DEME DEY DEME ?

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

Si Ibrahima Dème est candidat aux élections présidentielles de 2019,  son slogan de campagne sera sans aucun doute :

\r\n\r\n

                                                    Dème Dey Deme !

\r\n\r\n

À  mon point de vue l’ex-juge risque de faire très mal au camp du Président Macky Sall.  Selon Ibrahima Hamidou Dème, son entrée en politique est la suite logique d’un combat qu’il mène depuis 19 ans: «J’étais d’abord greffier et j’ai fait partie des 8 membres du comité de pilotage qui a créé le Syndicat des travailleurs de la justice, en 1999. Nous avons menés, avec les collègues greffiers, des combats qui ont permis d’améliorer sensiblement le statut du greffier. Par la suite, en tant que Magistrat, j’ai été secrétaire général adjoint de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), entre 2009 et 2011 » 

\r\n\r\n

Quand, après sa démission de la magistrature et  suite à sa sortie télévisée, je suis rentré en contact avec lui pour le féliciter, il m’a répondu avec politesse et humilité. Cependant, il y avait dans sa réponse quelque chose je ne parvenais pas à bien saisir. En effet, je ne le connaissais pas avant d’avoir visionné sa prestation télévisée avec Pape Alé Niang. Il m’avait séduit par son calme, son courage et sa lucidité. Mais, je trouvais sa réponse trop familière. Le connais-je bien avant ? Non, et j’en étais sûr.

\r\n\r\n

C’est quand il  lançait son mouvement que je compris le sens des mots qu’il m’avait balancé. Il m’avait répondu ; nous sommes ENSEMBLE !  ENSEMBLE, c’est le nom de son mouvement.

\r\n\r\n

C’est un homme de détermination, d’engagement,  de courage et de combat.

\r\n\r\n

Son plus grand ennemi risque d’être le temps et son plus grand allié est la quête d’alliance. Heureusement il l’a compris et l’a signifié durant sa récente sortie.  Je  le verrais assez bien s’allier ou coopérer  avec des mouvements  tels que  

\r\n\r\n

Ousmane SONKO,  Pastef

\r\n\r\n

Thierno Alassane SALL,  République des valeurs

\r\n\r\n

Thierno BOCOUM, Agir

\r\n\r\n

Amadou Tidiane WONE,  Jog Ngir Sénégal

\r\n\r\n

Ibrahima SILLA,  Lenen Ak Nienen  ….

\r\n\r\n

Je  le verrais assez bien s’allier avec des partis  politiques tels que  …..............

\r\n\r\n

Partagez-vous mon opinion ?

\r\n\r\n

                                                 Dème Dey Deme !

\r\n\r\n

Dr Gningue Youssou, Chair, Mathematics & Computer Science, Laurentian University

\r\n\r\n

 

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :