Dépravation des mœurs : Quand les femmes et la foule s’en mêlent

Blogs
  • Article ajouté le : 25 Mardi, 2014 à 12h24
  • Author: Birame Ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les conditions matérielles de tempérance et de renoncement ont foutu le camp, les sénégalais sont rattrapés par la brutalité du désir et des passions de leur condition humaine. Ils ne sont pas plus dépravés, c’est qu’ils ne peuvent plus compter sur des remparts et balises socialement aménagés pour prémunir l’exubérance. Il a suffi que la suprématie des hommes décline, que les plus pauvres s’émancipent et que les perspectives d’avenir s’assombrissent pour que l’anonymat dans les centres urbains nous plonge, démunis, dans la quête désordonnée de reconnaissance et de gaieté.

La conquête expansive d’enchantement et de bonheur s’est simplement massifiée. Elle n’est plus l’apanage des hommes et des plus nantis. La bonne volonté des précepteurs et autres idéalistes n’y fera rien. Les hommes, autrefois auréolés, ont perdu le contrôle sur la mesure, le rythme et la direction des conventions sociales. Plus qu’un simple changement de repères, cette « crise des valeurs » traduit l’éclatement d’un système discriminatoire d’épanouissement et de plaisir.

La crise des valeurs est décriée aux quatre coins du pays comme si l’éventualité d’une cristallisation de la physionomie sociale était envisageable. Cette démarche contemplative et béate ne suffit pas à promouvoir l’idéal partagé de pureté et de piété. Les critères actuels de promotion individuelle exposent sans armure au relâchement dévergondé. Seul l’hypothétique rétablissement des conditions sociales de sobriété pourra ressusciter le regretté décor social aux allures et aux apparences exemplaires.

Les écarts, aujourd’hui décriés, avaient déjà cours légal dans les salons privés et autres lieux reclus. Ils deviennent seulement accessibles à un plus grand nombre en échappant au monopole de quelques factions. La bulle vient d’éclater en mile morceaux. Les femmes et les personnes défavorisées accèdent au domaine réservé, elles jouissent des « fruits défendus » et en colportent communément.

La gente féminine et les masses se rebiffent contre les astreintes à la retenue et à l’immobilisme. Les quelques régulateurs sociaux et moraux tels que la simplicité des unions et le plafonnage des convoitises sont noyés par le marché libéralisant. Libérées de la couronne de reine du foyer et précipitées dans les tranchées de la production marchande, les femmes sont davantage à l’écoute de leurs corps qu’à l’écoute des gardiens du temple. Elles s’autorisent, par la force des choses, des marges au-delà des balises qui contenaient, jusqu’alors, leur disposition à conquérir et à sentir.     

Les auxiliaires de l’ordre moral prônent l’adhésion aux valeurs telle une camisole de force à enfiler pour réprimer ravissement et sensualité étincelants. Ils perdent de vue que la posture du sénégalais nouveau tient davantage aux modalités d’accomplissement social qu’à  la froide appropriation des préceptes.

Célibataires endurcis par indigence chronique, enténébrées de désirs inassouvis et subtilement méprisés par leur entourage, Samba et Fatou s’affranchissent allègrement du diktat des conventions. Demba, de son côté, mystérieusement prospère, glorifié urbi et orbi et exempt de tout blâme pour solvabilité avérée, s’est toujours foutu des valeurs. Il les a toujours sèchement considérées comme instruments sur mesure destinés à contenir l’exaltation des plus vulnérables.

Birame Waltako Ndiaye

[email protected]

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :