Journal Télévisé De La RTS1 Du 13 Janvier 2018 ( Édition Du Soir)

  • Source: : Seneweb Videos | Le 13 janvier, 2018 à 23:01:44 | Lu 8888 fois | 3 Commentaires
content_image

Journal Télévisé De La RTS1 Du 13 Janvier 2018 ( Édition Du Soir)


Auteur: senewebvideos - Seneweb Videos






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Janvier, 2018 (03:26 AM) 0 FansN°: 1
Je suis actuellement en vacances au Sénégal, je suis sidéré de constater que tous les boutiquiers de mon quartier sont guinéens, tous les vendeurs de fruits sont guinéens, tous les coiffeurs sont des guinéens, même les distributeurs de pains sont guinéens. Pendant ce temps, les « boys nandités » se comportent en sauve-souris, en dormant le jour et squattant les coins de rues la nuit. Le pire c’est que toutes leurs discussions tournent au tour de matchs de foot, avec des insultes saupoudrées de « ndayam » pour chaque bout de phrase, ou, au pire, ils se disputent pour d’autres futilités dans un nuage de chanvre indien. Avec cela ils se plaignent de ne pas trouver de boulot. Comment un gaillard d’une trentaine d’années sans qualification scolaire ou professionnelle peut trouver du travail. :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2:  :jumpy2: 
Anonyme En Janvier, 2018 (09:24 AM) 0 FansN°: 2
S'il n'ont pas de qualification, c'est l'état qui en est le responsable. Ils se fichent de l'école publique et pendant ce temps, envoient leurs enfants à l'étranger. Et ce qui est plus grave, ils détourne l'argent du contribuable sénégalais pour payer ces études.
Justice Et Châtiment. En Janvier, 2018 (16:29 PM) 0 FansN°: 3
Justice et châtiment.

Avertissements à tous les insulteurs.

Insultes sur les réseaux sociaux contre le Khalife Général des Mourides Serigne Mountkha et les confréries du Sénégal : Appel à sévir contre ceux qui blasphèment contre les prophètes, les saints, les hommes de Dieu, et ceux qui insultent les chefs religieux. Sidy Lamine Niass à parfaitement raison quand il dit : « Les gens ne vont pas croiser les bras pendant que leurs guides sont insultés. Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités, tout peut arriver. Des fidèles peuvent organiser des expéditions punitives avec de probables débordements. Une situation qui a déjà ravagé beaucoup de pays et qui, si nous n’y prenons pas garde, peut nous arriver »,

Désormais tout individu clairement identifié qui se permettra de diffuser ou de poster dans les réseaux sociaux des insultes ou des propos offensants contre des citoyens ou des chefs religieux devra en payer le prix fort. Ceux qui insultent à travers les réseaux sociaux et les supposés wahabites, qui sont tous des terroristes et de véritables insulteurs publics, viennent d’ouvrir la boite de pandores. Désormais on ne devra permettre à personne de saper l’unité des musulmans en particulier et des Sénégalais de manière générale en s’en prenant à leur guide ou en proférant des propos haineux. Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités, tout peut arriver. « Le châtiment doit suivre l'insulte comme la foudre suit le tonnerre "

Il faut neutraliser tous les insulteurs.

Justice et châtiment.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]