Sida en Afrique : les hommes, premières victimes du virus

  • Source: : Webnews | Le 01 décembre, 2017 à 16:12:48 | Lu 2837 fois | 5 Commentaires
content_image

Des milliers de personnes défilent à Durban pour faire pression sur les participants à la 21e conférence internationale sur le sida qui s'ouvrait le 16 juillet 2016, en Afrique du Sud.

Moins susceptibles de se faire dépister et d'avoir accès aux traitements, majoritaires chez les prisonniers et les usagers de drogues... En Afrique, comme partout ailleurs dans le monde, les hommes représentent « l'angle mort » de la lutte contre l'épidémie de VIH, selon un rapport de l'Onusida publié ce 1er décembre à l'occasion de la journée mondiale contre le Sida.

En Afrique subsaharienne, les hommes qui vivent avec le VIH ont ainsi 20 % de chances en moins de connaître leur état sérologique que les femmes et les filles séropositives, et sont moins susceptibles à 27 % d’avoir accès au traitement. Une étude menée en Afrique du Sud par l’Onusida a par ailleurs montré que 70 % des hommes décédés de maladies associées au sida n’ont jamais cherché à se soigner.

« Au KwaZulu-Natal, province dont la prévalence au VIH est la plus élevée en Afrique du Sud, seul un homme sur quatre âgé entre 20 et 24 ans vivant avec le VIH a appris qu’il avait contracté le virus en 2015 », pointe par exemple le rapport. Et en Afrique centrale et de l’Ouest, où des efforts sont menés pour riposter efficacement au VIH, seuls 25 % des hommes séropositifs ont accès au traitement.

Des causes diverses

En cause, selon le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé, la persistance d’un « certain machisme et de préjugés qui ne créent pas les conditions pour une sexualité débarrassée du virus ». « En Ouganda, par exemple, certains sondés ont préféré éviter de connaître leur statut sérologique pour éviter un stigmate associé à l’émasculation », analyse-t-il.

Ce décalage est aussi le résultat de « services de santé conçus pour les femmes, où ces dernières peuvent plus facilement se faire dépister lors d’examens prénataux par exemple », poursuit le directeur de l’agence onusienne. Les hommes consultent les services de soins de santé moins fréquemment que les femmes, ont moins de contrôles de santé et sont diagnostiqués d’une maladie mortelle à des stades plus tardifs que les femmes.

« La drogue par injection, qui est un mode de transmission de la maladie, est aussi un phénomène grandissant en Afrique, notamment sur l’île Maurice et aux Seychelles, note par ailleurs Michel Sidibé. Or, 80% des 12 millions de personnes qui s’injectent de la drogue sont des hommes. Même constat en prison, où 90% des détenus sont des hommes, et où la prévalence du virus est très élevée ».

« Briser la colonne vertébrale de la maladie »

Le directeur exécutif d’Onusida se montre cependant optimiste sur l’évolution générale de l’épidémie. « Nous sommes en train de briser la colonne vertébrale de la maladie », affirme-t-il, confiant. Le nombre de nouvelles contaminations, rappelle-t-il, a ainsi chuté de 48% par rapport à 2005, année qui représente le pic de l’épidémie.

À l’heure actuelle, 36,7 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, la majorité d’entre elles, soit 25 millions, sur le continent, dont 11 millions qui n’ont pas accès à un traitement. Avec d’importantes disparités : 6 millions de séropositifs en Afrique centrale et de l’ouest, contre 19 millions en Afrique australe et de l’est.

Des progrès considérables

Un chiffre qui ne doit pas faire oublier les progrès considérables réalisés en quelques années dans cette zone. « L’Afrique de l’Est, où l’épidémie était la plus virulente, s’est vu allouer d’importantes ressources financières pour lutter contre la maladie », selon Michel Sidibé.

Le cas le plus remarquable est celui de l’Afrique du Sud, où le nombre de personnes sous traitements est passé de 90 en l’an 2000 – quand le président Thabo Mbeki doutait de la réalité de l’épidémie – à 4 millions dernièrement. Par ailleurs, au Swaziland, désormais, 90% des séropositifs sont sous traitement.

L’Afrique de l’Ouest concentre désormais 90% des nouvelles contaminations

À l’autre bout du continent, l’Afrique de l’Ouest « est désormais un peu à la traîne au niveau des traitements, notamment au niveau de la prévention pour les enfants, déplore Charlotte Sector, porte-parole de l’Onusida. Cette dernière année, on y a même noté une hausse de 35% des morts liées au sida chez les adolescents de 15 à 19 ans ». Signe d’un phénomène plus général : si la mortalité descend partout sur le continent, elle augmente chez les adolescents, et notamment chez les jeunes filles.

De plus, « l’Afrique de l’Ouest concentre désormais 90% des nouvelles contaminations », surenchérit Michel Sidibé, qui appelle à cibler désormais les grandes villes. En Côte d’Ivoire, où doit avoir lieu le prochain sommet sur la lutte contre le sida début décembre, sept enfant séropositifs sur dix vivent à Abidjan.

La faiblesse du système communautaire de santé en Afrique de l’Ouest est rendu responsable de ce décalage. Un défaut auquel Onusida entend pallier en annonçant la formation prochaine de 2 millions d’agents de santé communautaires partout en Afrique, en se basant sur l’expérience du Rwanda et de l’Ethiopie, laquelle n’a pas hésité à former 35 000 de ses agents.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (4)


Anonyme il y a 2 semaines (16:35 PM) 0 FansN°: 1
Les fausses déclarations du Docteur Kassé contre la LISCA et contre le Professeur émérite Mamadou Diop Mamadou Diop, Directeur de l'Institut du Cancer de l'Hôpital le Dantec : Ce que le doc Dr Kassé vient de déclarer sur les ondes de la TFM est très grave, parce qu’il n’a jamais été professeur. Dr Kassé dit qu’il a créé la LISCA c’est totalement faux, il était parmi les membres fondateurs comme tous les autres membres fondateurs. Il essai de minimiser le travail louable a tout point de vue de la LISCA en parlant d’une petite association. Cet homme est mauvais, je trouve malsain que cet homme à la moralité très discutable se permettre pour ses intérêts bassement personnels insinuer que le Professeur émérite Mamadou Diop Mamadou Diop, Directeur de l'Institut du Cancer de l'Hôpital le Dantec et son équipe n’ont réalisé aucun résultat. Si les sénégalais veulent savoir qui est le Dr Kassé, ils n’ont qu’à aller poser la question aux médecins et aux professeurs qui sont dans le système médical du Sénégal, et ils vous diront qui est véritablement le Dr Kassé. Si les sénégalais veulent savoir qui est Kassé, ils n’ont qu’à aller poser la question à la ligue sénégalaise contre le tabac LISTAB, où il se passerait des problèmes graves de gestions. Kassé cherche à démolir la LISCA, il cherche à dire que le professeur Mamadou Diop Mamadou Diop, Directeur de l'Institut du Cancer de l'Hôpital le Dantec et tous les autres sont des incompétents, et que c’est lui seul qui sait, alors que ? Dr Kassé a été chassé de la LISCA. Maintenant laissez-nous le temps de faire quelques recherches et nous reviendront vers vous. Il cherche tout simplement à harponner le nouveau ministre la santé Abdoulaye Diouf Sarr à qui nous demandons de se méfier, et faire très attention à ce faux type
Anonyme il y a 2 semaines (16:36 PM) 0 FansN°: 2
Docteur kassé vous ne le connaissez pas, c'est un opportuniste doublé d'un roublard. Il est d'une fausseté sans pareil. Si vous voulez savoir qui il est réellement allez poser la question aux professeurs de l’UCAD, ou aux médecins Tout ce qu'il raconte du matin au soir est du vent, il ment tout le temps, et il dénigre tout le monde. Docteur Kassé ne cherche que l’argent, et pour ça, il est prêt à toute forme de bassesse. Voilà pourquoi il cherche à salir une personne aussi intègre et sérieuse que prof Mamadou Diop, ou dénigrer une structure comme la LISCA
Anonyme il y a 2 semaines (16:37 PM) 0 FansN°: 3
Mais franchement ce docteur Kassé prend les membres des associations qu’il vandalise pour des demeurés. Voilà quelqu’un qui en plus d’être un menteur, est aussi un prédateur. Nous sommes tombés sur une convocation d’une prétendue préparation d’une assemblée générale qu’il ose convoquer, alors que normalement aujourd’hui ce type devrait être devant un juge pour répondre d’accusations très graves, et de diffamation très lâche à l’égard de personnes honnêtes, vertueuses et compétentes de la tempe du prof Mamadou Diop de Le Dantec, et de la LISCA qui font de très bons résultats dans la lutte contre le cancer, ce que ce vanupied de docteur Kassé ne peut pas souffrir. Ce docteur Kassé ose alléguer dans son torchon de convocation d’une réunion de préparation de l’Assemblée Générale de renouvellement du bureau de la LISTAB que : « Les nouveaux enjeux ne nous permettent pas de nous laisser distraire par d’autres agendas, qui ne sont pas ceux de la lutte contre le tabagisme », alors que c’est lui qui qui cherche à distraire les associations de la LISTAB, qui doivent faire preuve de vigilance. La LISCA a subi les mêmes pratiques de la part de cet individu qui est d’une fourberie, et d’une perfidie sans pareil. Ce docteur Kassé est un tricheur, tout ce qui l’intéresse c’est l’argent. Il dénigre prof Mamadou Diop et la LISCA pour dérouter tous les malades du cancer dans sa direction, alors que tous ceux qu’ils dénigrent sont mille fois plus compétents, et ont plus de crédibilité, et de probité morale que lui.Les informations qui nous parviennent de la LISTAB sont tout simplement alarmantes, et pas du tout rassurantes, Il se passerait des manquements graves de gestion. Les associations de la LISTAB doivent prendre leurs responsabilités, et chasser ce docteur Kassé de la LISTAB, comme nous l’avons chassé de la LISCA. Ce docteur Kassé est un personnage funeste, tout simplement ignoble et dégueulasse. Nous attirons l’attention du Ministère de santé, et la LISTAB sur les agissements de ce triste individu. Le Ministère de la santé doit diligenter une enquête sur les agissements de ce docteur Kassé, un vil affairiste
Anonyme il y a 3 jours (01:02 AM) 0 FansN°: 4
 :angle:  :baby-crawl:  :bindeu:  :bip-bip:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :brawoo:  :contaan:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/cool.gif" alt=":cool:">   :cringe:  :cringe2:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   :elated:  :emoshoot:  :fbblip:  :fbcool:  :fbdevil:  :fbglass:  :fbhang:  :fbhear:  :fblike:  :fbmus:  :fbsad:  :fbsmileside:  :fbsurprise:  :fbtear:  :fbwink:  :frustre:  :ibit:  :interrogation:  :jaaxle:  :joyy:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :jumpy2:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">   :kiss:  :lool:  :looney:  mbeulei  :nohope:  :nono:  :question:  :rigolo:  :roadrunner:  :smile:  :smile:  :sunugaal:  :taala_sylla:  :taz-smile:  :thumbs_up:  :thumbsdown:  :thumbsup: :triste: :winkwink:  :xaxataay: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]