Du summum de l’indiscipline à l’utopie de l’émergence au Sénégal (Par Ciré Aw)

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Ciré Aw

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Du summum de l’indiscipline à l’utopie de l’émergence au Sénégal (Par Ciré Aw)

Du summum de l’indiscipline à l’utopie de l’émergence au Sénégal (Par Ciré Aw)

En tant qu’ensemble de règles et  de principes qui régissent les actes et les comportements d’un groupe ou d’une collectivité, la discipline est  non seulement la marque d’un peuple civilisé, mais elle constitue surtout une condition sine qua non  de tout développement.

A contrario, l’indiscipline en plus du fait qu’elle sape les fondements d’une émergence possible, elle constitue surtout  un  des symptômes d’une société alitée, corrompue, déclinante et  en manque de leadership.

Quelque nombriliste ou chauviniste que le  peuple sénégalais puisse être, il faut tout de même qu’il admette que le Sénégal souffre d’une indiscipline criarde qui frise l’insouciance voire la pathologie. Si notre  quotidien est rythmé par  des drames macabres causés par  des actes d’incivismes notoires, c’est non seulement parce que nos concitoyens se sont enlisés dans un laxisme maladif, mais surtout du fait que les instances politiques et administratives censées impulser la cadence disciplinaire ont failli à leur mission de  gestion rigoureuse des affaires publiques. On semble ne prendre rien au sérieux dans notre pays, tout est banalisé, négligé, justifié par une prétendue ‘’volonté divine ‘’au point que des actes d’une extrême gravité tels qu’enfreindre le code de la route, détourner l’argent du contribuable, violer systématiquement les mesures élémentaires de construction, polluer l’espace public entre autres sont à peine réprimandés et délestés de la responsabilité humaine.

 C’est à croire que l’indiscipline  est  culturelle pour ne pas dire cultuelle, car elle est tellement ancrée dans nos actions et nos comportements qu’elle apparaît même comme un phénomène normal à tel enseigne qu’un piéton puisse traverser l’autoroute  sans broncher, qu’un automobiliste  puisse  circuler à vive allure en sens interdit  sans s’alarmer, qu’un fonctionnaire puisse arriver  en retard ou s’absenter sans s’inquiéter, qu’un marchand puisse occuper l’espace public illégalement avec assurance, que des activités religieuses ou sociales soient organisées sur la voie publique anarchiquement sans choquer , qu’un médecin  abandonne ses obligations professionnelles au profit de ses intérêts privés : violant  le serment d’Hippocrate   , que des enseignants  soient devenus des adeptes de grèves cycliques au mépris de leurs missions pédagogiques et de l’avenir de leurs élèves tout  en continuant  à percevoir leurs salaires , que  des administrateurs et des gestionnaires  des deniers publics puissent  détourner l’argent du contribuable sans conséquences , que des entreprises choisissent délibérément de ne pas s’acquitter de leurs obligations fiscales impunément, que des députés puissent se donner en spectacle  à l’Assemblée nationale sans aucune sanction, que des hommes politiques et des ministres soient cités dans des scandales sans aucunes mesures disciplinaires. Bref, la liste des ‘’incivismes’’ est loin d’être exhaustive mais  ses conséquences sont dramatiques tant d’un point de vue  sociale, politique, qu’économique.

  L’indiscipline contribue  à aliéner la mentalité d’un peuple  dans la mesure où elle cultive l’irresponsabilité ou le sentiment d’impunité. Elle encourage la persistance de comportements laxistes consécutifs à une absence d’éducation civique ou à une violation outrancière des règles. Elle exprime surtout le sentiment d’un peuple en rupture avec la citoyenneté  ou chacun met ses intérêts privés au dessus de ceux de la collectivité. En vérité, l’indiscipline remet en cause profondément l’idée même de République  au sens de ‘’Respublica’’ ou de la chose publique du fait de sa propension à mépriser les lois communes aux  profits de désirs purement  égoïstes.

   C’est ce qui explique pourquoi   des étudiants pour revendiquer « leurs droits », vandalisent les biens communs  oubliant qu’ils sont le fruit de l’effort collectif, que des supporters mettent à sac les infrastructures sportives et agressent de pauvres innocents pour exprimer leurs frustrations, que  des adeptes de confréries  religieuses tympanisent leurs voisinages par des chants religieux improvisés , que des marchands ambulants  et des travailleurs informels squattent les lieux publics sous prétexte qu’ils doivent  « nourrir leurs familles » en ignorant pourtant qu’ils   vampirisent l’économie  et tordent le coup à la légalité  , que des citoyens  assainissent  leurs demeures et salissent  l’espace commun sans se rendre compte que la pollution affectera gravement leurs qualités de vie.

Dans le champ politique , l’indiscipline sévit  si sévèrement qu’elle  a généré  non seulement une profusion de formations politiques; mais elle a contribué à  briser les liens idéologiques des camarades et frères d’un même  parti  politique favorisant une transhumance débridée et opportuniste  brouillant ainsi les repères programmatiques  des partis  de sorte qu’ un militant d’obédience libérale  est capable de cheminer avec un socialiste , un communiste ou trotskyste de ‘’souche’’ .

L’indiscipline est telle que n’importe qui peut occuper une fonction au dessus de ses qualifications, s’arroger des prérogatives qui ne sont pas les siennes  à l’image de ses usurpateurs des médias ou de ses arrivistes de la communication qui, par un tintamarre insoutenable et une vulgarité immonde,  vicient l’espace publique.

Les statuts et les rôles sont tellement déréglés au Sénégal que   ceux qui sont censés  incarner la société civile semblent être de connivence avec le pouvoir en place ; les religieux naguère faiseurs de rois veulent  de leur part  s’installer au trône. Ce qui  est d’autant plus  intolérable : c’est que les autorités politiques, administratives et religieuses qui sont en principe  garant de l’ordre et de faire régner  par la force de la loi ou par la rigueur morale  la discipline sont loin d’être irréprochables d’un point  disciplinaire tellement leurs actes et leurs propos  sont aux antipodes de l’orthodoxie républicaine ou de l’éthique religieuse. Pour cause, l’argent du contribuable est dilapidé à tout bout de champ  dans des futilités du genre arène nationale ou dans des cérémonies prétendument religieuses apparentées à des  soirées folkloriques   alors que   des supers priorités dans les domaines de la santé, de l’éducation, des infrastructures et de l’agriculture sont rangées aux calandres grecques.

Autant dire que l’indiscipline sous toutes ses formes sociales, environnementales, économiques, religieuses, politiques  constitue un véritable frein à l’essor de notre pays, car  non seulement elle fragilise le sentiment nationale en fractionnant notre ’’volonté de vie commune’’ en  d’épars intérêts personnels, mais elle anéantit tous les efforts de développement.

Dés lors, il convient de rétablir la discipline  d’abord au niveau individuel, puis au niveau  collectif par le moyen d’une éducation à la citoyenneté en amenant chaque membre de la collectivité à comprendre que sa  survie ne peut se réaliser ou s’accomplir que par et dans le respect des lois de la République.

 Ceux qui  sont   réticents  à se  soumettre à la rigueur de la discipline par le biais de la pédagogie civique devront être contraints par l’autorité souveraine  par l’usage de la force légale à se plier scrupuleusement au respect des règles communes. Mais, ce qui est sans doute le  plus important pour discipliner nos compatriotes, c’est la  présence d’un leader charismatique et patriote capable de taire  ses penchants partisans,  ses désirs personnels    pour se mettre au service des intérêts suprêmes du pays sans ce cela l’émergence sera une  amère illusion.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :