Vidéo d’exécutions au Cameroun: arrestation de 7 soldats

  • Source: : RFI | Le 11 août, 2018 à 02:08:19 | Lu 2672 fois | 7 Commentaires
content_image

Vidéo d’exécutions au Cameroun: arrestation de 7 soldats

Au Cameroun, les soldats impliqués dans la vidéo montrant les exécutions sommaires de deux femmes et leurs enfants dans l'extrême nord du pays auraient formellement été identifiés.

Ils sont au nombre de sept, ont été mis aux arrêts et sont désormais entre les mains de la justice militaire. Cette vidéo avait circulé sur les réseaux sociaux et suscité l'émoi au niveau international. Les autorités camerounaises avaient commencé par nier son authenticité, avant d'ouvrir une enquête.

Le communiqué du gouvernement, signé du ministre de la Communication, donne les noms et les grades des soldats impliqués dans cette vidéo. Sept personnels militaires finalement rattrapés par leurs actes et mis à la disposition de la justice au terme d’une enquête prescrite par le président Paul Biya, précise le communiqué.

En juin 2018, la diffusion de cette vidéo via les réseaux sociaux avait suscité un grand émoi auprès du public. On y voit deux femmes, présentées comme ayant été capturées dans un assaut contre les jihadistes de Boko Haram, l’une tenant une fillette dont l’âge a été estimé entre cinq et sept ans et l’autre portant un bébé dans le dos. Elles sont conduites au bout d’une piste par des hommes en tenue militaire et sont sommées de se mettre à genoux. Les soldats recouvrent ensuite leur tête de foulards, avant de les fusiller à bout portant. Les quatre victimes sont tuées net, même le bébé.

Face à la vague d’indignation suscitée par cette vidéo, le gouvernement avait dans un premier temps vigoureusement démenti et disculpé la responsabilité d’éléments de l’armée camerounaise. Un mois plus tard, cette position n’est donc plus d’actualité, le gouvernement parle d’exactions inacceptables perpétrées par des soldats égarés.


Auteur: RFI.fr - RFI






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (5)


Anonyme En Août, 2018 (10:08 AM) 0 FansN°: 1
pendaison publique et c'est tout
Reply_author En Août, 2018 (13:12 PM) 0 FansN°: 1
effectivement
Anonyme En Août, 2018 (11:35 AM) 0 FansN°: 2
Que pensez-vous de ce que leurs proches ont en têtes. NO JUSTICE NO PEACE. On tue des bébés et des femmes et si leurs frères et soeurs répondent avec violence on parle de terrorisme. Qui sème le vent récolte la tempête.
Reply_author En Août, 2018 (11:46 AM) 0 FansN°: 1
des esprits tordus rien de plus tuer de pauvres enfants.cela ne se passe quen afrique
Anonyme En Août, 2018 (12:10 PM) 0 FansN°: 3
Punition extremes honte a ses 7 bêtes
Anonyme En Août, 2018 (13:14 PM) 0 FansN°: 4
tout à fait d'accord pendaison publique et le compte y est, barbares sauvages!
Anonyme6 En Août, 2018 (16:44 PM) 0 FansN°: 5
Ah...incroyable mais vrai!...Lork j'avais vu le video sur internet, j'avais refuse de croire c etait vrai, pour moi c'etait "fake news" pour avoir la conscience tranquille!

Helas, maintenant je dois faire face a la limite de la betise humaine et militaire!



Je suis completement devaste!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]