LES VILLAGES DES COMMUNES DE DIARRERE, NGAYOKHEME ET TATTAGUINE (Département de Fatick) EXIGENT LE DEMMARAGE DES TRAVAUX DE BITUMAGE DE LA ROUTE KEUR MARTIN – WAKHALDIAM

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: Pierre Kama

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les villages riverains et usagers de l’axe routier Keur Martin – Wakhaldiam, polarisant les quatre communes : Tattaguine, Diarrère et Patar, zone considérée comme fief électoral du Président Macky SALL, s’apprêtent à jeter le manche après la cognée.

Etant plus d’une trentaine de villages regroupés autour d’un collectif pour réclamer le bitumage de ladite route,  les représentants de ces différents villages, après la marche pacifique qu’ils avaient organisée le 08 septembre 2018 à Diohine (qui avait vu la présence des milliers de personnes),  se sont retrouvés encore face à la presse ce mercredi 26 décembre 2018 au même lieu pour fustiger le comportement irresponsable des autorités vis-à-vis de la problématique liée à cette route et dévoiler d’autres plans d’actions pour la suite de leur noble combat qu’ils compte poursuivre jusqu’à l’obtention de gain de cause.

Après avoir tout donné au Président Macky SALL depuis son entrée dans la scène politique sénégalaise avec l’espoir qu’il ferait une priorité le bitumage de ce tronçon long de 27km, allant de Keur Martin à Wakhaldiam et traversant les gros villages de Diohine, Toucar et Ngayokhème,  étant depuis des lustres leur hantise, hélas, lui et ses hommes s’en servent pour tenir la dragée haute à ces populations à chaque approche d’élections en y menant des travaux/attrape-nigauds pour jeter de la poudre à leur yeux et après avoir obtenu ce qu’ils veulent, rangent tout dans leur tiroir pour une autres occasion similaire.

Las d’attendre indéfiniment la satisfaction de cette vieille doléance, ces jeunes très engagés ont, en bons citoyens disciplinés, rencontré tour à tour, le maire de Ngayokhème, celle de Diarrère, le Directeur Général de l’AGEROUTE, parlé avec le ministre de tutelle, avant d’écrire une correspondance à la Présidence de la République (et répondus favorablement par le Directeur de Cabinet de Cabinet du Président Me Oumar YOUM) à ce sujet, mais n’en récoltent toujours pas que des promesses comme à l’accoutumée.

Maintenant qu’ils n’en peuvent plus de ce calvaire causé par cette route très dangereuse même de par sa vétusté et en ayant marre de ces promesses en l’air, la seule chose qu’il leur reste maintenant est de tourner le dos au régime actuel aux prochaines joutes électorales, car ils (les autorités) n’ont aucune considération pour eux malgré les efforts constants qu’ils déploient toujours en leur faveur à chaque fois qu’ils en ont besoin.

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :