AVEU D’INGERENCE DU PRESIDENT SALL

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Le Président, son excellence Macky Sall, a l’habitude de dire qu’il ne se mêle pas des décisions  de Justice. Nous avions mis en place  un système de lutte contre la corruption et le détournement de fonds publics, laissons  donc la justice faire son travail. Ceci constitue sans aucun doute une attitude noble dans un État de droit.

\r\n\r\n

Cependant, la condamnation de l’Etat Sénégalais s'adresse, directement et en premier lieu, au Président du Sénégal, son Excellence Macky Sall. En se cachant derrière la justice,  ses avocats et ses militants, le Président du Sénégal est en train de faillir à ses responsabilités de premier représentant du Sénégal.  Ceci est un aveu d’ingérence dans le processus judiciaire concernant  le maire Khalifa Sall.

\r\n\r\n

Si les propos suivants : «Aucune pression, nationale ou internationale, ne me fera abandonner mon option de mettre fin à l'impunité, au détournement des biens publics»,  relatés  dans les journaux s’avèrent vrais, alors Pr Sall n’aurait pas compris la position de la CEDEAO.  Personne  ne vous demande de mettre fin à l'impunité et  au détournement des biens publics. Au contraire, tout le monde vous encourage à continuer dans cette direction. Cependant, on ne peut pas lutter contre  l’impunité en se servant de l’impunité.

\r\n\r\n

                                           Lou Ndeungueu manoul diour Deug

\r\n\r\n

                                    La quête de la Vérité passe par  la Vérité

\r\n\r\n

                                       Le faux ne peut pas impliquer le vrai

\r\n\r\n

En faisant fi de cette décision communautaire, le Sénégal se met en position de hors la loi. Et un hors la loi ne peut pas imposer la loi.

\r\n\r\n

                       Une personne véridique doit savoir reculer quand elle a tort.

\r\n\r\n

Si la procédure est viciée  du début à la fin, alors il faut au besoin la reprendre.

\r\n\r\n

Nous sommes désolés,  très chère Excellence,  et avec tout le respect que nous vous  devons en tant que Président de tous les Sénégalais,  vous devez respecter notre signature.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Dr  GNINGUE  Youssou,  

\r\n\r\n

Profeseur, Mathematics and Computer Science Dep.,

\r\n\r\n

Laurentian University, Ontario, Canada

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :