REVUE DE PRESSE AFRIQUE - À la Une : Retour mouvementé pour Guillaume Soro

  • Source: : Webnews | Le 23 octobre, 2017 à 20:10:18 | Lu 3939 fois | 4 Commentaires
content_image

Guillaume Soro en janvier 2017. AFP/Sia Kambou

« C’était chaud, hier, à l’aéroport », s’exclame L’Inter. « Le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, est rentré à Abidjan hier dimanche, après des "vacances parlementaires" de près de trois mois. A l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny, les choses ne se sont pas passées sans heurts, relate le journal. Un imposant dispositif de sécurité avait été déployé. Toute chose que n’ont pas apprécié les proches de Guillaume Soro. Trois cargos de policiers avaient pris position dans l’aéroport. Plusieurs proches du président de l’Assemblée nationale s’étaient déplacés pour saluer leur leader, mais ils ont été refoulés. »

Soir Infos rapporte ses premières paroles : « "Je suis venu prendre toute ma place dans le jeu politique", lâche Soro, entouré de ses plus proches lieutenants. D’un ton posé mais déterminé, il croque, sans faux fuyant, l’actualité. Interrogé sur ses relations avec Alassane Ouattara, il soutient qu’elles "sont bonnes" et annonce qu’il s’emploiera, "en toute humilité" à faire en sorte qu’elles soient bonnes. Et d’ajouter : "dans les prochains jours, j’irai rencontrer le président de la République pour parler avec lui". Selon lui, la seule voie pour vider tout contentieux reste le dialogue. »

Décrispation ?

En effet, rappelle Le Pays au Burkina, « Soro et son clan traversent une zone de hautes turbulences, depuis que quelques-uns de ses inconditionnels ont laissé, à travers des propos allusifs, transparaître son désir de succéder à Alassane Ouattara en 2020. (….) Sa candidature réelle ou supposée est perçue par une partie du Rassemblement des républicains au pouvoir sinon comme un parricide, du moins comme une opposition frontale à la volonté déjà faite du président Ouattara de miser sur un autre cheval. Sa longue absence du pays et les déclarations va-t-en-guerre des jusqu’auboutistes des deux camps, n’ont fait qu’alimenter la méfiance et la suspicion réciproques, malgré un discours officiel conciliant. Espérons, conclut Le Pays, que le retour tant attendu de l’homme dont on dit qu’il conserve toujours un réel pouvoir de nuisance à travers ses relations au sein de l’armée et ses réseaux, contribuera à décrisper la situation dans ce pays où les esprits belliqueux n’ont pas encore été totalement désarmés. »

Aussitôt nommé, aussitôt déchu…

A la Une également, la volte-face de l’OMS qui annule la nomination de Robert Mugabe au poste d’ambassadeur de bonne volonté en Afrique…

« Aussitôt nommé, aussitôt déchu, constate Wakat Séra. Le vieux Bob ne sera pas ambassadeur de bonne volonté auprès de l’Organisation mondiale de la santé. Non pas parce que la tâche sera trop lourde pour Robert Mugabe, mais simplement parce que le président zimbabwéen est un contre-exemple parfait en la matière. Non seulement le respect des droits de l’homme est loin d’être le dada du nonagénaire qui se fossilise au pouvoir, mais en plus, son opposition lui reproche d’avoir contribué à l’effondrement du système sanitaire de son pays. Dans cette logique, la levée de boucliers suscitée par la décision de Tedros Adhanom Ghebreyesus de présenter Mugabe comme étoile polaire dans la lutte contre les maladies non transmissibles est plutôt justifiée. Mieux on peut même se demander quelle mouche a bien pu piquer le directeur général de l’OMS, pour qu’il embarque son institution et le monde entier dans cette plaisanterie de mauvais gout. »

« Ghebreyesus n’a pas été bien inspiré, en prenant cette décision, renchérit Aujourd’hui à Ouaga. Alors là, pas du tout ! Une belle bourde ! Heureusement, il s’en est vite rendu compte et a décidé d’annuler cette nomination pas très glamour et pas conforme à la bienséance. Mais, est-il le premier à prendre des actes d’ordre anachronique dans ce bas-monde, surtout dans la stratosphère onusienne ? Certainement pas ! A titre illustratif, très récemment, rappelle Aujourd’hui, le Conseil onusien des droits de l’homme a bien accepté en son sein la République démocratique du Congo. »

L’UA à la manœuvre ?

Comment le directeur éthiopien de l’OMS a-t-il pu prendre cette décision ? Pour Ledjely en Guinée, « il y a des raisons de penser que l’Union africaine était à la manœuvre. L’instance panafricaine n’a jamais avalisé l’ostracisme dont Robert Mugabe est victime. Parmi ses pairs du continent, on continue à le voir comme le leader qui a héroïquement conduit son peuple à l’indépendance. L’UA, qui a parrainé la candidature de Ghebreyesus au poste de patron de l’OMS, a dû persuader ce dernier de la nécessité d’offrir cette tribune au président zimbabwéen. Malheureusement, l’échange de bons procédés n’a pas fonctionné. Pour le monde entier, la pilule Mugabe ne passe pas. Et pour une fois, la tendance victimaire ne marchera pas non plus. Mugabe n’est pas recalé parce qu’on en veut à l’Afrique. Mais parce qu’il était un mauvais candidat. »


Auteur: RFI - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (3)


Anonyme En Octobre, 2017 (22:28 PM) 0 FansN°: 1
Bienvenue sur le meilleur site de rencontres sexe >>> w­w­w.W­a­n­t­s­d­a­t­e.c­o­m
Fox En Octobre, 2017 (08:53 AM) 0 FansN°: 2
frère ivoiriens ne faites pas encore l'erreur ! quoiqu'on dise SORO mérite quand meme de succeder a ADO vu tout ce qu il apporte pour l election de ce dernier . si ADO est au pouvoir aujourdhui c'est à la faveur de la guerre civile orchestré et entretenu par SORO et ses homme.Mieux vaux le designer comme dauphin que de creer une risque de guerre dont on ignore les issues
Reply_author En Octobre, 2017 (08:59 AM) 0 FansN°: 1
c est toujours comme ca! les grands bandits ne se chamaillent qu au moment du partage du butin
Aids  En Octobre, 2017 (10:30 AM) 0 FansN°: 3
je suis vraiment inquiet par rapport à la situation politique en Côte d'Ivoire. la zone UEMOA a besoin de plus de stabilité et non de nouveaux foyers de tension. je pense que les autorités ivoiriennes doivent se parler sincèrement pour désamorcer cette bombe latente

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]