RÉALISME POLITIQUE EN PERIODE ELECTORALE

Blogs

Le conflit qui oppose Israéliens et Palestinien est au coeur des crises qui secouent le Proche et le Moyen Orient. Considéré comme central par les diplomates.

DISCERNEMENT EN PERIODE ELECTORALE

\r\n\r\n

Ragné  Ci Diongante

\r\n\r\n

Le discernement stratégique est capital en période électorale. Pour nous en convaincre, nous allons dégager trois exemples édifiants.

\r\n\r\n

Le premier concerne les élections  présidentielles et législatives. Les résultats du premier tour proclamés sont ;   Abdoulaye Wade (55.9%) suivis de  Idrissa Seck (14.9%) et Tanor Dieng (13.7%). Se basant sur  certaines irrégularités, l’opposition  avait contesté en vain les résultats. Elle avait par la suite décidé de boycotter les élections législatives.

\r\n\r\n

 Cette décision avait été un manque de réalisme politique.

\r\n\r\n

Ce boycott n’a rien apporté. Au contraire, il a permis à Wade de s’accaparer de presque complètement de l’Assemblée Nationale. Ce fut la plus grave erreur de l’opposition sénégalaise ! Wade en profita pour modifier  la Constitution en faisant passer la durée du mandat de 5 à 7 ans. Jusqu’en 2018, le Sénégal est en train de payer cette erreur monumentale.

\r\n\r\n

Le deuxième exemple concerne les élections de  2012 dont la principale diversion fut le 3ième mandat de Wade.  A part Macky Sall, les candidats se sont laissé embrigader dans cette bataille; empêcher la candidature d’un troisième mandat Wade. Et quand les journalistes posaient la question; si la candidature de Wade est valadée que ferez-vous ? Le seul candidat qui avait considéré  cette possibilité est Macky Sall. Je me rappelle de sa réponse ; Ma diaye ko dollé ! A partir de cette réponse, je savais avoir misé sur le bon cheval.   

\r\n\r\n

Le fait de ne pas psychologiquement pouvoir considérer dans cette situation la possibilité d’une candidature de Wade avait été un manque de réalisme politique.

\r\n\r\n

Le troisième exemple concerne les prochaines élections de  2019. Aujourd’hui, la principale diversion est le parrainage et l’impartialité du ministre de l’intérieur. Certes l’opposition doit faire tout son possible pour que les élections se passent dans les conditions les plus démocratiques. Cependant

\r\n\r\n

Se laisser complétement embrigader dans cette diversion serait  un manque de réalisme politique.

\r\n\r\n

L’opposition doit préparer une stratégie gagnante car elle existe belle et bien. En effet, je demeure convaincu que le parrainage risque d’être fatal au camp présidentiel. Cette rationalisation de candidatures ne l’avantage pas si l’opposition réagit stratégiquement afin de rendre plus crédibles leurs candidatures.

\r\n\r\n

Dr Gningue Youssou, Chair, Mathematics & Computer Science, Laurentian University

\r\n
Cette entrée a été publiée dans Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Alerter

À propos de Roman Polyarush

Donc en ouverture pharaonique (écran gigantesque, des stars par douzaines, des spectateurs par milliers. De cette quatrième édition de Lumière. J'avais vu le film de Schatzberg il y a quelques mois et l'avais aimé. Cette fois j'ai vu plus de défauts qui tiennent pour beaucoup.

Voir tous les articles de Roman Polyarush

4 commentaires à Le blues de Christian Eckert, député socialiste "normal"

Roman Polyarush

Personnellement, si des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 16 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Sara Gordon

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Rio Ferdinand

Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer de telle ou telle région.

le 11 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Victor Kirkland

Des Bretons ou des Corses voulaient vraiment l'indépendance, je trouverais normal et juste que l'Etat ne fasse pas que les consulter eux, mais nous consulte tous pour savoir si on accepte de se séparer.

le 14 octobre 2012 à 12:50RépondreAlerter

Commentez cet article

Nom *

Adresse de contact *

Site web

Commentaire :