Abidjan sollicite l’appui organisationnel de Dakar pour le MIVA

  • Par : Aps | Le 04 mars, 2014 à 09:03:24 | Lu 4366 fois | 1 Commentaires
content_image

Abidjan sollicite l’appui organisationnel de Dakar pour le MIVA

La Côte d’Ivoire sollicite l’appui du Sénégal pour l’organisation de la première édition du Marché ivoirien de l’artisanat (MIVA) qui se tiendra du 7 au 13 avril prochain, a déclaré lundi à Dakar Antoine Assemian Yapo, directeur de l’artisanat de la Côte d’Ivoire.

‘’Nous sommes venus pour avoir l’appui du Sénégal. On veut bénéficier de l’expérience du Sénégal en matière d’organisation de manifestations promotionnelles’’, a-t-il confié l’APS.

La Foire internationale de Dakar (FIDAK) qui en est à sa 23ème édition peut aider dans ‘’cette volonté des autorités de faire de l’artisanat un secteur d’excellence’’, a souligné M. Yapo.

‘’Des panels seront organisés lors de cet évènement qui verra la participation de près de 500 exposants’’, a indiqué M. Yapo.
La Suède est le pays invité d’honneur de ce marché qui a pour thème : ‘’Promotion de l’innovation et de l’excellence des produits de l’artisanat africain’’. 

‘’Le Sénégal va encadrer une dizaine d’artisans de qualité pour prendre part à cette manifestation sous-régionale’’, a révélé Ibra Ndiaye, directeur de l’Agence pour la promotion et le développement de l’artisanat.

Sont attendus à cette première édition les artisans sélectionnés par leur pays ou ayant obtenu des prix à des salons d’artisanat en Afrique, des acheteurs professionnels, des partenaires financiers et non financiers, des experts et consultants en artisanat, des chaines de télévision et de radio et plus de deux mille visiteurs.

Il a pour objectif de valoriser les produits de l’artisanat et de créer un espace de rencontres entre les créateurs et les acheteurs professionnels du secteur de l’artisanat de toutes les régions du monde intéressés par cette activité.

FD/AD




Aps

Articles similaires

Commentaire (1)


Mbourou En Mars, 2014 (09:54 AM) 0 FansN°: 1
C’est quoi ma définition de la finance islamique. Pour moi c’est comme le marché du halal. C’est une finance qui applique les mêmes taux d’intérêt que la finance classique, sinon des taux encore plus exorbitants.



Ah c’est vrai dans la finance islamique telle qu’elle s’applique aujourd’hui on ne parle pas d’intérêts puisque on parle de finance participative car la banque achète puis nous revend le bien sous forme de crédit-bail par exemple quand il s’agit d’acheter une maison par exemple. Au final on en revient à la bonne vielle finance qui taxe bien les particuliers…



En tout cas aujourd’hui telle qu’elle est pratiquée pour les particuliers et les entreprises en termes de coût c’est du pareil au même que la finance dite classique.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]