La marche du PDS : un simple artifice

Blogs
  • Article ajouté le : 10 Lundi, 2014 à 03h49
  • Author: Birame Ndiaye

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Comme par hasard, le sommet de la Francophonie coïncide avec des minauderies de décadents. Le Parti Démocratique Sénégalais(PDS) veut se servir du sommet de la francophonie comme étalon pour nuire, compromettre et faire chanter. Nous devons également exiger de cette opposition une attitude responsable. La gêne dans la lecture des événements politiques au Sénégal, c'est notamment qu'on attend toujours du pouvoir des efforts de transparence sans jamais exiger des opposants une posture alternative responsable et respectueuse des institutions.

Alors même qu'il n’y avait ni sommet ni conférence internationale, le PDS, pris dans une léthargie post électorale, a cherché et trouvé dans l'argument sec des principes républicains un moyen détourné de survie et d’extase. Tout cela est destiné à nous tromper, Abdoulaye Wade et consort cherchent à faire peur. C’est la capacité des sénégalais à distinguer le relais de leurs revendications et l'instrumentalisation des principes républicains souvent creux et désincarnés qui est sollicitée.

La mise en œuvre des libertés d'expression ne traduit pas le déroulement sournois d'un calendrier de déstabilisation. Ce n'est pas bafouer de telles libertés que de faire la part des choses entre l'action légitime de conquête du pouvoir et la falsification du droit d'expression à des fins d'otage et de supercherie. Il est question de confronter l'esprit des lois à la nécessité de veille et de sécurité publique pour barrer la route aux opportunistes flambeurs.

Le choix du PDS de marcher pendant que le Sénégal s’est engagé à réussir une rencontre d’envergure internationale renseigne sur son obsession à détruire pour exister. Leur laisser le champ libre, c’est cautionner par faiblesse des manœuvres destructrices de l’image du Sénégal. Le grenier d’où ces conspirateurs tirent leurs subsistances et leur force de nuisance est dans le chaos et la confusion des rôles. L’argument séduisant des libertés ne résiste pas à l’âpre devoir de défense des intérêts communs.

La recherche de logique interne dans le discours pousse la société civile et la presse à défendre du bout des lèvres le droit de manifester. Ne savent-elles pas que cette logique dynamique n’est pas tant dans la lettre que dans l’intention citoyenne des acteurs politiques? L’appréciation du mobile des activités et des participations de notoriété publique incombe à l’autorité. L’évaluation du bon jugement des élus et de leurs instances administratives revient au peuple.

En invoquant d’hypothétiques valeurs républicaines sans égard à l’intérêt ponctuel et manifeste de la nation, le PDS s’improvise lâche faussaire. Encore une fois, les conditions pratiques de changement sont compromises par la rhétorique bien sénégalaise à se calibrer aux émeutiers de 1789 aux dépens des exigences réelles d’émancipation sociale.

Birame Waltako Ndiaye                                                               

[email protected]

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :