Necrologie

Avis de Souvenir(s)

Sound:

SEYNABOU CISSE SARR

26 Avril, 2017

SEYNABOU CISSE SARR 

26 AVRIL 2017 - 26 AVRIL 2018

1 AN DEJA

SEYNABOU CISSE SARR : UNE GRANDE DAME S’EN EST ALLÉE

Oui, le décret divin s’est abattu brusquement sur toi ce mercredi 26 avril 2017.

Je venais de perdre une vraie amie, de plus de quarante ans. Oui Maman, tous les jours, nous nous levions ensemble, mangions ensemble, vivions nos joies et peines ensemble, traitions ensemble tous les cas qui se présentaient à nous et dormions ensemble. Une partie de moi s’est éteinte à jamais.

J’accepte entièrement parce que tout simplement, tu me disais avoir peur de pleurer face à la volonté divine et comme tu es ma référence, je l’accepte pleinement. Alhamdoulilah.

Cissé Ousmane Demba ak Diodio.

Tu as été durant toute ta vie, une femme de vertu, de bravoure, de courage, de dignité, de bonté, d’honnêteté, de discrétion mais surtout de mesure et de piété.

Oui maman, issue d’une bonne famille, tu as été forgée à la bonne école, reçu des privilèges et gravi des stations remarquables :

§  Enseignante formée à l’Ecole Normale des Jeunes Filles de Rufisque.

§  Invitée du Général DE GAULLE en France le 14 juillet 1963 sur décision du Président Léopold SENGHOR pour représenter la jeunesse de ton parti l’UPS d’antan.

§  Fondatrice du foyer de la femme de Kaolack-institution de formation et de promotion économique inauguré par le Président Léopold Sédar SENGHOR.

§  5e femme député du Sénégal,

§  Secrétaire élue à l’Assemblée nationale, institution où, pendant 15 ans tu t’es distinguée par ton comportement empreint de courtoisie et de correction mais aussi par ton travail bien fait.

§  1ère Adjointe au Maire de Kaolack

§  1ère Adjointe au Secrétaire Général de la Coordination communale socialiste de Kaolack

§  Présidente des femmes socialistes de l’Union Régionale du Sine-Saloum

§  2èmeAdjointe au mouvement national des femmes socialistes

§  Présidente nationale des femmes de l’Union pour le Renouveau Démocratique

Tu as su, Maman, toujours garder la tête sur les épaules et intacte ta foi musulmane, talibé Cheikh, disciple de Mawlana Cheikh al Islam El Hadj Ibrahima NIASS, tu ne ratais aucune obligation religieuse,ton calendrier fût-il chargé, ta santé fût-elle précaire.

 Des centaines de témoignages reçus, j’en retiens juste trois qui font que je suis plus que fière de toi.

Tu craignais fortement ton créateur, tu adorais profondément le coran et tu as puissamment incarné la dignité à telle enseigne que ta mort en soit également enrobée.

Ton engagement envers ta famille, tes amis et tes proches était sans conteste.

Nabou Lamine SARR « Diiguene bou meune goor » comme l’a si bien chanté Feu Ndiaga MBAYE (RIP)

Habituée à ta présence, j’ai commis un acte irrationnel le soir de tes obsèques.Rentrant dans ta chambre d’un pas pressé, je venais comme d’habitude, te raconter le film de ma journée, oubliant hélas que ce sont tes funérailles que je venais de vivre et que tu n’étais plus là à m’attendre et à m’écouter. Il me faudra du temps et rien ne pourra te remplacer dans mon cœur et dans ma vie.

Diour ngua ma, yar ngua ma, ar ngua ma, ir nguama, teral ngua ma, dieureudieuf yaye boye.

Je sais que, de là où tu es, tu me surveillescomme tu l’as toujours fait d’ailleurs, me considérant comme unéternel bébé.Je m’évertuerai à vivre suivant tes nobles valeurs. Je viendrai très souvent m’entretenir avec toi et prierai éternellement pour toi.

Puisse Allah (SWT) dans sa Grandeur et sa Bonté, te couvrir de sa miséricorde et t’accorder une place de choix à JannatoulFirdawsi par la grâce du prophète Mohamed (SAW). Amine.

TON UNIQUE

 

NDEYE MBOGNE DIOP

7283 Lectures