Enfin! Le Gouvernement du Sénégal engage la question de la prolifération des partis politiques...

Blogs
  • Article ajouté le : 08 Vendredi, 2015 à 16h05
  • Author: Usman TUREY

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Je suis agréablement surpris de voir que le débat sur la rationalisation des formations ou partis politiques au Senegal est devenu ces derniers jours, comme nous l'annonce la presse, une réelle préoccupation du gouvernement sénégalais après que beaucoup d'encres aient coulé durant ces cinq dernières années.  Nous avons été nombreux à fustigier cette effervescence de partis politiques qui à la limite détruisait la démocratie et l'unité nationale plus qu'elle ne les renforçait. Car il est tout simplement impossible pour un pays de moins de 15M de populations d'avoir plus de 200 partis politiques avec chacun un projet de société clair et tangible. La raison étant qu'il ne puisse pas y avoir autant de visions pour un peuple dont l'étroitesse politique, économique, culturelle et géographique permet sans peine de déceler les fondamentaux autour desquels il va falloir élaborer des programmes et projets.  Donc point besoin de cette mutlipartition irrationnelle qui en vérité, au delà de sa connotation démocratique, relève d'une faute morale et constitutionnelle car faudra-t-il bien le rappeler il est stipulé au niveau de la constitution sénégalaise que "le peuple sénégalais est UN et indivisible". Or cette kyrielle de partis politiques laissent apprécier que le Senegal est un peuple scindé, divisé en fonction de ses prises de positions politiques et idéologiques. Ce qui, par conséquent, enlèverait à notre devise (un peuple, un but, une foi) toute sa signification. Depuis trois jours le débat se poursuit a travers les médias. Et nous nous en réjouissons en tant que patriotes qui aimons voir tous nous leaders troquer leurs foulards d'égoïstes et d'opportunistes contre ceux d'altruistes, de patriotes et d'humanistes résolument engagés à servir la communauté en s'attelant à trouver des solutions sur-mesure aux souffrances et désidératas des sénégalais.  Merci d'avoir engager ce débat. Et SVP n'en faites une question de buzz médiatique. On n'a pas besoin de tout ce palabre cette fois-ci. Le palabre se fait sois le baobab comme disait Yves Ekoi Maizo. Ce que l'on attend de vous, Gouvernement, vu tous les pouvoirs qui vous sont légalement investis, c'est de prendre une décision, c'est d'arbitrer et de donner suite a cette préoccupation nationale.  #Le_Combat_Continue...

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :