CES « LOCALES » QUI MARQUERONT NGUIDJILONE…..

International

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Les populations de la Commune de Nguidjilone attendent avec beaucoup de sérénité les prochaines élections locales prévues en juin prochain. Ces élections qui, sans nul doute, marqueront l’histoire politique de la commune de Nguidjilone à un triple niveau.

Premièrement, ces élections seront les premières du genre avec la nouvelle configuration de la circonscription de la Région de Matam qui a vu naitre la nouvelle commune de Nguidjilone après le découpage administratif de 2011. Ce découpage est consacré par le DECRET 2011-421 du 29 mars 2011, portant création de la Commune de Nguidjilone dans le Département de Matam, Région de Matam. Ainsi selon le rapport du décret,  la seule préoccupation était de permettre à l’Administration d’être plus proche des administrés. En effet, Les réformes intervenues en 2008 et qui ont vu l’érection de plusieurs localités, dans la région de Matam en collectivités locales, avaient essentiellement pour objectif de mieux rapprocher l’administration des administrés. Toutefois, à l’épreuve de la pratique, certaines localités se sont retrouvées très éloignées du Chef-lieu de la collectivité locale à laquelle elles sont rattachées, avec les conséquences négatives que cette situation engendre. Aussi, est-il apparu nécessaire de créer la commune de Nguidjilone distraite de la communauté rurale de Bokidiawé, dans l’arrondissement de Ogo. Ainsi la nouvelle commune de Nguidjilone, regroupant les villages de Nguidjilone (Lodiou, Vélingara et Somma), de Ali Ouri et  de Kédélé, avec une population de près de 10.000 habitants, pourra prendre en charge l’ensemble des questions relatives à son développement socio-économique.

Deuxièmement, les populations de la jeune Commune choisiront pour la première fois ses représentants locaux qui auront la lourde tâche de conduire les destinées de Nguidjilone. Ainsi Nguidjilone, de par sa tradition et de par son histoire, est reconnu comme l’une des localités du Fouta qui sait relever les défis. Il est vrai que ces élections se tiendront dans un contexte électoral particulier marqué par l’avènement de l’Alliance Pour la République (APR) à la magistrature suprême dont le chef de fil (Macky SALL) a des liens de parentés étroites avec Nguidjilone (sa mère est originaire de Nguidjilone) et la présence du leader emblématique de l’autre digne fils de Nguidjilone en la personne de Sada NDIAYE (qui fut entre autres député et Ministre sous la première alternance) sur la scène politique de la Région de Matam. Mais les populations de la Commune de Nguidjilone qui ont toujours mis en avant l’intérêt général, sauront relevées les défis dans la plus grande transparence. En effet, ayant accepté de s’unir autour d’un même idéal de développement local et de  prise en charge de ses  propres préoccupations, ces populations n’auront guère de difficultés pour choisir des hommes et des femmes capables de porter la voix du développement et de l’émergence. Le moment venu, toutes les couches de la population se banderont les muscles pour défendre un seul intérêt, celui de la prise en compte de leurs préoccupations.

Troisièmement, ces élections locales consacreront l’élection d’une nouvelle équipe municipale qui aura à cœur de répondre aux nombreuses attentes des populations et la résolution des problèmes qui ont pour noms : le désenclavement, les infrastructures, l’emploi des jeunes,  l’éducation, la santé, l’agriculture, l’élevage…..bref l’amélioration des conditions de vie des populations dans tous les domaines. En la Commune de Nguidjilone dispose d’un potentiel énorme de ressources naturelles et humaines, d’une jeunesse soucieuse du développement de son terroir et d’une diaspora au service des populations. Le chemin est donc balisé pour les futurs dirigeants locaux de la jeune commune de Nguidjilone afin de mettre les moyens nécessaires pour un développement local et une meilleurs prise en charge des populations.

 Une chose est sure, après CES « ELECTIONS LOCALES »  QUI MARQUERONT NGUIDJILONE, tout le monde, vainqueurs et vaincus, se mettra au travail pour les révéler les défis du développement !!!!

                                                                       Yéro Mamadou GUISSE

                                                                      Etudiant en relations internationales et diplomatie

                                                                   [email protected]/ 77643 83 99/ 70566 19  56 

Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :