Sénégal : sur la corniche de Dakar, c’est le far west

  • Source: : Webnews | Le 30 octobre, 2017 à 20:10:28 | Lu 6570 fois | 20 Commentaires
content_image

Aux Almadies, les restaurants se multiplient face à la mer, et la plage perd du terrain.

Ces trente dernières années, le gotha sénégalais a pris ses aises le long de la côte. Le littoral dakarois a été détruit à coups de constructions anarchiques. Peut-on encore limiter les dégâts ?

«Je suis un peu comme saint Paul lorsqu’il s’est converti sur le chemin de Damas. Il y a quarante ans, moi aussi je voulais construire sur le littoral », confie Pierre Goudiaby Atepa. Si les textes saints prétendent que c’est en entendant la voix de Jésus que Paul de Tarse, l’ancien pharisien persécuteur des premiers chrétiens, est devenu le « treizième apôtre », ce célèbre architecte s’est quant à lui converti à la préservation du littoral dakarois en écoutant Léopold Sédar Senghor. « La corniche appartient à tout le monde, on ne saurait la privatiser », disait le premier président sénégalais. Une devise qu’il a depuis faite sienne.

En septembre, après avoir alerté la presse, Pierre Goudiaby Atepa mandatait ses avocats pour déposer une plainte destinée à bloquer un énième projet controversé, sur la corniche ouest de Dakar. En cause, un chantier de 40 000 m2 situé en contrebas de l’Espace Senghor – à quelques dizaines de mètres de la maison de l’ancien chef de l’État. Dans sa ligne de mire, le maire de la commune de Fann-Point E, qui a délivré le permis de construire, le groupe Terrou-Bi, qui en a bénéficié et qui possède déjà un hôtel faisant face aux îles de la Madeleine, et le groupe Eco Loisirs, constructeur de plusieurs édifices sur la corniche.

S’ils ne sont pas nommés dans la plainte, les heureux propriétaires des parcelles obtenues depuis le morcellement de ce vaste terrain se sont également sentis visés.

Détenteurs de titres fonciers, par dérogation aux dispositions légales protégeant le domaine public maritime (DPM, théoriquement inaliénable, imprescriptible et inconstructible), certains privilégiés n’ont pas tardé à prendre leur téléphone afin de freiner l’ardeur de l’architecte.

Dans ce far west juridique qu’est devenue la corniche, le gotha sénégalais a pris ses aises.

« “Dis à Pierre que je veux seulement faire construire une maison d’un étage, qu’on ne verra pas depuis la corniche”, m’a dit un chef d’entreprise », raconte Moctar Ba, le président de la Plateforme pour l’environnement et la réappropriation du littoral (Perl) – dont son ami Atepa est le président d’honneur.

Un far-west juridique

Dans ce far west juridique qu’est devenue la corniche, le gotha sénégalais a pris ses aises. Pierre Goudiaby Atepa le reconnaît : lui-même confronté à des conflits d’intérêts entre son proche entourage et certains bénéficiaires de terrains litigieux, il a préféré retirer sa plainte quelques jours plus tard pour privilégier la négociation.

« Nous ne sommes pas des subversifs, nous voulons être une force de proposition, indique le président de la Perl, qui réunit depuis 2014 diverses associations attachées à la préservation du littoral. L’important est de trouver un équilibre entre les infrastructures privées et la mise en valeur de zones accessibles à tous, dans le cadre d’une politique nationale d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement du littoral. »

Aussi l’association s’efforce-t-elle généralement de plaider sa cause auprès de l’État et des promoteurs immobiliers. Le combat citoyen dans lequel elle s’est engagée est le révélateur d’un scandale environnemental où s’entremêlent les pires travers d’une nomenklatura déconnectée du bien commun : clientélisme, népotisme, passe-droits et argent facile.

?

Moctar Ba et l’architecte Pierre Goudiaby Atepa, responsables de la Plateforme pour l’environ-nement et la réappropriation du littoral

« Sous Senghor, il y avait une volonté politique forte de protéger le littoral, résume un bon connaisseur du dossier. Lorsque Abdou Diouf lui a succédé, elle s’est trouvée atténuée. Mais les constructions alors autorisées, notamment les complexes hôteliers, respectaient un plan d’urbanisme raisonné. »

Le Sénégal a alors besoin de développer le tourisme, aussi l’écrin qui enserre la presqu’île du Cap-Vert s’ouvre peu à peu aux constructions, conformément aux déclassements autorisés par les textes.

Depuis 1976, ceux-ci prévoient en effet que l’État peut, sur dérogation, accorder des baux, voire des titres fonciers, relatifs à cet espace protégé lorsque les circonstances le justifient.

Une histoire de villas

Mais, déjà, le ver est dans le fruit. À l’entrée du Plateau, aux confins de la corniche ouest, « la première maison qui surplombe l’Atlantique a été construite par la fille d’Abdou Diouf, ce qui avait entraîné une polémique à l’époque », relate Moctar Ba.

Quelques centaines de mètres plus loin, à flanc de falaise, une vaste propriété aux toits en forme de paillote appartient, elle, au fils de l’ancien président.

Plus au nord, à Mermoz ou à Ngor, des lotissements sont qualifiés par Atepa de « quartier des socialistes » – une allusion aux notables du régime Diouf ayant obtenu à l’époque des passe-droits pour y construire leurs maisons.

Selon la Perl et plusieurs observateurs avertis, avec l’arrivée d’Abdoulaye Wade au pouvoir, les contournements de la loi sur la protection du DPM deviennent frénétiques.

« Des terrains acquis à 2 500 F CFA (moins de 4 euros) le mètre carré peuvent être revendus jusqu’à 1 million de F CFA le mètre carré », s’indigne Pierre Goudiaby Atepa

Le nouveau régime accorde des faveurs à ses obligés comme on distribuerait des médailles. Des politiques, des marabouts, des magistrats, des notables, des affairistes se voient gratifiés de parcelles cédées à vil prix et parfois revendues à prix d’or.

« Des terrains acquis à 2 500 F CFA (moins de 4 euros) le mètre carré peuvent être revendus jusqu’à 1 million de F CFA le mètre carré », s’indigne Pierre Goudiaby Atepa. Hôtels, complexes immobiliers de luxe, cliniques privées et villas fastueuses prolifèrent sur ce terreau.

Et la Perl de brandir les titres de propriété de deux vastes terrains détenus par Abdoulaye Wade lui-même.

L’un, de 14 000 m2, a hébergé en 2010 le village du Festival mondial des arts nègres (Fesman). Situé entre Yoff Virage et Ngor, il est aujourd’hui en friche.

Le second, de 8 000 m2, se trouve près du cap Manuel. Un troisième, au nom de son fils Karim, a été saisi par l’État à la suite de sa condamnation pour enrichissement illicite, en 2015.

Le successeur d’Abdoulaye Wade, Macky Sall, a lui-même bénéficié de la générosité de son ancien mentor. En 2012, dans sa déclaration de patrimoine, il révélait être le propriétaire d’un terrain de 2 069 m2 dans le quartier prisé des Almadies. Entre-temps, il a toutefois décidé de le restituer à la communauté afin d’y édifier une aire de jeux pour enfants.

« Il n’est pas le seul à avoir pris la mesure du problème, indique Pierre Goudiaby Atepa. J’ai moi-même sollicité une audience auprès du khalife général des Mourides, qui disposait d’un terrain de 4 000 m2 sur la corniche. Je lui ai expliqué ce qu’était le domaine public maritime et les problèmes qui se posaient, et il a accepté de le restituer. »

Faire des villes écologique

« À l’heure où la Banque mondiale appelle à l’écologisation des villes africaines, ce qu’on constate sur le littoral dakarois est anachronique », affirme Moctar Ba.

Les bâtiments de plusieurs étages qui ont poussé comme des champignons, ainsi que les murs d’enceinte entourant les propriétés et chantiers, ont réduit à peu de chose l’effet Venturi, qui balaie la pollution, disperse les moustiques et rafraîchit la ville. « Il faut que l’on puisse voir la mer et que celle-ci reste accessible aux populations », ajoute Pierre Goudiaby Atepa.

« D’un point de vue architectural, la corniche est une aberration, renchérit Annie Jouga, architecte et maire adjointe de Gorée, qui s’efforce depuis trente ans de limiter la casse. On aurait dû la considérer comme un ensemble homogène, mais au lieu de cela on l’a découpée en petits morceaux de béton. »

À force de ténacité, la Perl est tout de même parvenue à obtenir des contreparties. En 2014, la société civile s’était mobilisée contre le mur entourant le terrain cédé à la Turquie pour y construire sa nouvelle ambassade, bloquant la vue. Un compromis a finalement été trouvé afin de regrouper sur un même terrain, hors du DPM, les ambassades du Koweït, de la Turquie et de la Libye.

Il rappelle que les bâtiments érigés dans la bande des 100 m autour du rivage sont, de par la loi, « précaires et révocables »

Quant au groupe Azalaï, qui fait construire un nouvel hôtel à proximité du Terrou-Bi, il a accepté de transiger avec l’association.

« Nous leur avons proposé de ne pas nous opposer au chantier, mais en échange ils se sont engagés à financer dans cette zone un projet d’aménagement de la corniche, pour un montant de 1,5 milliard de F CFA », se réjouit Pierre Goudiaby Atepa, dont le cabinet a élaboré gracieusement les plans du projet en question.

Citant l’économiste Schumpeter, Moctar Ba exalte les vertus de la « destruction créatrice ». Il rappelle que les bâtiments érigés dans la bande des 100 m autour du rivage sont, de par la loi, « précaires et révocables ».

Autrement dit, des gargotes qui bordent la corniche des Almadies aux constructions anarchiques qui auront bientôt défiguré les collines des Mamelles, un certain nombre d’entre elles pourraient demain être détruites, et leurs propriétaires, indemnisés.

« C’est la volonté politique qui fait défaut, déplore Babacar Thioye Ba, directeur de cabinet adjoint du maire de Dakar. Avant août 2014, seul Khalifa Sall était habilité à délivrer des permis de construire sur ces terrains.

Et il refusait régulièrement de les signer, en invoquant des raisons liées au bien commun. » Mais, depuis l’Acte III de la décentralisation, cette prérogative incombe aux maires des différentes communes concernées, qui agissent en ordre dispersé.

Un comité mixte de réflexion sur le littoral a bien été institué, réunissant différents protagonistes autour des représentants de l’État. « Mais, en 2016, lors d’une réunion, un fonctionnaire du cadastre nous a confié, l’air résigné, que depuis les Almadies jusqu’au cap Manuel toutes les parcelles ont d’ores et déjà été attribuées », se désole Annie Jouga.

La frénésie

Seule lueur d’espoir : une nouvelle loi est en passe d’être adoptée. Selon Boniface Cacheu, conseiller juridique au ministère de l’Environnement, « elle stipule notamment l’inconstructibilité du littoral, sauf dérogation expresse liée, par exemple, à une nécessité de service public.

Actuellement, ces dérogations ne sont pas suffisamment encadrées, et les juges n’exercent pas de contrôle véritable sur les déclassements ». Concernant les constructions existantes, « on procédera à un audit environnemental afin de prendre des mesures d’atténuation », ajoute le conseiller. « Malheureusement, cette loi ne sera pas rétroactive », relativise le président de la Perl.

Pour l’heure, depuis sa majestueuse villa de Fann-Résidence, située de l’autre côté de la route de la corniche et donc hors du DPM, Pierre Goudiaby Atepa se prend à rêver du jour où les autorités sénégalaises se donneront les moyens de faire de cet ancien joyau, cher à Senghor, un espace convivial et verdoyant. Tandis qu’en contrebas, face à sa maison, les grues et les tractopelles s’activent à dépecer l’un des derniers terrains qui avaient jusque-là survécu à la frénésie immobilière.

Tout-à-l’égout

Tout autour de la presqu’île du Cap-Vert, la défiguration du littoral se double d’une catastrophe écologique et sanitaire. Dans la baie de Hann, les entreprises de la zone industrielle toute proche rejettent dans l’océan leurs eaux non traitées, faisant de ce lieu l’un des plus pollués du pays. Hier poissonneuse, la zone a été désertée par sa faune aquatique.

De l’autre côté de la ville, le malodorant Canal 4 (en partie à ciel ouvert) charrie les eaux usées de différents quartiers de la capitale dans la baie de Soumbedioune. Outre les excréments, des restes d’animaux et divers produits toxiques sont ainsi refoulés à proximité des zones de baignade.

De tels procédés s’observent tout le long du littoral, à Ngor, Diamalaye, Cambérène et jusqu’aux banlieues populeuses de Pikine et de Guédiawaye. Faute d’un réseau d’assainissement digne de ce nom, Dakar a fait de l’un de ses principaux atouts – l’océan qui l’entoure – une aberration environnementale. Un constat de mauvais augure, à l’heure où le Plan Sénégal émergent (PSE), lancé par Macky Sall, prévoit de faire du Sénégal un hub touristique.

Passe-droits

En 2015, les conclusions d’un rapport de l’Inspection générale des finances sur la gestion du foncier à Dakar de 2008 à 2013 font scandale : 26 personnalités se sont vu octroyer des titres fonciers sur la corniche, dont plusieurs ex-ministres et… deux magistrats. « Quand on a commencé à saisir la justice, ils ont offert des terrains aux magistrats », ironise Atepa.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (15)


Anonyme il y a 3 semaines (20:10 PM) 0 FansN°: 1
Je soutiens Atepa
Reply_author il y a 3 semaines (06:43 AM) 0 FansN°: 1
et le '' docteur'' rose wardini je mets bien le docteur avec un doute! une voleuse qui construit un tabouret juste a cote de imodsen et qui surplombe tout les autres batiments . une egoiste , arriviste sans aucune morale.
Reply_author il y a 3 semaines (13:31 PM) 0 FansN°: 2
il faut détruire ce qui est illégal !
Anonyme il y a 3 semaines (20:10 PM) 0 FansN°: 2
Et si on manisfestait
Anonymetutelle il y a 3 semaines (20:27 PM) 0 FansN°: 3
TAISEZ VOUS DR YOUSSOUPH NDIAYE CE QUE TU A FAIT A ABASS NDAO ENTRE 2009-2012; CES FAITS QUE TU A RECONNU A LA COUR DES COMPTES EN 2017

TA PLACE DEVRAIT ETRE LA PRISON . OUI LA SANTE EST MALADE A CAUSE DE PERSONNES COMME TOI.

VOLEUR-POLTRON*-GRANDE GUEULE-HORS LA LOI



Audit du centre hospitalier : Abass Ndao infecté par la magouille







17 mars 2015 JOURNAL LEQUOTIDIEN







Une mission de vérification de l’Inspection des affaires administratives et financières (Iaaf) a été dépêchée au Centre hospitalier de Abass Ndao (Chan), au lendemain du départ de son ancien directeur Dr Youssou Ndiaye. Mais, la lecture du rapport officiel produit par l’Iaaf donne des urticaires. Les enquêteurs laissent voir des anomalies de toutes sortes, pour ne pas dire des combines et combinaisons à la limite mafieuses, qui ont profité à un personnel ou une catégorie de personnel, responsable à 90% de la situation précaire dans laquelle le Chan est plongée depuis des années maintenant. Selon le rapport de l’Iaaf, le Chan est transformé en champ de ruines, qui mettra bien des années, avant de redevenir normal.







Abass Ndao risque de ne jamais se relever de sa gestion, sous l’ère Youssou Ndiaye. Du moins, si l’on se fie au rapport, produit par l’Ins¬pection des affaires administratives et financières (Iaaf). Cette mission est intervenue dans un contexte de transition du fait du changement de directeur effectué le 7 mai 2014. Pour les enquêteurs, ce changement de directeur semble être le corollaire de la situation tendue au sein du Centre hospitalier de Abass Ndao (Chan) entre Dr Youssou Ndiaye et une bonne partie du personnel depuis 2011.







L’Iaaf fait remarquer que, sur le plan de la gestion, la structure devait, en fin avril 2014, trois mois d’arriérés de salaire à ses agents. Aujourd’hui, ces arriérés sont épongés et les réclamations portent uniquement sur les primes. Le fonctionnement normal des services techniques comme administratifs pose problème du fait de la vétusté des équipements, de la défaillance de la maintenance, de la rupture fréquente de consommables, de la situation déplorable des ressources humaines.







Ces manquements, selon les en¬quêteurs, empêchent le Chan de fonctionner normalement et obligent le personnel à réorienter des patients dans les cliniques privées ou d’autres hôpitaux plus nantis en équipements et accessoires avec pour conséquence «une baisse significative des recettes propres. Pendant ce temps, la dette de l’hôpital ne fait que s’accroître. L’urgence est un vain mot, l’accueil et l’orientation inexistants. Le taux d’absentéisme est très élevé. Il en est de même des retards.»







A propos de la masse salariale, elle n’est pas maîtrisée, selon le rapport. «Les tensions de trésorerie sont avérées et récurrentes, la baisse drastique des recettes peut être constatée sur les différents documents financiers, surtout durant la période (2010-2013). Les services tournent au minimum. Au moment de la prise de fonction du nouveau directeur, tous les contrats avec les fournisseurs étaient en voie de résiliation. La dette sociale avoisine 900 millions de francs Cfa, la dette fiscale plus d’un demi milliard et celle aux fournisseurs dépassent le milliard», lit-on dans le document.
Anonyme il y a 3 semaines (20:27 PM) 0 FansN°: 4
Quand va-t-on vraiment agir ?
Lea il y a 3 semaines (20:50 PM) 0 FansN°: 5
2 vrais architectes qui se battent pour ce qui appartient a tous les Senegalais. Je ne comprends pas pourquoi tout le peuple n'est pas encore debout derriere eux!!...Battons nous pour des vraies causes waye comme celle ci. Moi en tt k je suis derriere eux et je suis d'accord.
Resist il y a 3 semaines (21:15 PM) 0 FansN°: 1
great document. daily passive manifestation is in order. the only way to combat and stop this "great theft" of public goods is to invest.
example: the government should invest in the littoral and develop public "usable" spaces (beaches, parks, etc..). if you build good quality public spaces, the thieves will not have spaces to sell.
Anonyme il y a 3 semaines (21:10 PM) 0 FansN°: 6
Atépa est le principal fautif. Il est comptable de tout ce bordel.
Anonyme il y a 3 semaines (23:10 PM) 0 FansN°: 1
tu ne sais pas de quoi tu parles
Anonyme il y a 3 semaines (00:42 AM) 0 FansN°: 7
Le pire que j'ai vue sur la corniche,et sur le polongement de fenetre mermoz ( au Bout de la rue ou se trouve la Villa de macky sall).Il y'a un gars a qui on a donne uen parcelle a cote de l'antenne ILS de l'aeroport,et y'avait un troup beant de canal qui s'ouvrait dans le falaise,le gards a mis du beton pour boucher le "trou"..Et, bine ce trou la,c'est la sorti ducanal qui draine la piste 360...On s'etonne que cette piste s'inonde maintenant, alros que meme quand ils pleuvait des cordes ,les avions pouvaient toujours atterir a Dakar-Yoff...

Ce qui passe au senegal.ce sont des gens qui abusent du pouvoir et des sneglais pour s'enrichir le plus vite possible et pendant qu'ils le peuvent.

Tanor vendait les licenses de Peches, Wade a Vendu les terres et Macky vend les oppotunites qui auraient permis aux senegalais d'enclencher une ere de prosperite.
Premier Collége  il y a 3 semaines (09:51 AM) 0 FansN°: 1
c'est le règne des indigènes.
Anonyme il y a 3 semaines (01:05 AM) 0 FansN°: 8
Senegalais yi des fois ay doof sakh ngaleen diappe wayeh beuss bougn djaugue loleen amelone ding leen ko dello
Anonyme il y a 3 semaines (06:54 AM) 0 FansN°: 9
^`7^7^4^8^1^0^2^1^4^TRAITEMEN_ FAIBLESSE_SEXXUELLE_PAR LES PLANTES EFFICACITE_GARANTIE^`7^7^4^8^1^0^2^1^4^TRAITEMENT_FAIBLESSE SEXXUELLE_PAR LES PLANTES EFFICACITE GARANTIE^`7^7^4^8^1^0^2^1^4^TRATEMENNT_AASMPERMIEE_AZZOSPERMIE OOLIGOSPERMIE_FAIBLESSSE_DIABETIQUUE
Anonyme il y a 3 semaines (08:29 AM) 0 FansN°: 10
Anarchie, pollutions de toutes sortes (égouts, produits chimiques) , environnement fortement dégradé, puanteurs, désordres ambiants, ordures, etc.... Telle pourrait être la description de Dakar.

Il faut une prise de conscience urgente pour remédier à tout ça !

Un internaute a parlé de manifestation, oui pourquoi pas. Il faut éveiller les consciences.
Anonyme il y a 3 semaines (11:43 AM) 0 FansN°: 11
sans oublier la residence de yerim sow: waterfront
Reply_author il y a 3 semaines (16:06 PM) 0 FansN°: 1
exact. elle est sur le front de mer (comme son nom l'indique). c'est un hôtel?
Anonyme Fel il y a 3 semaines (12:34 PM) 0 FansN°: 12
Anonyme n° 9

Franchement vous nous emmerdez avec vos pubs à la con de traitement de faiblesse sexuelle

Cela devient de la démence et de l'obssession sexuelle de votre part

C'est trés chiant et nul pour tout le monde
Reply_author il y a 3 semaines (16:46 PM) 0 FansN°: 1
ceux qui sont censés défendre nos interets nous abandonnent à notre triste sort dés lors qu' ils sont mis dans le dispositif et donc reçoivent leurs parts du gateau. c est la triste réalité, personne pour nous défendre, alors que senghor nous a laissé les meilleurs textes, enrichis au gré de l' évolution.
senegal quand sera tu debout? des initiatives comme celles du groupe d' atépa doivent essaimer à travers le pays pour améliorer l' environnement et régler les problémes abandonnons les débats des politiciens qui nous font perdre notre temps et occupons nous des vrais questions qui conditionnent notre mieux etre dans ce sénégal meurtris et otage de personnes malfaisantes et pathogénes quinsi rien est fait pour les recadrer et les brider conduiront le pays à la derive
Anonyme il y a 3 semaines (18:26 PM) 0 FansN°: 13
Abdou Diouf et Wade les plus grandes calamités de l'histoire du Sénégal. Merci Mr Atepa un vrai patriote
Anonyme il y a 3 semaines (18:35 PM) 0 FansN°: 14
nous somme un peuple passif tout ceci a pu se faire grâce à la complicité tacite des sénégalais mais ce n'est jamais trop tard on peut tjrs se soulever pour récupérer nos biens
Anonyme il y a 3 semaines (20:06 PM) 0 FansN°: 15
de toutes façons tout va tomber dans l'océan d'ici dix ans maximum avec l'érosion du littoral et la montée du niveau de la mer ! ah ah ah ah





la nature reprendra ses droits et ils auront perdu tout leur fric ! tant pis pour eux ! ah ah ah ah





don't worry, ba happy

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]