La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

  • Source: : Seneweb.com | Le 08 octobre, 2018 à 16:10:11 | Lu 8441 fois | 38 Commentaires
content_image

La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

La Compagnie agricole de Saint-Louis (CASL) a pour objectif de participer à l’atteinte de l’autosuffisance en riz pour le Sénégal. Depuis son installation dans le grand delta du fleuve Sénégal, en 2013, elle a investi plusieurs milliards de francs Cfa pour produire, transformer et commercialiser du riz de «qualité supérieure» dénommé ‘Royal Sénégal’.

Les investissements de la CASL sont répartis sur plusieurs sites. Ceux-ci ont été présentés à la presse sénégalaise au cours d’une visite organisée mardi 2 octobre et à laquelle ont pris part, entre autres agents de la Compagnie, le responsable Hygiène, Sécurité et Environnement, Aïssamby Diémé, le chef de fermes Abdoulaye Diop, le directeur de l’usine, Mamadou Mar, le responsable de production Sonar Kor. C’était en présence du représentant du chef de village de Diadiam 3, Djiby Sèye, notamment.

CASL : une vision, un objectif

La CASL vise deux objectifs principaux : réduire la facture et l’insécurité alimentaire du Sénégal et être un moteur pour la modernisation de la filière riz, avec une empreinte environnementale sous contrôle, une stratégie foncière gagnant-gagnant et un projet rentable et bancable. Il s’agit, plus spécifiquement, de produire du riz de qualité pour le marché local, de mettre en place un modèle de ferme pilote pour le développement, d’intégrer l’ensemble de la chaîne (développement hydro-agricole, recherches, production de paddy, transformation, contrats de culture et commercialisation, essais, mécanisation, rendements, qualité, formation), de participer à la transition de l’agriculture d’autoconsommation à une agriculture commerciale, de développer des surfaces pour l’agriculture familiale, d’accroître les revenus et les emplois agricoles dans la vallée du fleuve et enfin, de diffuser de la formation et de nouvelles techniques.

Dans cette perspective, la Compagnie compte aménager une assiette foncière de 5300 hectares, exploiter 4600 hectares de terres irrigables, faire deux récoltes par an, créer des réseaux primaires pour alimenter en eau près de 1500 hectares d’exploitation pour les populations riveraines, mettre en place pas moins de 1500 hectares/an de contrats de culture, commercialiser du riz au Sénégal et produire 45000 tonnes de riz blanc par an.

Concernant la collecte, l’usinage et la commercialisation, la CASL entend aménager des silos  d’une capacité de 30 000 tonnes, une rizerie répondant aux standards internationaux, avec une capacité de 8 tonnes/heure, soit 60 000 tonnes/an de riz blanc ordinaire et/ou parfumé, et, enfin, mettre sur le marché sénégalais des sacs de riz de 1 kg, 5 kg et 25 kg.

Plus de 2000 hectares exploités

Pour doper sa production agricole la Compagnie mise, pour ce mois d’octobre, sur une assiette foncière de 3220 hectares et compte aménager 2700 hectares de terres irrigables. Pour l’hivernage en cours, elle a exploité 2100 hectares et pour la saison sèche 2019 elle table sur 2700 hectares.

Depuis 2014, la CASL assure deux récoltes par an. Cette année, elle a mis en place 2000 hectares de contrats de culture et recruté 200 contractuels (CDD et CDI) ainsi que 100 journaliers.

Dans le cadre de son programme environnemental et social, la Compagnie a créé 75% d’emplois permanents (CDD et CDI) dont 10% pour les femmes et autant pour les jeunes.L’entreprise prévoit d’orienter une vingt jeunes vers l’«élevage intensif» et la pisciculture. Elle compte aussi reboiser 80 hectares de terres à proximité des villages environnants et dans les forêts classées mais aussi de réaliser le faucardage des typhas dans les parcs naturels.

La Compagnie a également réalisé des réseaux primaires au profit de 500 hectares exploitants riverains, cédé gratuitement 20% de la paille aux éleveurs. La société prévoit de soutenir des projets de maraichage et d’arboriculture sur 32 hectares au profit des groupements féminins. S’y ajoutent la disponibilité de l’eau potable pour 8 villages et des actions sociales dans les domaines de la santé et de l’éducation.

Oiseaux granivores

Toutefois, la CASL est confrontée à quelques difficultés dans l’exécution de son projet rizicole. Il s’agit notamment, de la salinité très avancée des terres, des attaques d’oiseauxgranivores et des contraintes de la filière.

Selon le chef de fermes Abdoulaye Diop, la Compagnie est en train de «maitriser plus ou moins» la salinité des terres, mais est à la peine face aux oiseaux granivores, un «problème sérieux» qui leur fait perdre près d’une tonne de riz par hectare. Ce qui est énorme !

Les contraintes de la filière riz ont pour noms : accès au foncier, TVA non récupérable sur les charges d’exploitation (gasoil, électricité, prestations de services, entre autres), législation environnementale inadaptée, fiscalité des investissements relevant de plusieurs régimes très contraignants pour l’importation de pièces de rechange, les prestations de travaux agricoles entre exploitants agricoles, etc., délais administratifs longs pour certaines démarches (jusqu’à 6 mois pour une autorisation de défrichement).

Il y a aussi la fiscalité locale, qui est parfois discriminatoire et instable (5 000 à 90 000 francs Cfa/hectare pour les taxes de bornage), la mauvaise qualité des engrais subventionnés, non disponibles à temps, soumis à une procédure administrative complexe (5 intervenants), la formation professionnelle et universitaire inadaptée engendrant un déficit de personnel qualifié, des coûts d’aménagement du foncier élevés (de l’ordre de 4500 euros/hectare dans le Delta, jusqu’à 8000 euros/hectare dans la moyenne vallée lorsqu’il faut endiguer les aménagements, une pression aviaire importante [oiseaux mange-mil]) avec des pertes de rendements significatives, et le financement tardif pour les contrats de cultures avec les banques locales.

Deux variétés de semence

La CASL utilise deux variétés de semence dans ses fermes : le «138» et le «134». Les deux résistent au sel, mais le premier est plus utilisé que le second car, les consommateurs sénégalais apprécient sa qualité et sa douceur. Sans compter qu’elle est plus facile à préparer.

La Compagnie pratique deux campagnes de culture de riz par an : une durant l’hivernage (de juin à décembre) et une autre durant la période de contre-saison (de janvier à juillet).

Cette année la CASL a emblavé une superficie de 2100 hectares pour la campagne d’hivernage. Ce qui fait un total de 4200 hectares pour les deux campagnes. Elle pratique 90% du système d’irrigation en gravitaire. Mais, elle utilise beaucoup d’énergie pour le drainage.

Selon le responsable Hygiène, Sécurité et Environnement de la Compagnie, Aïssamby Diémé, le Royal Sénégal respecte les normes qualité pour les consommateurs, de la production jusqu’à la transformation. «Nous sommes dans un environnement salé, qui a subi pendant des années le phénomène de la salinisation, signale-t-il. C’est pourquoi, nous avons créé des drains de dessalement qui permettent de rabattre la nappe qui est extrêmement salée, pour pouvoir produire du riz de qualité sur les parcelles.»

Selon toujours M. Diémé le Royal Sénégal est un riz produit au Sénégal, pour les Sénégalais. Un riz de qualité dont le prix est très abordable pour le consommateur. Il est disponible au niveau des grands marchés et des grandes surfaces de Dakar ainsi que dans certaines localités à l’intérieur du pays comme Kaolack et Touba.

Satisfecit des populations locales

Le siège de la CASL se situe dans la commune de Diama. Dans un environnement «très favorable». Et pour cause. «La CASL a obtenu ses terres par cession. Ce sont les populations elles-mêmes qui ont accepté de céder leurs terres à la compagnie», signale Aïssamby Diémé. Qui précise que les terres en question étaient inexploitées à cause du manque d’aménagements hydro agricoles et de la présence du sel. Et que, désormais, grâce aux aménagements de la Compagnie, ces populations exploitent aujourd’hui près de 800 hectares de terres rizicoles.

Le représentant du chef de village de Diadiam 3, Djiby Sèye, acquiesce : «La compagnie a non seulement indemnisé les impactés mais aussi elle nous a permis d’avoir de l’eau sur place et de travailler comme elle. Elle a permis également à beaucoup de jeunes des villages environnants à avoir un emploi.»

M. Sèye ajoute que dans le cadre de sa Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse), la CASL a signé avec les populations de son village un contrat de culture qui leur permet d’obtenir les semences, les intrants et les produits phytosanitaires qui leur ont permis de réaliser deux campagnes et de vendre à la Compagnie leurs productions.

Standards internationaux

Érigée sur une superficie de six hectares, l’usine de la CASL a démarré ses activités en janvier dernier. Celles-ci portent sur trois domaines : la réception, le séchage et le stockage; l’usinage du riz et enfin le stockage et la livraison. Selon son directeur, Mamadou Mar, il s’agit d’une usine qui répond aux standards internationaux et qui est l’une des plus grandes rizeries de la vallée. Elle a une capacité de production de 192 tonnes par jour, soit 8 tonnes l’heure.

Le fonctionnement de l’usine, qui répond aux standards internationaux en la matière, repose sur 5 domaines prioritaires : la qualité, la sécurité, le personnel, le marché et l’excellence opérationnelle.

1 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

2 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

3 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

4 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

5 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

6 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz

7 La Compagnie agricole de Saint-Louis, fer de lance pour un Sénégal autosuffisant en riz


Auteur: Seneweb News - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (22)


 En Octobre, 2018 (17:01 PM) 0 FansN°: 1
VOUS NE PRECISEZ PAS LES IDENTITES DES VERITABLES PRORETAIRES DE CETTE COMPAGNIE.J'ESPERE QUE C'EST PAS DES ETRANGERS.
Reply_author En Octobre, 2018 (17:04 PM) 0 FansN°: 1
bonne question


il faut que le sénégalais s'allient, soient sérieux et retournent aux champs
Reply_author En Octobre, 2018 (18:49 PM) 0 FansN°: 2
c'est des français. on te met en avant des sénégalais alors qu'ils ne sont que des exécutants.
Reply_author En Octobre, 2018 (07:29 AM) 0 FansN°: 3
bertrand nicolas
direction général
Reply_author En Octobre, 2018 (18:22 PM) 0 FansN°: 4
si les sénégalais ne sont pas foutus d'investir dans ce créneau; alors bienvenus aux étrangers. arrêtez votre nationalisme à deux balles.
Anonyme En Octobre, 2018 (19:12 PM) 0 FansN°: 2
Tres belle réalisation ,des exploitations comme t’elle nous en avons grandement besoin parce qu elles aident à résorber le problème du chômage des jeunes.

Les actionnaires sont ils sénégalais ou étrangers?
Reply_author En Octobre, 2018 (23:13 PM) 0 FansN°: 1
français
Anonyme En Octobre, 2018 (19:12 PM) 0 FansN°: 3
Bachir En Octobre, 2018 (19:39 PM) 0 FansN°: 4
La CASL est un projet extrêmement important dans la mise en oeuvre de l'autosuffisance en riz. Ce sont des français qui ont acceptés de prendre des risques en investissant des milliards au moment où nos hommes d'affaire sont à Dakar dans l'immobilier et autres activités plus faciles.

Les terres sont à perte de vue dans cette zone et cette initiative pourra être multiplier par 10.

Bravo les gars.
Reply_author En Octobre, 2018 (21:16 PM) 0 FansN°: 1
n'essayez pas de justifier l'accaparement des terres .des terres a perte de vue ,c'est pour les futures generations.
Reply_author En Octobre, 2018 (16:18 PM) 0 FansN°: 2
quel est le prix du sac de 50 kg? si cest moins cher que le riz importè alors la ce seraiune aubaine ce j'ai du mal à comprendre pourquoi les produits importès sont ils plus chers que ceux produit aux pays?seraieent ce les taxes?
Anonyme En Octobre, 2018 (20:12 PM) 0 FansN°: 5
La CASL est un fossoyeur de l'environnement et l'eau qu'elle donne aux populations locales n'est meme pas potable,Allez sur place faire une contre enquête et vous verrez vous même. Les propriétaires sont des français à 100%, aucun sénégalais n'a le pouvoir le décision dans la compagnie
Bachir En Octobre, 2018 (21:22 PM) 0 FansN°: 6
Désolé mais la CASL n'a pas vocation à donner de l'eau aux populations. Ceci est du devoir de l'Etat du Sénégal.

Les Francais qui ont investi dans cette activité ont beaucoup de mérite. Ils nous ont montré la voix. Ces milliers d'hectares terres qu'ils exploitent ont toujours été la bas sans aucun aménagement ni exploitation.

Aujourd'hui des centaines de sénégalais gagnent leur vie et nourrissent leur famille respective dignement.

Bravo les gars.
Reply_author En Octobre, 2018 (22:28 PM) 0 FansN°: 1
reduire son peuple ades consommateurs et s'en golorifier
Reply_author En Octobre, 2018 (02:07 AM) 0 FansN°: 1
où est le plan sénégal Émergent?
Marvel En Octobre, 2018 (06:54 AM) 0 FansN°: 7
Cet article est èn Publireportage payé par CASL , pour vendre son image et ses produits et surtout avoir d autres terres pour agrandir son domaine Agricole. La question qui se pose est de savoir quel modéle de développement pourrait étre le plus bénéfique aux populations. Vendre ou céder nos terres à des investisseurs étrangers , par ce que l Etat ne les a pas aménagées est une erreur monumentale que paieront lourdement , les générations futures . C est exactement le cas des Lébous qui ont cédé pour presque rien , leurs terres dans la zone du Cap Vert à des spéculateurs qui les revendent aprés à prix d or . Il faut aider les paysans qui détiennent des droits anciens sur ces terres à les transformer en titre foncier et ensuite à pouvoir lever des fonds pour leur aménagement agricole.Transformer nos paysans en ouvriers agricoles n est oas la bonne solution . La SAED a failli à sa mission Elle doit étre restructurée pour devenir une Société Anonyme à capitaux mixtes à dominance privés , pour impulser l avtivité Aménagement des terres sur toute l étendue du pays .
Anomyme En Octobre, 2018 (08:04 AM) 0 FansN°: 8
Il faut préciser que la CASL a bénéficier d'un prêt de 52 milliard de la BAD/BEI. Consultez le net et vous aurez les détails.
Anonyme En Octobre, 2018 (08:19 AM) 0 FansN°: 9
COMME EN CHINE , LE GOUVERNEMENT FAIT DE LA PROPAGANDE !



en attendant, les sénégalais achètent du riz étranger le préférant à notre riz local.



Quant à ce communiqué, c'est juste un article de propagande ; le noyer dans des chiffres et des supputations n'en fait pas un article cohérant et véridique !



Macky $ale sort la grosse artillerie pour nous faire croire qu'il est sur tous les fronts pour sauver son peuple .....que du leurre !
Anonyme En Octobre, 2018 (09:11 AM) 0 FansN°: 10
 :sunugaal:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
Anonyme En Octobre, 2018 (10:55 AM) 0 FansN°: 11
Francais ou autres ce n'est pas important. Est ce que la CASL contribue au développement de cette localité. En fonction de son statut juridique, elle doit payer des impots et taxes.

En tant que structure privée, je pense qu'elle ne doit pas bénéficier de l'engrais subventionné. Si c'est le cas, il y à fraude et détournement. Les engrais sont destinés aux petits producteurs et non aux grandes sociétés qui ont les moyens. Les paysans sont lésés et l'ETAT également. Il faut une vigilence.
Anonyme En Octobre, 2018 (13:10 PM) 0 FansN°: 12
Je crois que la solution pour le senegal est qu'on nous laisse dans la misere. Parce qu'on aime critiquer sans amener des solutions . Il ya combien de milliardaire au senegal ? pourquoi ils n'ont pas investi au lieu de construire de immeuble qui n'emploi qu'un gardien. Dans tous les pays du monde cela existe, exemple des chinois aux USA, les allemands en france. Par ailleurs combien d'employe gagne leur vie labas. Si ces terres etaient labas d'ici mille ans il yaura rien. Mais aux moins on a des employés et les impots et taxes qui entre dans le pays.

Je ne suis pas politicien mais juste un analyste. Mais vraiment on (noir senegal) est mechant.
Reply_author En Octobre, 2018 (14:40 PM) 0 FansN°: 1
il faut faire la meme choses dans la zone des niayes avant que les promoteurs immobiliers ne finissent de détruire cette zone à vocation horticole
Colombo En Octobre, 2018 (15:10 PM) 0 FansN°: 13
Il est avéré que la Banque africaine de développement (BAD), conjointement avec la Banque européenne d’investissement (BEI), a accordé un financement de plus de 30 millions d’euros pour le développement des activités de la CASL.





Immatriculée comme entreprise à capitaux français et sénégalais, la CASL est détenue en majorité par une société française dénommée Arthur Straight Investissements (ASI), dirigée par M. Laurent Nicolas. A Saint-Louis, les opérations sont sous la tutelle de M. François Grandry, dont une partie de la famille s’est établie au Sénégal depuis l’époque de la colonisation française, et s’est longtemps activée dans l’agro-industrie.



Parmi les fondateurs de la CASL, l’on retrouve un ancien cadre dirigeant du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), M. Ousseynou Ndiaye, producteur de riz bien implanté dans son terroir. A Ross Bethio, les autorités se souviennent qu’il a démarché les villageois pour obtenir qu’ils lui cèdent des terres, ou qu’ils établissent un protocole qui permettrait à certains d’entre eux de produire du riz pour le compte exclusif de la CASL. Pour sa part, il assure n’avoir joué d’autre rôle que celui de consultant pour la société à ses débuts. «Je n’ai poussé personne à vendre ses terres», a-t-il soutenu



Mais le partenaire sénégalais le plus en vue dans ce projet n’est autre que Makhtar Diouf, dit Pedro, fils aîné de l’ancien président de la République Abdou Diouf. Depuis l’arrivée au pouvoir de Macky Sall, proche de son père, il a notamment acquis le monopole du contrôle de la charge à l’essieu des véhicules poids lourds, sur l’axe Dakar-Bamako. Sa compagnie (Afrique Pesage) n’était pas connue avant de décrocher ce contrat, et ne semblait donc pas disposer de l’expérience nécessaire pour cette activité…
Anonyme En Octobre, 2018 (15:58 PM) 0 FansN°: 14
Un grand bravo!



S'installer dans une zone sans aménagement, en faire profiter les exploitants riverains en apportant de l'eau, produire du riz local, tout cela en ayant un impact environnemental réduit...



Voilà enfin un projet en phase avec le développement durable...  :thumbsup: 
Citoyen En Octobre, 2018 (08:12 AM) 0 FansN°: 15
Mes Questions: Que font et que peuvent nous dire, en Gains; Souveraineté Économique et Maîtrise de la Balance Commerciale, les Ministère Économie, des Finances et du Plan, le Ministère du Commerce et l'Agence de Régulation des Marchés ?
Crypto-afrique En Octobre, 2018 (09:26 AM) 0 FansN°: 16
CRYPTO-AFRIQUE une page facebook qui vous informe avec des vidéos et des articles, des actualités liées à la BLOCKCHAIN - CRYPTOMONNAIES et toutes les nouvelles technologies. Pour ceux qui souhaitent comprendre, investir et faire fortune dans ce domaine.

LIKER la page et vous ne raterez pas l'opportunité de ce monde numérique en pleine ébullition !
Reply_author En Octobre, 2018 (15:45 PM) 0 FansN°: 1
est-ce qu'ils sont au courant meme? :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay: 
Anonyme En Octobre, 2018 (16:26 PM) 0 FansN°: 17
Ces Opposants de merde,incapables, fainéants et antipatriotes, se moquent du Peuple et de la République.

Pendant que le Pouvoir en place s'échine à développer le pays, en usant de tous les moyens possibles et imaginables, eux, nous tympanisent avec leurs considérations idéologiques d'un autre âge, que même leurs tenants ont abandonnées, depuis belle lurette.

Ils ont le droit de ne pas travailler, et même de ne pas collaborer, mais ils n'ont pas le droit d'empêcher Macky Sall de travailler. C'est pourquoi, on se laissera pas faire, et on les laissera pas faire.

En conséquence, on donnera la terre à ceux qui veulent la travailler, et qui en ont les moyens et les compétences, qu'ils soient nationaux ou étrangers.

Vive le Président Macky Sall !

Vive le Parrainage !

Vive le PSE !

Vive la Magistrature sénégalaise !

Vivent les Forces de l'Ordre et de Sécurité sénégalaises !
Anonyme En Octobre, 2018 (18:29 PM) 0 FansN°: 18
A lire les commentaires je peux affirmer que le Sénégal refuse le developpement. Peut être qu'on se complait dans la misère et le developpement.
Anonyme En Octobre, 2018 (00:53 AM) 0 FansN°: 19
Le Sénégalais même ouvrir une boutique c'est difficile pour lui. Faites un tour dans tout le Sénégal vous verrez que des étrangers. Le Sénégalais c'est le verbiage du matin au soir seulement. Aujourd'hui tous les pays du monde se battent comme des diables pour attirer les investissements étrangers et au Sénégal on veut les chasser.
Ano En Octobre, 2018 (09:22 AM) 0 FansN°: 20
C'est tout même incroyable que certains articles restent sur seneweb aussi longtemps.
Ano En Octobre, 2018 (21:16 PM) 0 FansN°: 21
Merci Sénéweb, mais pouvez maintenant enlever cet article de campagne électoraliste.
Anonyme En Octobre, 2018 (12:51 PM) 0 FansN°: 22
il faut que cette société dirigée par des blancs arrête d'exploiter les pauvres sénégalais. ils te font travailler en te promettant une embauche et un contrat. au bout de quelques mois si tu réclames tes droits on te vire. on te demande d'exécuter les ordres et de te taire sinon c'est la porte.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]