Quand les élites conspirent contre la démocratie, la société est en danger

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les intellectuels sénégalais sont-ils les complices du diable ? L’affirmative serait péremptoire, mais cela n’enlève pas à la question sa pertinence. Car, au regard de l’instabilité intellectuelle et morale de nos élites, il y a de quoi s’alarmer : le droit a cessé d’être une science, il est devenu un instrument pour entériner ou invalider les intérêts des uns et des autres. Or le danger est que le droit est le fondement même de notre vie sociale. Peut-on vraiment accepter que notre société soit assise sur les contingences d’un droit assujetti aux émotions et aux intérêts ? Un médecin peut être tricheur ou corrompu, il ne tuera que les malades ; un physicien aussi peut porter préjudice à des masses importantes s’il est dépourvu d’éthique scientifique ; c’est la même chose pour tous les autres scientifiques. Mais qu’un juge, un professeur de droit, un procureur de la république se permettent de mettre la science du droit au service de fins intéressées, voilà le véritable et unique danger pour la survie d’une société.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Une société peut vivre sans médecin, sans physicien, bref la plupart des sciences sont utiles à l’homme, mais pas indispensables à une société. Par contre une société sans droit est radicalement impensable, or pour faire et dire le droit, il faut des professionnels du droit, il faut la science du droit. « Ubi societas, ibi jus » : cette sagesse latine est une invite à la vertu républicaine et pas seulement l’affirmation de la nécessité des lois pour une société. La loi n’est digne de nous commander que si elle transcende nos intérêts et la courbure de notre nature. Sans la loi, notre vie arpenterait les chemins abrupts de la vie errante et bornée de certains animaux solitaires. Qu’est-ce qu’une loi qui changerait en fonction de nos intérêts individuels ? Une telle loi n’est-elle pas pire que l’absence de loi ?

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Dans le chapitre 7 du livre 2 du Contrat social, Rousseau, dans le souci de montrer la centralité et la sacralité de la loi a dit ceci : « Pour découvrir les meilleures règles de société qui conviennent aux nations, il faudrait une intelligence supérieure qui vît toutes les passions des hommes, et qui n’en éprouvât aucune ; qui n’eût aucun rapport avec notre nature, et qui la connût à fond ; dont le bonheur fût indépendant de nous, et qui pourtant voulût bien s’occuper du nôtre[1]...». Un législateur doit avoir deux vertus cardinales : xaragn ak manduté comme disent les wolofs. C’est impossible de faire des lois aux hommes si on ne les connait pas ; et c’est impossible de garantir la pérennité et la force de la loi si on ne connaît pas les passions humaines contre lesquelles elle est justement censée protéger les hommes. La sagesse et la vertu sont les qualités essentielles du législateur. En revanche, les passions et les intérêts sont à la loi ce que le virus est à l’organisme. Malheureusement notre société est aujourd’hui sur cette pente : elle est malade parce que son système immunitaire (à savoir le droit) est attaqué par des imposteurs du droit, des Lyssenko du droit.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

On ne peut pas bâtir une société avec des lois qui viseraient des individus, or depuis 2012 les observateurs de la scène politique sénégalaise constatent que des lois et même des cours de justice intuitu personae sont votée ou instituées. Ce fut d’abord la CREI, ensuite la condamnation et puis, comme des souris rongeurs, ils se sont infiltrés dans les subtilités démocratiques d’une majorité politique mécanique pour introduire la règle selon laquelle tout candidat doit d’abord être électeur. Au-delà de la barbarie intellectuelle qui sous-tend cette démarche, cette loi ouvre une brèche extrêmement dangereuse : la discrimination et la damnation définitive. Est-il raisonnable de laisser une majorité politique tailler les lois à sa guise pour simplement maintenir une position de pouvoir ?

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Ce qui fait surtout peur, c'est que certains pseudos exégèses font avec le Coran. la même chose que ce que les juristes tailleurs font avec la Constitution Le saint Coran est la parole de Dieu, mais au Sénégal, les intellectuels arabes, les marabouts et les produits de l’école française s’étendent pour faire de ce livre une exploitation idéologique et conjoncturelle. Les prêcheurs prêchent pour l’argent et les honneurs, les intellectuels défendent des positions à la place des idées et des causes, les arabisants sont devenus des parasites, et les marabouts se transforment sans gêne en receleurs de vilenies citoyennes. Le Coran est décontextualisé, banalisé ou extrapolé en fonction des intérêts du prêcheur. On ne prêche plus pour la cause de Dieu, on prêche pour sa chapelle confrérique ou politique. Un grand danger nous guette !

\r\n\r\n \r\n\r\n\r\n

[1] Soulignés par nous.

\r\n\r\n\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :