LES VICTIMES DE LA CRISE DIPLOMATIQUE ENTRE L’ARABIE SAOUDITE ET LE CANADA

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

CRISE DIPLOMATIQUE

\r\n\r\n

Les relations diplomatiques entre le Canada et l’Arabie saoudite se sont détériorées à la suite du rappel de son ambassadeur à Ottawa par le ministre saoudien des Affaires étrangères et de la déclaration de l’ambassadeur canadien en Arabie saoudite comme persona non grata. Riyad a aussi annoncé un gel des échanges commerciaux entre les deux pays. Vendredi, 3 Aout, le gouvernement canadien avait déclaré être « gravement préoccupé » par les nombreuses arrestations de militantes des droits des femmes effectuées par les autorités saoudiennes. Ottawa avait notamment cité le cas de Samar Badawi, la soeur du blogueur emprisonné Raif Badawi. La veille, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait écrit sur Twitter qu’elle était « très alarmée d’apprendre l’emprisonnement de Samar Badawi, en Arabie Saoudite. Le Canada appuie la famille Badawi dans cette difficile épreuve, et nous continuons de fortement appeler à la libération de Raif et Samar Badawi ». Raïf Badawi  a été arrêté en Arabie saoudite en 2012, puis condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans de prison pour avoir critiqué des dirigeants religieux. La femme de Raïf  et ses trois enfants vivent au Québec et sont devenus citoyens canadiens le mois dernier.

\r\n\r\n

INCIDENCES ECONOMIQUES

\r\n\r\n

Les échanges commerciaux entre les deux pays se sont montés l'an dernier à 3,7 milliards de dollars. On ignore pour l'heure quel impact la décision saoudienne pourrait avoir sur un contrat de défense de 13 milliards de dollars signés en 2014 entre les deux pays. Les incidences économiques sont plus ou moins marginales et ne devraient pas  affecter aucun des deux pays.

\r\n\r\n

COMPAGNIES AERIENNES

\r\n\r\n

Le royaume a en outre décidé de «geler toutes nouvelles transactions concernant le commerce et les investissements» avec le Canada, en réponse à un appel en faveur de la libération de militantes saoudiennes des droits des femmes et gelé ses vols commerciaux en provenance et à destination de Toronto.

\r\n\r\n

La compagnie aérienne nationale Saudia Airlines a de son côté annoncé la suspension des vols à destination et en provenance de Toronto, la plus grande métropole canadienne. D’ailleurs, un compte Twitter pro-saoudien a fait scandale en postant -avant de le retirer rapidement- un photo-montage rappelant les attentats du 11-Septembre, avec un avion fonçant vers les gratte-ciels de Toronto. La photo truquée a été rapidement retirée mais le montage s'est rapidement répandu sur les réseaux sociaux. Une enquête a été ouverte par le ministère des médias.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

COMPAGNIES DE PELERINAGE A LA MECQUE

\r\n\r\n

Cette crise risque d’affecter les compagnies impliquées dans le transport des pèlerins à la Mecque. Ce serait un recul pour l’Arabie Saoudite dans sa politique d’ouverture et de facilitation du pèlerinage. Cette brèche impliquée par la crise est également utilisée par des mouvements anti-islamiques du Canada. Un certain amalgame est ressenti à travers la communication par le biais de pancarte lors des manifestations de support.

\r\n\r\n

UNIVERSITES  CANADIENNES

\r\n\r\n

L'Arabie saoudite a suspendu ses programmes de bourses universitaires pour ses ressortissants au Canada et va relocaliser des milliers d'étudiants déjà sur place, a indiqué lundi la télévision étatique. Plus de 7.000 étudiants et leurs familles se trouvent actuellement au Canada et les autorités planchent déjà sur leur transfert vers d'autres pays. Cette querelle a amené  l'Arabie saoudite d'« interrompre les programmes de stages et de bourses au Canada » et de déménager des milliers d'étudiants déjà présents au pays.  Ceci constitue un manque à gagner pour les universités canadiennes. Si la crise perdure et ces menaces réalisées, les institutions impliquées devraient commencer à répertorier les étudiants saoudiens impliqués et évaluer les frais de scolarités impayés.

\r\n\r\n

ETUDIANTS  SAOUDIENS

\r\n\r\n

Les plus grands perdants seront les pauvres étudiants saoudiens. Un transfert d’université ne s’effectue pas aussi facilement.  

\r\n\r\n

Pour les étudiants sous gradués débutant, première et deuxième années, le transfert peut être plus facile si l’étudiant avait bénéficié d’excellentes notes. Par contre, pour les finissants, ceci peut être plus compliqué et impliquer des pertes d’années.

\r\n\r\n

Pour les étudiants gradués, second et troisième cycle, le transfert peut être plus difficile. En effet, il n’est pas évident de transférer une recherche dont on ne détient pas les droits.

\r\n\r\n

Heureusement, ma dernière étudiante saoudienne a soutenu sa thèse en 2017. Cependant, je suis en rapport avec beaucoup d’étudiants du premier cycle qui ne pourront pas continuer si la crise n’est pas résolue. Honnêtement, je pense qu’il y a eu dérapage des deux côtés. Un tweet n’est jamais innocent.

\r\n\r\n

 

\r\n\r\n

Professeur  Gningue  Youssou, Mathematics and Computer Science Dep.,

\r\n\r\n

Laurentian University, Ontario, Canada

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :