si les bénéfices étaient bien utilisés.

 

L’une des mérite de l’actionnariat de France Telecom, c’est que l’Etat ne peut pas nommer n’importe qui à la tête de cette société et faire n’importe quoi, comme ce fut le cas des ICS ou de la LONASE (loterie nationale qui est devenue déficitaire, j’ai beau me poser la question je n’arrive toujours pas à trouver une réponse cohérente)

Ce qu’on attend de la Sonatel(en tout cas en ce qui me concerne, wax rec nac la si meune) :

-         Les marchés ne se trouvent pas seulement que dans la télécommunication, elle doit devenir le conglomérat qu’elle se doit d’être,

-         Elle doit pouvoir se lancer dans la fabrication de téléphones adaptés à nos pays (ou du moins une partie de la production) et d'autres produits électroniques

-         Qu’elle fasse du social en recrutant le personnel nécessaire à son activité et qu’elle arrête  systématiquement d’externaliser les taches « ingrates »

-         De prendre des parts lorsque des sociétés nationales sont en difficulté (je pense notamment aux ICS)

-         De se lancer dans d’autres secteurs que sont les énergies renouvelables (Elle a le personnel pour relever ce genre de défi, encore faudrait –il lui lancer des défis), dans la transformation des produits agricoles (il manque au Sénégal un véritable leader de l’agroalimentaire qui viendrait en aide au monde agricole et la Sonatel vu les moyens dont elle dispose, en est capable et c’est rentable)

-         Travailler avec nos universités (elles commencent à pulluler de partout, ce qui peut être une bonne chose) pour favoriser la recherche, ce qui aboutira à des innovations pratiques. Que le Sénégal puisse avoir son propre institut de recherche et de développement qui n’aura pas de compte à rendre à Personne et qui vulgarisera ses découvertes par la création de d’outils pratiques pour les Sénégalais en particuliers et les Africains en général.

-         Qu’elle fasse ce qu'on attend d'un leader : MONTRER LA BONNE MARCHE POUR LE DEVLOPPEMENT DU PAYS, et arreter d'être juste une vache à lait pour France telecom

Les Marocains commencent à déferler sur le continent, s’ils y arrivent nous aussi Sénégalais nous devons orienter notre marché sur le continent, mais cela passe par la mobilisation de nos entreprises leader qui doivent se diversifier

Tout ce que j’écris n’engage que moi, enfin au moment où je l’écris….

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :