Burundi : les présidents ougandais et tanzanien s’opposent à l’enquête de la CPI

  • Source: : Webnews | Le 13 novembre, 2017 à 19:11:08 | Lu 1935 fois | 6 Commentaires
content_image

John Magufuli, alors candidat à la présidentielle, s'exprime à un meeting à Dar es-Salaam le 23 octobre 2015

Les présidents tanzanien John Magufuli et ougandais Yoweri Museveni ont vivement critiqué la décision des juges de la Cour pénale internationale (CPI) qui autorise l'ouverture d'une enquête sur des crimes contre l'humanité présumés au Burundi.

« Le président Magufuli a déclaré que cette décision compromet les efforts déployés par la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), qui a mis en place un comité chargé d’aider à la résolution du conflit burundais, sous la direction du président Yoweri Museveni et de l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa », indique samedi un communiqué de la présidence tanzanienne, au terme d’une rencontre dans l’ouest de l’Ouganda entre les deux chefs d’Etat.

Yoweri Museveni, désigné par ses pairs comme facilitateur des difficiles négociations entre les parties burundaises, est actuellement président en exercice de l’EAC, qui regroupe la Tanzanie, l’Ouganda, le Kenya, le Rwanda, le Burundi et le Soudan du Sud.

Selon le président tanzanien, « la situation au Burundi n’est pas aussi mauvaise qu’elle a été décrite par la CPI car des nombreux réfugiés burundais en Tanzanie sont déjà rentrés chez eux tandis que d’autres continuent de rentrer ».

Toujours selon ce texte, le président Museveni a également condamné « la décision de la CPI qui se mêle des affaires de la Communauté d’Afrique de l’Est sans associer ses dirigeants, ce qui compromet les efforts visant à restaurer la paix au Burundi ».

Compétence de la CPI

Dans une décision rendue le 25 octobre, la CPI « a autorisé le procureur à ouvrir une enquête sur des crimes relevant de la compétence de la Cour qui auraient été commis au Burundi ou par des ressortissants burundais à l’extérieur de leur pays depuis le 26 avril 2015 et jusqu’au 26 octobre 2017 ».

L’autorisation concerne « notamment : le meurtre et la tentative de meurtre, l’emprisonnement ou la privation grave de liberté, la torture, le viol, la disparition forcée et la persécution ».

Ce pays de la région des Grands Lacs est plongé dans une grave crise depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en 2015 sa candidature à un troisième mandat, obtenu après une élection boycottée par l’opposition.

Les violences qui ont accompagné cette crise auraient engendré au moins 1 200 morts, la détention illégale de milliers de personnes et la torture de milliers d’autres, des centaines de disparitions ainsi que le déplacement de plus de 400 000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, d’après les estimations de la Cour basée à La Haye.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Khatior-bi il y a 1 semaine (22:11 PM) 0 FansN°: 1
Je te gratte le dos la ou c'a demange et tu feras de meme. Si on n'arrete pas cette justice maintenant elle nous nuira.

Comme les africains sont des incapables la justice occidentale et leurs lobbies auront toujours le dernier mot. Donc gouverner proprement et vous n'aurait rien a craindre.
Anonyme il y a 1 semaine (23:10 PM) 0 FansN°: 2
Et quel est la part de responsabilité de ceux qui donnent la majorité à des gens faibles devant l’occident comme Macky Sall et Alassane Watara
Anonyme il y a 1 semaine (04:20 AM) 0 FansN°: 3
SEULS LES ANGOPHONES S'INSURGENT CONTRE CE TRIBUNAL,LES FRANCOPHONES COMME D'HABITUDE ,DES MOUTONS AU SERVICE DE LA FRANCE
Reply_author il y a 1 semaine (08:36 AM) 0 FansN°: 1
seul un pays francophone s est retiree de cette cour. louganda est le valet des usa
Reply_author il y a 1 semaine (12:15 PM) 0 FansN°: 2
ils tuent leurs populations et veulent une immunité, la cpi les poursuit et d'autres populations africaines se plaignent. doit on laisser ses dictateurs tuer leurs populations sans être jugés ?

il faut que nous les africains arretions de pointer les doigts sur les autres pour tout ce qui nous arrive : la cpi est la parce que nos justices ne fonctionnent pas. sans la cpi blaise compaoré aurait pu massacrer son peuple pour rester au pouvoir sans que rien ne se passe.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]