De la solidarité familiale à la solidarité nationale au Sénégal

Blogs
  • Article ajouté le : 13 Jeudi, 2012 à 18h16
  • Author: Birame Ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les sénégalais ont changé jusque dans leur élan clanique de concevoir la famille au sens traditionnellement large et d'en assurer solidairement la marche. Incidemment, ils voient en l'État la ressource et l'interlocuteur pour la satisfaction des besoins immédiats. Cette aspiration à un État providence correspond moins à l’émergence de nouvelles exigences qu’à l'extinction progressive des courants classiques d’entraide.

Les cloisons érigés par les reflexes culturels concentrationnaires s’écroulent sous les ordres muets du modernisme. La citoyenneté est devenue de facto le moteur social de partage et de communion. Une relation d’amitié civique s’installe entre les populations, laissant aux pouvoirs publics le soin d’en assurer la fluidité.

La tutelle parentale, autrefois prompte à protéger de sa générosité, exerce de moins en moins son rôle d'assistance au groupe. Ce phénomène social génère un coût insidieux sur les dépenses publiques dès lors que la redistribution des richesses passe davantage par l'intermédiaire de l'État.

Le volume sans cesse croissant des affaires pendantes devant la justice renseigne sur la disparition rampante des mécanismes traditionnels de règlement des conflits et la complexité des rapports sociaux. Les chefs de quartier ou les regroupements de chefs de famille, dans les « Grand-Place », ont pourtant servi de tribunaux de première instance dans bien des cas.

N'a-t-on pas souvent vu la famille élargie des campagnes venir s'enquérir de quoi survivre aux périodes de soudure auprès de leurs mentors des villes ? Nous pouvons voir dans le bris de ce lien de solidarité le principal catalyseur de l'exode rural répulsif.

Ce sont par des mobilisations ponctuelles ou structurées que les citoyens, imprégnés des valeurs républicaines inoculées, manifestent anonymement leur sensibilité aux situations sociales de détresse. L’État sénégalais est devenu, par la force de cette institutionnalisation des rapports sociaux, le principal intermédiaire de l’expression de la fraternité.

Le pouvoir central ne peut pas se dérober de cette impérieuse charge de sécurité publique. L’accompagnement de l’émancipation aux valeurs traditionnelles par une politique adaptée de soutien aux ménages et la décentralisation des services communautaires de proximité s’imposent. Il y va de la réduction des externalités sur les finances publiques.

Birame Waltako Ndiaye

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :