Tolle autour des declarations de Idrissa Seck: Manque notoire de culture politique chez les senegalais et chez nos leaders!

Blogs
  • Article ajouté le : 28 Jeudi, 2013 à 17h13
  • Author: Cheikh Dia

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Un fait assez troublant est entrain de se derouler au Senegal a l'aune du premier anniversaire de l'ascension du President Macky Sall qu'il merite qu'on s'y attarde tres longuement car la democratie senegalaise est entrain de mourir et ce par la main des senegalais et de leurs leaders politiques de tous bords, du pouvoir et de ses allies comme de l'opposition. On est en entrain d'assister impuissamment a la perversion et au fossoyage de la democratie senegalaise tant celebree et a juste titre et cela est du au manque criard, beant de culture politique et democratique et chez les senegalais et chez nos leaders politiques sinon comment expliquer toutes cette cacophonie et levees de boucliers suite aux declarations de Mr Idrissa Seck.

Quiconque n'est pas embarrasse, gene ou confus par ce qui se passe actuellement au sein du gouvernement et au sein de la coalition Beeno Bokk Yakaar ne comprend absolument rien a la situation politique du pays. L'exigence premiere des politiciens senegalais doit etre de convaincre le peuple senegalais que le Yonou Yokoute est sur la bonne voie. Et pour etre convaincant, pour etre persuasif nous devons etre croyable; pour etre croyable nous devons etre credible; et pour etre credible nous devons etre veridiques, Nous devons dire la verite aux senegalais et nous dire la verite a nous meme meme si nous sommes membres du meme parti politique, de la meme coalition ou du meme gouvernement. L'obligation majeure de tous les politiciens senegalais de quel bords qu'ils soient doit etre de ne pas offrir des slogans, Yonu Yokute, Patrie avant le parti, Rupture etc... comme les solutions aux problemes nombreux des senegalais. Quoiqu'on puisse dire la position de Rewmi et de son leader le president Idrissa Seck de dire la verite au President Macky Sall et a leurs allies de Beeno et advienne que pourra; et la ferme volonte des rewmistes de garder leur “liberte de ton” qu'ils considerent inherente a leur parti est salutaire et signale une vraie rupture avec ce qui se faisait sous Me Wade avec les membres de la Cap 21 et ce que les aperistes veulent que se fasse avec les partis de Benoo Bok Yakaar.

 Il est indeniable que le Senegal et les senegalais ont ete marques de maniere indelible, pour ne pas dire traumatises, par notre passe de colonie et de colonises de la France surtout en matiere de Politique et nous avons faits notre cette declaration de Jean-Pierre Chevenement qui disait qu'un “ministre de la Republique ca ferme sa gueule ou ca demissionne” si non comment expliquer ce tolle general et generalises suscite par les sorties mediatiques de Idrissa Seck et de Rewmi. Donc nous pouvons avancer sans vouloir juger de “l'ethique de l'intention” dans les declarations du President Seck et nous focaliser sur “l'ethique de consequences” dans ces memes declarations que Rewmi est entrain d'operer la veritable rupture en epousant sans aucun doute la maniere Anglo-Saxonne de faire de la Politique. C'est ce que le celebre journaliste americain Edward R Murrow appellait une "Opposition Loyale" c'est a dire s'eriger contre certaines idees ou denoncer certains actes du pouvoir en place meme si on en fait parti comme Rewmi au sein (pour encore combien de temps) du meme gouvernement, de la meme majorite a l'assemblee nationale et de la meme coalition.

La position de Rewmi et de son president doit etre juger a sa juste valeur et c'est en ce moment seulement que les aperistes et les allies dans Benoo Bokk Yakkar cesseront de voir les actes poses par les rewmistes comme de la traitrise. Mais ultimement ce sera aux senegalais et a eux seuls de juger et de trancher et en le faisant, j'espere qu'il se souviendront de cette celebre paraphrase du grand Edward R Murrow qui exhortait ses compatriotes a ne pas confondre dissention, desaccord avec deloyaute, avec traitrise car quand l'opposition loyale se tait ou se meurt, alors l'ame d'un pays, donc l'ame du Senegal se meurt aussi.

La politique au Senegal doit imperativement cesser d'etre pratiquee dans sa pire forme c'est a dire en etant un autre moyen de diviser les senegalais, de nous separer en deux camps d'irreconciliables Nous vs Eux. Quand nous assumons un a-toute-somme-nulle monde se resumant a la notion extreme “ qui n'est pas avec nous est forcement contre nous”, les politiciens nous condamnent tous en tant que senegalais a un echec national monumental. Parceque la verite de la politique est le continuum fastidieux du besoin humain. La routine quotidienne de la simple et bonne gouvernance, et l'interminable et herculien travail pour ameliorer l'existence de nos concitoyens.

En meme temps nous rendre meilleurs nous meme.

 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :