Cameroun : deux policiers et un « assaillant » tués dans la région anglophone

  • Source: : Webnews | Le 01 décembre, 2017 à 22:12:15 | Lu 2382 fois | 5 Commentaires
content_image

Des policiers camerounais à Yaoundé, en 2005.

L'attaque, qui a eu lieu dans le sud-ouest anglophone du Cameroun dans la nuit de mercredi à jeudi, est attribuée par le gouvernement à des militants séparatistes radicaux.

Nouvel épisode de violence dans le sud-ouest du Cameroun. Au lendemain de la mort de quatre militaires du Bataillon d’infanterie motorisé (BIM), une unité de l’armée camerounaise, dans la zone de Mamfe dans la province anglophone du pays, trois personne, dont deux policiers, ont été tuées dans la nuit de mercredi à jeudi lors d’une attaques attribuée à des séparatistes présumés. Selon une source policière dans la région, l’attaque a eu lieu à Otu, dans le même département où les quatre militaires ont été tués.

L’incident a eu lieu à un poste frontalier. « Un autre policier et un militaire ont été blessés », selon le porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary. Tout est parti de « contrôles et fouilles de routines » menés par une équipe mixte de policiers et militaires, précise-t-il, avant d’ajouter que des « assaillants ont surgi de la pénombre » avant d’ouvrir le feu.

Une source sécuritaire a affirmé à l’AFP « qu’un assaillant » avait également été tué dans l’échange de tirs.

Situation explosive

Cette nouvelle attaque porte le bilan à dix morts parmi les forces de sécuritécamerounaise en moins d’un mois, symbole d’une crise qui se dégrade au fil des semaines. La sécurité dans ces régions, en proie à une grave crise socio-politique depuis un an, continue de s’aggraver.

Les séparatistes ont appelé à combattre le déploiement de milliers de policiers et soldats qu’ils qualifient de « force d’occupation ». Des observateurs ont exprimé leur crainte de voir la crise tourner à l’insurrection armée, alors que les leaders séparatistes en exil appellent ouvertement à « l’autodéfense » et à l’action armée pour faire face à la « répression » menée ces derniers mois par les autorités camerounaises.

Nous devons agir pour protéger l’intégrité territoriale de notre Nation

Plusieurs localités de la région sous soumise à des couvre-feus nocturnes, des restrictions de mouvement et de sévères mesures de contrôle des armes à feu imposées par les autorités qui tenter d’endiguer la montée des violences.

Le gouvernement, par la voix de son porte-parole, s’est dit « conscient de la multiplication des attaques » contre les forces de sécurité. « Le gouvernement n’a pas à révéler sa stratégie, mais nous devons agir pour protéger l’intégrité territoriale de notre Nation, l’intégrité physique de nos populations, la libre circulation et la protection de leurs biens », a ajouté Issa Tchiroma Bakary.

Le principal parti d’opposition, le Social Democratic Front (SDF), dont le siège est à Bamenda, chef-lieu de la contestation dans le nord-ouest du pays, prône un dialogue non violent et plaide – parfois de manière spectaculaire à l’Assemblée nationale, comme ce fut le cas récemment – pour l’instauration du fédéralisme. Une option qu’a toujours rejetée Paul Biya qui entend maintenir le fonctionnement actuel de l’État unitaire « décentralisé ».


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (2)


Anonyme il y a 1 semaine (09:06 AM) 0 FansN°: 1
Cacommence comme ca. Puis ca dure 20 ans. Lunion africaine doit sen meler rapidement
Reply_author il y a 1 semaine (18:44 PM) 0 FansN°: 1
avant l'union africaine, le cameroun doit demander des troupes aux autres etats de l'afrique centrale. pour l'instant l'union africaine est une usine à gaz dont le processus de prise de décision est beaucoup trop long. si le cameroun ne garde pas l'initiative dans cette affaire, il va se retrouver entre les mains de la france et de l'onu comme le mali.
Reply_author il y a 1 semaine (14:54 PM) 0 FansN°: 2
non faut pas parler de troupe, car ceka veut dire amener d'aytres nationalités pour tuer des camerounais. non, il faut une médiation union africaine
Anonyme il y a 3 jours (01:00 AM) 0 FansN°: 2
 :angle:  :baby-crawl:  :bindeu:  :bip-bip:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :brawoo:  :contaan:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/cool.gif" alt=":cool:">   :cringe:  :cringe2:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   :elated:  :emoshoot:  :fbblip:  :fbcool:  :fbdevil:  :fbglass:  :fbhang:  :fbhear:  :fblike:  :fbmus:  :fbsad:  :fbsmileside:  :fbsurprise:  :fbtear:  :fbwink:  :frustre:  :ibit:  :interrogation:  :jaaxle:  :joyy:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :jumpy2:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">   :kiss:  :lool:  :looney:  mbeulei  :nohope:  :nono:  :question:  :rigolo:  :roadrunner:  :smile:  :smile:  :sunugaal:  :taala_sylla:  :taz-smile:  :thumbs_up:  :thumbsdown:  :thumbsup: :triste: :winkwink:  :xaxataay: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]