Contribution aux débats sur le parrainage

  • Source: : Seneweb.com | Le 13 avril, 2018 à 18:04:47 | Lu 2573 fois | 19 Commentaires
content_image

Contribution aux débats sur le parrainage

Le système de parrainage proposé par la majorité vise à résoudre deux problèmes qui ont commencé à pervertir  les bases républicaines et démocratiques de notre système électoral.

Le premier problème, c'est la discrimination dont les "candidats libres" sont l'objet, par rapport aux candidats issus des Partis, pour solliciter le suffrage de notre peuple, et le second problème, c’est la tendance lourde, initiée sous le régime de Wade,  de faire de notre  système électoral, un système censitaire, avec la montée en puissance du poids de l’argent dans les élections, notamment, à la Présidentielle.

En effet, sous le régime Socialiste, la lutte pour rendre notre système électoral plus démocratique, plus transparent et moins censitaire, avait abouti à des avancées notoires dont,

a)    l’acceptation des candidatures indépendantes,  réduite, cependant, à la Présidentielle et aux Législatives, les excluant ainsi des Locales, malgré leur forte demande appuyée par le PIT et  And Jëff, et farouchement combattue par des partis dont le PDS et la LD/MPT. Mais pour éviter la floraison de candidats fantaisistes qui allait dénaturer notre système électoral  démocratique, les candidats indépendants, en plus de s’acquitter de la caution au même titre que ceux présentés par les partis légalement constitués, devaient aussi collecter un nombre de signatures d’électeurs inscrits sur les listes électorales dans sept régions.  C’est ainsi que le parrainage citoyen  a été introduit dans les procédures d’investiture de candidats à l’élection présidentielle. Le premier candidat individuel à l’élection présidentielle,  dans ce nouveau système,  fut Me Lo.

 

b)     la baisse de la caution à  6 millions pour l’élection présidentielle de 2000 comme un acquis historique, depuis le retour au multipartisme intégral en 1981, dans  la lutte contre le poids de l’argent dans les élections au Sénégal, notamment à l’élection présidentielle.

 

 Ce sont ces avancées démocratiques  qui ont permis une expression plus libre, plus démocratique, et plus transparente du suffrage du  peuple, pour la réalisation d’une première alternance démocratique et pacifique dans l’Histoire du Sénégal indépendant, qui a suscité l’admiration et le respect  du monde entier pour son  pas de géant qui faisait rentrer  le pays dans le cercle restreint des républiques démocratiques.

Mais ce tournant républicain et démocratique de notre système politique, s’est très vite tourné, sous le Président Wade, en un système de plus en plus autocratique, qu’il a lui - même dénommé,  de «  Césarisme démocratique », ou de «  Despotisme éclairé », montrant ainsi qu’il avait bien conscience des graves reculs qu’il infligeait aux acquis républicains et démocratiques de notre peuple.

Wade donnait raison au PIT et à Jëff Jël qui l’accusaient de la volonté de transformer  notre République démocratique  en «  une monarchie »,  en appelant à rejeter, en 2001, sa réforme de la  Constitution héritée du Régime Sociale,  qu’il avait soumise au référendum, en y ajoutant des pouvoirs personnels exorbitants, qui ont  fait de Wade un«  bâtisseur d’un pouvoir autocratique , à la place du  « combattant pour la Démocratie et des libertés »  qu’il avait incarné des décennies durant à côté  des forces de gauche comme le PIT.

C’est pour cela,  que le compagnonnage du PIT avec Wade,  dans le premier gouvernement de cette première alternance, n’a duré que sept mois, en prenant fin à quelques encablures de la tenue de son référendum de Janvier 2001.

C’est dans  le cadre de l’édification  de son nouveau  «  régime  de Despotisme éclairé », que Wade a entrepris de rendre le système électoral de plus en plus censitaire, en faisant passer la caution à l’élection présidentielle de 6 millions en 2000, à  25 millions en 2007, et à 65 millions en 2012, renforçant ainsi le poids de l’argent dans ce type d’élection,  malgré l’opposition farouche menée contre  ce mode de « sélection /exclusion » des  candidats à l’élection présidentielle,  par l’argent.

Non content de soumettre ainsi  le système électoral au pouvoir d’argent, il a aussi perverti  le jeu politique par l’argent, en faisant du parti politique et du syndicat, une source d’enrichissement personnel.

D’où la course effrénée  à la création de Partis politiques et d’organisations syndicales, en usant et abusant des acquis historiques de notre peuple par le remplacement, en 1981,  de l’autorisation administrative préalable, par une simple déclaration auprès du Ministère de l’Intérieur, ou de l’Inspecteur du Travail selon le cas.

Sous le règne de Wade, il n y a jamais eu autant de Partis politiques et de syndicats créés, transformant ainsi la  politique  et le syndicalisme en « fonds de commerce », pour s’enrichir, en jetant le discrédit aux yeux de l’opinion publique,  sur les luttes pour la démocratie, les libertés et la justice sociale.

Ce discrédit des forces démocratiques et de justice sociale, noyées par une multitude de «  chasseurs de primes », est un moyen  privilégié de consolidation des bases sociales d’un  « régime de   Despotisme démocratique » partout dans le monde, et particulièrement dans les pays en développement.

En effet, la prolifération des partis et des syndicats  a donné  l’impression de l’existence d’un régime de liberté du Droit d’association, tout en pervertissant les luttes pour la Démocratie, les Libertés et la justice sociale.

L’objectif visé,  c’est d’avoir en face  d’eux, des forces républicaines, démocratiques, et de justice sociale désemparées  par le scepticisme des populations vis-à-vis de  leurs  luttes, qui ne voient partout que   des « pourris », des «  vendus », des «  affairistes ».

Jamais avant l’avènement du « Césarisme démocratique »  de Wade,  l’opinion sénégalaise n’a  eu autant de perceptions négatives des luttes des forces républicaines, démocratiques et de justice sociale.

C’est, entre autres,  contre cela, que les « Assises nationales » se sont tenues en 2008, pour redonner à la lutte politique, syndicale, et des organisations d’entrepreneurs nationaux et d’organisations paysannes,  toute leur lettre de noblesse d’avant.

C’est ainsi que le référendum de 2016, sous l’égide de la deuxième alternance avec  le Président Macky Sall, a été un premier pas dans cette direction, en éliminant la discrimination que subissaient les candidats indépendants dans leur droit de solliciter le suffrage du peuple dans toutes les élections.

Mais il a fallu la tenue des élections Législatives en 2017, pour convaincre l’opinion de la nécessité d’un plus grand assainissement du système électoral, afin de  réduire au maximum, à défaut de le supprimer,  le poids de l’argent dans le système électoral.

En effet, la prolifération des listes de candidats à ces Législatives a mis à nu le «  fonds de commerce »   qu’est devenu le « récépissé » aux mains du chef de parti, qui peut le donner en location à tout indépendant sollicitant le suffrage du peuple, sans se conformer aux exigences du parrainage citoyen. C’est leur  manière de supprimer le parrainage  citoyen en gagnant de l’argent !

Après la «  traite de l’arachide » au grand bénéfice des Maisons de Commerce coloniales, il s’est installé, sous le « régime  de Despotisme éclairé de Wade »,  la « traite du récépissé » au profit de Chef de parti.

Il était donc devenu nécessaire, pour la sauvegarde la République démocratique,  de procéder à un plus grand assainissement du système électoral, en réduisant, au maximum, le poids de l’argent, et en mettant fin à la discrimination " dont  sont l'objet  les    "Indépendants », et  qui n’a servi qu’à enrichir de façon illicite, des détenteurs de récépissé.

D’où la nécessité d’un dialogue national pour trouver les meilleures solutions à cette gangrène  que constituent le poids de l’argent et les discriminations dans le système électoral.

C’est à cela que s’est attelé le Président Macky Sall en convoquant une «  concertation nationale sur le système électoral »,  présidée par une personnalité reconnue pour son indépendance, sa probité morale,  et son éthique.

Le boycott de cette rencontre par l’opposition significative, à cause des conditions préalables  pour leur participation, concernant Karim Wade et Khalifa Sall  qui ont  maille avec la justice pour des délits de malversation dans leur gestion des deniers publics, n’a pas permis d’aboutir à des propositions de solutions  le  plus largement partagé.

Cependant, malgré tout, la « concertation » a abouti à des propositions, dont les points qui n’ont pas été l’objet d’un consensus, parmi lesquels le parrainage et le montant de la caution, devaient être soumis, de l’avis de tous les participants,  à l’arbitrage du Président de la République.

Il est donc étonnant,  après son arbitrage,  d’entendre certains participants, rejeter le parrainage en rejoignant, sur ce point, ceux qui ont boycotté la concertation.

Des lors, leur exigence de reprendre la concertation sur cette question n’est donc pas fondée et est dépourvue de toute légitimité.

Il est aujourd’hui  plus clair,  que tous ceux qui avaient la faveur de bailleurs extérieurs, et ceux qui vivaient de la «  traite du récépissé »,  ne peuvent pas ne pas se mobiliser de toutes leurs forces,  pour barrer la route à ce projet d’assainissement du système électoral que constitue le parrainage citoyen.

Il est même  curieux  de les entendre dire,  que le parrainage sert à éliminer des candidats sérieux, et à connaître, avant l’élection, ceux qui sont les électeurs des candidats de l’opposition !

Donc,  la question que l’on peut se poser  légitimement,  est de savoir, si c’est dans ce but qu’ils ont exigé le maintien du parrainage citoyen, exclusivement pour les candidats indépendants ?

 Ainsi, ils peuvent se faire de l’argent et connaître en même temps les électeurs de leurs adversaires  indépendants? Ce serait  vraiment une prouesse que cette opposition aurait réalisée.

Il est  même ridicule d'entendre parler ainsi des partis aussi représentatifs, au plan national et international, comme  le PDS et Rewmi,  qui  cachent si maladroitement ainsi, leur exploitation politicienne du mécontentement des candidats qui ne comptent que sur l'argent pour prétendre briguer le suffrage du peuple, et, de chefs de parti qui font de leur " récépissé un fonds de commerce", et qui sont les véritables concernés par cet assainissement de notre système électoral.

Mais cette opposition se trompe lourdement, si elle croit être en mesure de perpétuer ce forfait porté contre la République démocratique en construction avancée dans notre pays.

Ainsi, l’opinion publique devrait être édifiée,  que ce qui motive notre opposition, et découple son ardeur et son amertume, c’est la peur de cet assainissement que le parrainage constitue, et qui  fait perdre à nombre  d'entre eux, leurs « fonds de commerce » tout en replaçant  la démocratie républicaine, l’éthique et la transparence au cœur de notre système électoral.

        Barrons la route à ces fossoyeurs de notre République démocratique, en adoptant le parrainage à l'Assemblée nationale!

        Ibrahima SENE  PIT/SENEGAL

                                              Dakar le 13 Avril 2018


Auteur: Par Ibrahima SENE - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (16)


Anonyme En Avril, 2018 (18:54 PM) 0 FansN°: 1
c'est inadmissible pour un universitaire. Comment peut il comparer un parti politique et un indépendant. Comment peut on demander à un parti qui est représenté à l'assemblée nationale, qui gère des collectivités locales de chercher des parrains. Ces messieurs ont eu des diplômes universitaires mais ils sont loin d'être des intellectuels. Selon leur position leur analyse change. Les universitaires sérieux sont entrain de souffrir dans leur chair quand ils entendent un madior et un minou roue, i boue sène
Reply_author En Avril, 2018 (20:28 PM) 0 FansN°: 1
bou niou sonal . toi qui se prend pour un intellectuel tu ne donnes pas d’arguments, mais critiquer rek.
le parrainage est une demande des citoyens. surtout ceux qui paient les impôts.
merci m.sene.
Ibrahima Sene En 2012 En Avril, 2018 (12:41 PM) 0 FansN°: 2
dakaractu.com lors d'un meeting à fatick, macky sall avait déclaré: "les allégations du chargé des questions économiques du parti de l'indépendance et du travail (pit) sont fantaisistes. le fait de m'accuser d'être le candidat de l'étranger, la france plus particulièrement, relève de l'affabulation pure et simple". il faut croire qu'entre ibrahilma sène et macky sall, le courant ne passe pas. dans une lettre parcourue par le quotidien le point du jour, la réponse d'ibrahima sène ne se fait pas attendre. ibrahima sène demande à macky sall d'expliquer aux sénégalais pourquoi, en pré-campagne électorale, il a été le seul candidat à être reçu par les présidents du gabon, du togo et de la côte d'ivoire. avant d'ajouter: "et comment macky sall peut expliquer qu'il ait bénéficié du soutien public du parti de sarkozy (ump) le jour de son congrès d'investiture à dakar ?". ibrahima sène est allé même jusqu'à accuser le patron de l'alliance pour la république (apr) d'appartenir à une loge maçonnique et d'avoir signé le pacte de cette secte sous l'égide de feu bongo. il ne s'est pas arrêté là. il a également allégué que macky sall a acheté une station de radio à 200 millions, une maison à 1 milliard mise au nom de son épouse, un château à peulga nord... et ibrahima sène d'invectiver le candidat qualifié au second tour: "tu as assez menti aux sénégalais, il est temps que tu sois découvert".
Sénégal En Avril, 2018 (19:25 PM) 0 FansN°: 2
En France, le parrainage est beaucoup plus compliqué. Il faut obtenir un nombre de 500 signatures d'élus pour pouvoir participer aux présidentielles. Les candidats-farceurs sont vite retenus.
Anonyme En Avril, 2018 (20:03 PM) 0 FansN°: 3
Pertinent

Nettoyage totaltotal
Laye En Avril, 2018 (20:04 PM) 0 FansN°: 4
Tres bien dit M. Sene.

Honte a l'opposition. En tout cas les esprit eclairés save pourquoi cette opposition malsaine fait autant de bruit pour contrer cette noble loi qui renforce notre democratie
H.a.b En Avril, 2018 (20:20 PM) 0 FansN°: 5
En Europe,la majeur partie des pays ont adopté le systême de parrainage dans une moyenne de 500 à plus de signatures.En Amérique se sont des primaires et à la fin il ne restera que 2.Pourquoi au Sénégal,petit pays démocratique,voudrait-il avoir une multitude de candidature?Ceux qui doute ne pas pouvoir obtenir 1%du corps électoral en signature que viennent-il faire dans une élection? Je vous prie de bien m'expliquer où se trouve l'entourloupe?
Braise En Avril, 2018 (20:58 PM) 0 FansN°: 6
IL N'Y A PAS D'ENTOURLOUP...

ILS SAVENT QUE CELA EXISTE DANS TOUTES LES GRANDES DEMOCRATIE AU MONDE...ET MÊME PLUS, DANS NOTRE CODE ELECTORAL.... MAIS COMME LE PUDC AVEC CES DIFFERENTES REALISATIONS QUI SONT PALPABLES, LEUR HANTE LE SOMMEIL, ET SACHANT QUE LA MAJORITÉ D'ENTRES EUX SONT ABONNÉS A DES SCORES DE 0% DANS LES COMMUNES ET DEPARTEMENTS DU SENEGAL... VOUS IMAGINEREZ AISÉMENT , QUE LEURS DEMANDER 1%, EQUIVAUDRAIT A LEURS DEMANDER L'IMPOSSIBLE



Pompom En Avril, 2018 (21:00 PM) 0 FansN°: 7
Sa prétendue démonstration est une vraie tromperie à la communiste. On voit pourquoi le monde a tourné le dos à ces gens. N'oublions jamais que Mr Sene, sert de PCA à Miferso, société d'état qui n'a jamais rien produit mais qui lui sert salaires et avantages depuis des années. Au moins il n'est pas ingrat .... ou peut être est-il tout simplement prudent  :fbcool: 
Anonyme En Avril, 2018 (21:15 PM) 0 FansN°: 8
Questions adressées à Monsieur Séne?



1. Quelle aurait été votre position si le Président Wade voulait instaurer le parrainage en 2011?



2. Pouvez vous jurer que votre avis serait autre si vous vous trouviez en ce moment dans l'opposition



3. Avez vous toujours une idéologie politique



Affirmation



Le pouvoir rend fou, mécréant.....

*C'est honteux
H.a.b En Avril, 2018 (21:23 PM) 0 FansN°: 9
No comment! merci de votre contribution.
Anonyme En Avril, 2018 (21:54 PM) 0 FansN°: 10
L'opposition se moque des Sénégal aïs .Elle s'amuse alors que les gens travaillent
Anonyme Poli En Avril, 2018 (22:12 PM) 0 FansN°: 11
Le 1er Mai, jour anniversaire et de nomination comme PCA, arrive à grands pas. Reconnaissons lui cette "gratitude" à l'endroit du "timonier" Sall. Le"révisionniste" serviteur du "maoiste." L'objectif de ce parrainage est de donner plus de chance au candidat Macky Sall "pour qu'il passe dès le 1er tour." Aux dernières législatives, votre camp a pratiqué la rétention des cartes d'électeurs et créé des listes pour éclater l'électorat en faveur de la majorité présidentielle. M.Sène, ne vous fatiguez, votre jeu est bien perçu. Dites le à votre mentor.
Anonyme En Avril, 2018 (22:40 PM) 0 FansN°: 12
M Sene bouffe et tais toi
Mbl En Avril, 2018 (10:51 AM) 0 FansN°: 13
Vous dénoncez toujours le pouvoir monarchique du PR que Wade avait spécialement conçu en 2001 lors de la révision constitutionnelle qu'il initia.

Mais pour être cohérent et juste il faut en faire reproche à Macky Sall qui en use et abuse depuis 6 ans.

Vous auriez dû en 2016 lors de la révision constitutionnelle "consolidante " imposer à ce dernier de revoir les pouvoirs du PR et imposer un véto pour votre honneur et en fidélité de vos convictions et surtout pour respecter la loi du "ceteris paribus ".

Mais c'est en cela que vous êtes décevant et il est impossible d'avoir en foi en votre volonté désintéressé et équitable.
Hypocrite En Avril, 2018 (08:25 AM) 0 FansN°: 14
Cet hypocrite oublie de dire que les 47 listes des législatives 2017 sont le fait de Macky sall qui les a parrainé pour réduire l’opposition à l’Assemblée car c’est un scrutin pour moitié majoritaire.

Et puis on ne peut pas concourir à la fois et fixer seul les règles du jeu démocratique. Pour finir, on a modifié la constitution en 2016 pour selon l’apr interdire le tripatouillage constitutionnel qu’on veut aujourd’hui faire.

Vous êtes une honte.

#Touche pas à ma Constitution# :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
Anonyme En Avril, 2018 (12:38 PM) 0 FansN°: 15
une belle merde ce gars
Cadeau D'anniversaire En Avril, 2018 (12:50 PM) 0 FansN°: 16
Depuis le cadeau d'anniversaire on ne reconnait plus le gars  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo: 



« Chers amis(es), aujourd'hui, à la veille de la commémoration de la Fête internationale du Travail, le 1er mai, qui se trouve être, aussi, le jour de l'anniversaire de ma naissance, j'ai été nommé, à la demande du Président Macky Sall, par le Conseil d'Administration de la Société MIFERSO à sa Présidence. C'est un merveilleux "cadeau d'anniversaire" que j'apprécie hautement comme une opportunité à contribuer à la relance de cette Société, qui parmi les projets du PSE, est l'un des principales sources de création de richesse pour le pays,que j'espère mieux partagée parmi les populations, notamment dans sa zone d'impact ». Tels sont les propos de Ibrahima Sène après sa nomination à la tête de la société MIFERSO.

Un cadeau d'anniversaire très spécial de la part du Chef de l'Etat Macky Sall offert au père de Léna Sène et responsable du Parti de l'Indépendance et du Travail (PIT).

En tout cas, Dakaractu souhaite pleine réussite à Ibrahima Sène...

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]