DEBATS DE CANDIDATS AUX PRESIDENTIELLES 2019

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Un débat entre candidats,  pourquoi pas?

\r\n\r\n

Pourquoi en tant que sénégalais, nous ne pouvons pas bénéficier et profiter au moins d’un débat présidentiel ?  A ma connaissance, le Sénégal n’a jamais connu de débats télévisés entre  potentiels candidats, au premier comme au second tour d’une élection présidentielle.

\r\n\r\n

Pourquoi nos candidats au pouvoir évitent, par tous les moyens, de débattre de leur programme aux présidentielles ?

\r\n\r\n

Le président Senghor avait évité lors de sa dernière candidature à affronter les autres candidats. Cette demande avait induit  un débat de procuration Majmouth-Niasse.

\r\n\r\n

Le président Diouf a toujours évité les appels au débat de Maitre Wade de 1982 à 2000. D’ailleurs, lors du second tour des présidentielles de 2000, le candidat Wade, accompagné de Niasse, organisa une marche vers la RTS pour exiger un débat télévisé en direct face au Président sortant.

\r\n\r\n

Le président Diouf a toujours connu ses limites de communication ainsi que les forces de communication du subversif et rusé Professeur Wade.

\r\n\r\n

En 2007, le Président Wade avec son premier ministre Macky sall passent au premier tour. Pas question pour le Président Wade de débattre avec son fils rebelle Idrissa Seck.

\r\n\r\n

Rappelons que le second tour n’est pas un postulat. Fort de ceci, l’opposition protesta en boycottant les législatives 2007. La plus grave erreur de l’opposition sénégalaise ! Avec une Assemblée Nationale complètement  en bleu,  le Président Wade modifia la constitution en faisant passer la durée du mandat de 5 à 7 ans. Jusqu’en 2018, le Sénégal est en train de payer cette erreur monumentale.

\r\n\r\n

En 2012, c’est la grande confrontation entre le maître et l’élève. Pas question pour le Président Wade de se rabaisser à débattre avec son élève. L’ancien directeur de campagne et Premier Ministre Macky Sall ne voulait pas, non plus, débattre avec son maître. En tant que supporter de Macky, je ne souhaitais personnellement pas  un tel débat.

\r\n\r\n

Le grand débat tant attendu n’eut évidemment pas lieu. C’est l’une des plus grandes erreurs stratégiques de Maître Wade. Avec ce débat, il aurait pu faire voir au Sénégal le vrai visage du futur Président du Sénégal.

\r\n\r\n

Malheureusement, aucun texte ne prévoit l’organisation de tels débats entre candidats. Une nouvelle disposition au niveau du code électoral dans ce sens serait une excellente idée pour la vitalité de notre démocratie.

\r\n\r\n

Pouvons-nous rêver d’un débat en 2019 ? Le Président Macky Sall ne voudrait pas prendre un tel risque. D’ailleurs, ses partisans ne le laisseraient pas entreprendre un tel combat d’idées. Walla Bok !

\r\n\r\n

Dr Gningue Youssou, Chair, Mathematics & Computer Science, Laurentian University

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :