QUESTIONS SUITE A UNE SCENE PATHETIQUE RELEVANT PUREMENT DE L’IRRESPONSABILITE SENEGALAISE

International
  • Article ajouté il y a 17 octobre 2012
  • Author: pierre kama

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Avant-hier, j’avais été témoin d'une scène dramatique aux allures d’un triple « teuss » (fait divers) qui m’a poussé à mettre par ce texte sur la table des orfèvres en la matière cette problématique afin que la lanterne des sénégalais en soit éclairée. 

\r\n\r\n

Sur le chemin du retour à la maison vers les coups 20h, j’ai aperçu de l’autre côté du trottoir une foule encerclant un jeune garçon agonisant pour avoir été percuté avec son vélo par un bus qui a pu s’échapper sans être identifié (premier teuss)

\r\n\r\n


\r\nArrivé sur les lieux et après avoir demandé ce qui s’était passé, un gars qui m’y avait précédé m’a fait savoir que le pauvre garçon avait été heurté par un bus pendant qu’il revenait d’un entrainement. On a appelé les sapeurs pompiers il y a plus d’une heure mais ils ne sont pas encore arrivés a-t-il lâché entièrement angoissé (deuxième teuss)

\r\n\r\n


\r\nN’en pouvant plus face à la situation de la victime, gisant à même le sol et baillant d’agonie, un jeune homme qui passait pour son grand frère, après une trop longue attente dans l’orme des soldats du feu, avait dévoilé sa volonté de louer un taxi pour essayer de sauver la vie de son petit frère en le transportant dans un hôpital de la place, ce qui a fait sortir le policier qui y était en faction de ses gonds. Ce dernier l’avait sèchement menacé de dégager complètement ses responsabilités si jamais il (le frère de la victime) s’aventurerait à assister son pauvre petit frère de cette manière tandis que ça coulait de source qu’un secours archi-urgent lui était nécessaire (troisième teuss)

\r\n\r\n


\r\nMoi aussi, très indigné par cet état de fait et surtout affligé par ce triste spectacle qui s’offrait à mes yeux, j’avais décidé de me retirer sous peine de me retrouver en situation délicate en ayant maille à partir avec l'agent pour un comportement en porte-à-faux avec ses lois d'autant plus qu'il avait déjà montré ses dents envers une personne mieux placé que moi à dénoncer la criante lenteur des secours par rapport à une affaire où il était question de vie ou de mort. 

\r\n\r\n

Bien qu'ayant perdu mon latin, j’avais été là pendant au moins trente minutes avant de m'en aller. Durant ce temps passé là-bas en plus du celui mis avant mon arrivée et bien évidemment après mon départ aussi les secours n’étaient pas toujours arrivés. 
\r\nJe ne sais pas ce qui était advenu par la suite mais je demande aux experts dans ce domaine d’édifier les gens du comportement à tenir face à de telles situations où le sens du mot « responsable » a été triplement bafoué ici à mon avis par : 

\r\n\r\n


\r\n1) Le comportement des gens à bord du bus qui ont affreusement fui leurs responsabilités en n’ayant pas fait le moindre geste qui s’imposait et du coup avaient été complices de ce déplorable scénario.

\r\n\r\n


\r\n2. Quoiqu’on n’ait pu savoir le pourquoi du retard incompréhensible des sapeurs pompiers, on est tout de même bien fondé de douter quant à un traitement responsable du cas alors que leur caserne n’est pas si loin des lieux. Et le plus cocasse en est qu’ils (les firemen) étaient les seuls habilités à toucher à la victime en première instance du moins de l’avis implicite du policier en faction et par conséquent en charge du dossier. 

\r\n\r\n


\r\n3. Enfin la responsabilité à double tranchant dudit policier qui, au lieu de prendre ses responsabilités positives à faire venir le plus rapidement possible des secours, a bien menacé de dégager complètement les autres (responsabilités) du sens contraire si le frère de la victime se hasarderait à prendre les siennes (responsabilités) pour essayer de sauver la vie de son consanguin. Et surtout la recevabilité de la victime dans les hôpitaux sans se munir d’un quelconque papier émanant de l'agent ou d’un collègue. Maintenant, si dans ce cas, la victime risquait d’être repoussé par les hôpitaux faute de ce(s) supposé(s) papier(s), j’en déduirais que de tels papiers, vaudraient sans aucun doute mieux que la vie d’une personne accidentée. Sinon tous les moyens seraient bons pour que sa vie soit sauvée.

\r\n\r\n

Chers compatriotes, connaisseurs de la question en particulier, quelle attitude devra-t-on adopter au juste en pareille situation sur la base de ces trois cas de figure ?

\r\n\r\n

Et si la victime après être resté si longtemps sans recevoir de soins médicaux finissait par rendre l'âme surplace, à qui serait la faute (tout esprit de fatalisme exclu nakk) ?

\r\n\r\n

Sénégalaisement !!!

\r\n\r\n

Pierre Diégane Kama

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :