Le parrainage citoyen : Un dispositif salutaire

  • Source: : Seneweb.com | Le 13 avril, 2018 à 01:04:57 | Lu 4698 fois | 50 Commentaires
content_image

Le parrainage citoyen : Un dispositif salutaire

Le professeur Stéphane RIALS estimait qu’en France, la réforme de 1976 « est excessive et, viole l’esprit de la réforme de 1962 en rendant au personnel politique une influence dans le choix du chef de l’État : ce sont des signatures d’électeurs et non d’élus qu’il eût fallu exiger ». Cette alerte illustre parfaitement la volonté pour le Gouvernement sénégalais de mettre en place le parrainage citoyen qui attise les langues et secoue l’univers médiatico-politique.

Pourtant, ce projet participe au processus de rationalisation des partis politiques voulu par le souverain sénégalais le 20 mars 2016. Pour et par cela, il faut éviter de rendre politicien, un sujet hautement politique et constitutionnel à défaut de donner raison à Vincent ROCA disant : "En dehors du français, il y a une seule langue nationale que la constitution tolère : la langue de bois !". Le citoyen sénégalais ne saurait la tolérer cette fois-ci. Il veut des coups de projecteurs pour mieux choisir son élu, son représentant, son présenté. C’est son droit de choisir parmi ceux qu’il a filtrés de "l’entreprenariat politique" parce que plus sérieux, plus crédibles et plus représentatifs sur le plan national. Le Président de la République est la clé de voute de nos institutions, cela exige un maximum de lucidité et de rigueur dans l’éclairage de l’opinion publique même si avec CONDORCET, on advient que "plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre ...même sous la constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave".

S’il va jusqu’à son terme, il sera soumis à l’examen des élus de la Nation sénégalaise pour insérer ce mécanisme dans le système électoral. Pour valider la pertinence de ce texte, il faut au préalable appréhender son prétexte et surtout analyser son contexte.

D’abord et avant tout, il nous faut tomber d’accord sur l’objet de la réflexion. De quoi s’agit-il ? D’un parrainage dit-on. Or, en matière électorale, il s’agit d’une présentation des candidats à l'élection présidentielle couramment appelée « parrainage » ou « signature ». Dès lors, un candidat à cette élection ne peut concourir au scrutin que si un nombre suffisant d'élus l'ont ainsi présenté. A cet effet, ce qu’il faut retenir ab initio, c’est qu’il s’agit d’une PRESENTATION, voire d’une proposition d’un candidat par un nombre d’élus ou de citoyens à être candidat à une compétition électorale.

Ce mécanisme, dans l’histoire constitutionnelle et électorale du Sénégal, n’est pas nouveau. Très tôt, il a été pratiqué pour postuler à la candidature de la fonction suprême de Président de la République. Dès 1963, pour être candidat à la présidentielle, il fallait être soutenu par un parti politique ou par dix (10) députés. Ensuite, le nombre de députés requis est passé de dix (10) à cinq (05).

Actuellement, avec le multipartisme exacerbé, tout parti politique ou coalition de partis peut déposer sa candidature sur la simple production d’un récépissé assorti d’autres formalités. Par ailleurs, le dispositif de parrainage est toujours de mise dans le droit positif sénégalais puisque les candidatures indépendantes sont assujetties à l’obligation de plusieurs signatures de citoyens électeurs pour la validité, entre autres pièces requises, de leur participation à l’élection présidentielle.

Donc, le droit électoral sénégalais a combiné, dans sa trajectoire historique et contemporaine, aussi bien le parrainage représentatif (hier) et le parrainage citoyen (toujours) pour l’élection présidentielle.

Mais une rupture épistémologique est intervenue le 20 mars 2016. le Peuple Sénégalais souverain a validé par référendum la nécessité de rationaliser les partis politiques dont l’existence est trop facilement établie par la loi sur les associations au point que leur nombre croît de manière tellement vertigineuse qu’il faut urgemment un coup de massue pour l’estomper. Les législatives de 2017 ont été la preuve tangible de cette urgence consacrée par la floraison non pas seulement de partis politiques (plus de 260 pour un électorat de 6. 500. 000 environs) mais aussi de coalitions de partis (47) au point de décrédibiliser le scrutin et d’installer la risée dans le landerneau politique.

Tirant les leçons du passé et surtout s’inspirant de celle de Napoléon III selon laquelle, "une constitution doit être faite uniquement pour la nation à laquelle on veut l’adapter", le Gouvernement du Sénégal a initié, un dispositif très salutaire et non discriminatoire, pertinent et non déconsolidant, structurel et non conjoncturel. Loin d’être un recul démocratique, il est un outil de rationalisation et d’équilibre de la vie politique sénégalaise et répond au souhait du Professeur RIALS déjà exposé auparavant.

Ce type de parrainage dit citoyen rétablit au contraire une égalité entre potentiels candidats, entre partis politiques et candidats indépendants et instaure une forte dose de légitimité dans la phase postélectorale – c’est très important de le signaler – en faveur des protagonistes. C’est l’occasion d’écarter les participations fantaisistes et ubuesques qualifiées en France de "charlots exotiques" et au Sénégal de "partis télécentres". Comme l’avait signalé en France M. Patrick GROSIEUX lorsqu’il devait s’y appliquait pour la première, "ce dispositif est une innovation de la Cinquième République. Le constituant n’avait en aucune façon entendu faire de cet « acte de présentation » un acte de soutien politique, tout au plus avait-il eu l’ambition d’instituer un mécanisme juridique de filtrage des candidatures performant afin de soustraire cette première étape au régime des partis abhorré ».

L’adjectif "performant" ici utilisé est le déterminant de ce projet de réforme. Pouvoir comme opposition ont décrié le système actuel avec ses effets pervers lors des législatives. Ce parrainage va au-delà de 2019, dépasse le régime du Président Macky Sall et fait du citoyen l’acteur principal du jeu politique et non plus le parti politique. Pris au mot, cette réforme vise une double légitimité : d’une part en amont, le candidat à la présidentielle sera présenté par le citoyen ; et d’une part en aval, le candidat élu sera choisi par le citoyen aussi. Qui plus est, le ratio proposé suit la même logique avec 1% des citoyens régulièrement inscrits soit 65 000 en fonction de 2000 sur 7 régions.

Franchement, un parti politique ou un candidat indépendant, incapable d’avoir l’onction de 65000 personnes dans un Etat qui compte plus de 14 millions d’habitants et 6. 500. 000 électeurs, ne mérite pas le moindre plébiscite.

Toutefois, le saut peut paraitre brutal parce que passant de 10000 signatures requises aux candidats indépendants à 65000 pour tous. Proposer 0,50% ou 0,25% de l’électorat peut être pertinent et opérant, mais le taux importe moins que le dispositif lui-même. Il est on ne peut plus salutaire et si la pilule a du mal à passer chez certains, c’est parce que leur représentativité nationale n’est que théorique.

Contrairement à certaines idées véhiculées mais totalement fallacieuses, ce dispositif ne remet nullement pas en cause le mode de scrutin prévu à l’article 103 alinéa 7 et parc conséquent, ne viole pas du tout la constitution. Ici, la phase est préélectorale. Il se déroule bien avant le scrutin qui, lui, reste inchangé et est rendu intangible par le référendum passé.  Quel est le sens du mot "Scrutin" ?  Etymologiquement, il vient du latin scrutinium qui signifie action de fouiller. En droit, le scrutin est la manière de réaliser un vote à l'aide de boules, de bulletins ou de formulaires placés dans une urne ou dans une boîte virtuelle [vote électronique]. On distingue généralement le scrutin uninominal (un seul nom) du scrutin plurinominal (une liste de noms), ainsi que le scrutin majoritaire du scrutin proportionnel.  Donc, le mode de scrutin que le Constituant  a verrouillé s’apprécie au niveau de sa nature à savoir le suffrage universel direct et de sa forme à savoir majoritaire ou proportionnel, uninominal ou plurinominal.

En l’espèce, le projet de parrainage ne remet aucunement en cause l’élection du Président de la République au scrutin majoritaire uninominal à un tour par le suffrage universel direct, donc le mode d’élection intangible depuis 2016 le restera en 2019. La confusion entre mode d’élection et mode de scrutin pour établir la violation de la constitution ne pourrait prospérer. Le mode d’élection que rend intangible l’alinéa 7 de l’article 103 porte sur la suffrage universel direct, l’élection à deux tours et le scrutin majoritaire uninominal. Outre mesure, le Sénégal ne pourrait jamais passer à l’ère du numérique pour permettre aux électeurs qui le désirent un jour de voter à travers internet sous prétexte que le mode d’élection ne l’aurait pas prévu. La clause d’éternité qu’est le mode de scrutin reste inchangé même si la notion n’a jamais été validée par le Doyen Vedel qui considérait qu’en droit, le Peuple souverain peut tout changer.

Plus topique, il faut éclairer deux zones d’ombre que certains acteurs proclament. D’abord, le dispositif est maladroitement et faussement comparé au quart bloquant du 21 juin 2011, qui aussi interviendrait pendant le scrutin et produirait son effet nocif juste après. Ensuite, le fait d’imposer dans ce projet la production de la carte d’électeur à tout candidat relève aussi de l’évidence. Comment peut-on être élu si on ne peut pas voter soi-même ? Toutefois, aucune candidat potentiel ne doit être privé de sa carte d’électeur et de son droit de vote qui sont des libertés fondamentales largement consacrées et garanties par la Charte fondamentale.

Ce qu’il faut se garder de vue est que ce système reposant sur les électeurs s’applique déjà dans beaucoup de pays et leur démocratie est loin de vaciller. Certains citoyens européens, outre de pouvoir désigner le chef de l’Etat, peuvent présenter leurs candidats.

Ainsi, les prétendants à la présidence portugaise sont proposés par un minimum de 7.500 électeurs et un maximum de 15.000 sur une population (non électeurs) de 10 224 573 d’habitants en 2018. L’accès à la présidence polonaise nécessite de réunir au moins 100.000 citoyens jouissant du droit de vote à la Diète sur une population en 2018 de 38 639 871 d’habitants (donc le ratio sénégalais est largement correct appliqué à ce pays). En Roumanie avec ses 19 079 762 âmes, tout postulant doit déposer une liste d’au moins 200.000 signatures d’électeurs en sa faveur. Donc, les détracteurs du projet de parrainage citoyen avec comme fondement le taux élevé de 1% doivent revoir leur copie puisque toutes les démocraties qui l’appliquent ont un pourcentage qui avoisine celui proposé par l’Exécutif sénégalais au prorata du nombre d’électeurs même si le nombre peut être revu à la baisse.

Aux Etats-Unis d’Amérique, l’élection présidentielle américaine est marquée à outrance par ce système de parrainage ou plutôt de présentation. C’est un scrutin indirect permettant d’abord l'élection du collège électoral parmi des élus des Etats fédérés qui choisit, par une autre élection, le Président des États-Unis et le Vice-Président. Ce processus de filtrage exacerbé est régi par des règles inscrites dans la Constitution et politiquement ne constitue un frein à la marche démocratique. Outre le bipartisme entre démocrates et républicains, les candidatures indépendantes sont admises dans la course à la Maison blanche. Et pourtant, ce qui serait qualifié de recul démocratique ou d’antirépublicain au Sénégal, le mode de scrutin de la présidentielle américaine ne permet la présence que de deux candidats indépendants.

De plus, les difficultés rencontrées par les candidats indépendants sont accrues par l'obligation de faire enregistrer leur candidature dans chacun des cinquante États, chaque État décidant des procédures électorales propres (le plus souvent, un nombre de signatures de parrainage). C’est pourquoi, la règle du « Winner-takes-all », adoptée par la majorité des États, qui attribue l'ensemble des grands électeurs d'un État au candidat qui obtient la majorité simple, empêche toute représentation de votes minoritaires.

Le projet de loi du Sénégal pose aussi un argument de taille et pas des moindres. Chaque postulant à la candidature ou son plénipotentiaire sera présent au moment du décompte des signatures devant l’organe compétent et bénéficiera d’un droit recours en cas de contestation peut être devant une autorité autonome comme la CENA ou la juridiction suprême qu’est le Conseil constitutionnel.

En dépit de tout, le mot premier appartient au pouvoir exécutif sous la bannière du Chef de l’Etat qui détient la prérogative constitutionnelle de déposer un projet de loi. Le dernier mot revient au Parlement, dépositaire de la représentation nationale pour traduire ce vœu en réalité juridique s’appliquant erga omnes.

Rappelons juste que ce projet de parrainage ne vise qu’à rationaliser la vie politique toute entière et surtout à responsabiliser davantage le peuple sénégalais en donnant plus de droit et de pouvoir au Citoyen-électeur pour une égalité parfaite entre candidats. D’ailleurs, pour Ray BRADBURY, "on doit tous être pareils. Nous ne naissons pas libres et égaux comme le proclame la Constitution, on nous rend égaux. Chaque homme doit être l'image de l'autre, comme ça tout le monde est content". Avec ce parrainage, surtout s’il est consensuel et doit normalement l’être, les citoyens seront tous contents avant, pendant et après le scrutin. Ils seront ainsi unis comme UN PEUPLE qui poursuit UN BUT avec l’élan d’UNE FOI.

Mouhamadou Mounirou SY

Maitre de Conférences en droit public/ Université de THIES

Conseiller de Monsieur le Premier Ministre du Sénégal

Président de l’Alliance pour une Dynamique Nouvelle (ADN)


Auteur: Par Mouhamadou Mounirou SY - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (38)


Anonyme En Avril, 2018 (01:38 AM) 0 FansN°: 1
Un lèche-c... qui doit justifier mériter son salaire.
Reply_author En Avril, 2018 (02:48 AM) 0 FansN°: 1
encore un vendu!
Reply_author En Avril, 2018 (07:32 AM) 0 FansN°: 2
à force tous les intellos sont des vendus, soyer sérieux. la politique ne se limite pas à seneweb
Reply_author En Avril, 2018 (07:50 AM) 0 FansN°: 3
ce qui agace chez ces juristes, il y en a qui se croit plus intelligent que la moyenne...
Reply_author En Avril, 2018 (09:59 AM) 0 FansN°: 4
nous lougatois,, ce gosse ne nous dit rien du tout car il est hautain et ne cherche qu'à se planer sur ses propres intérêts.il est rejeté par youssou ndour à cause de son pédantisme manifeste et de son juridisme débordant qu'il croit toujours en droit de soutenir partout pour "bondir". en tout cas, son comportement est aux antipodes du droit en général et du droit constitutionnel en particulier qui lui permet de faire toujours des citations d'auteurs célèbres à la place d'un texte savamment élaboré par lui même .
Reply_author En Avril, 2018 (12:17 PM) 0 FansN°: 5
"et pourtant, ce qui serait qualifié de recul démocratique ou d’antirépublicain au sénégal, le mode de scrutin de la présidentielle américaine ne permet la présence que de deux candidats indépendants.
mais ca vient d'ou? ou bien g pas compris alors. je suis aux usa depuis 30 ans et g assiste a quelques elections avec un 3e candidat.
doeorge wallace en 1968, ross perot 1992 et 1996, ralph nader 2000, 2016 bernie sanders qui a fini par s'aligner avec les democrates. 58 election presidentielles americaines ont vu d'autres partis challenger les 2 partis officiels
donc qu'es ce que ce monsieur est en train de dire?
Reply_author En Avril, 2018 (12:28 PM) 0 FansN°: 1
il a bien dit 2 candidats "independants" si je ne m abuse
Anonyme En Avril, 2018 (01:44 AM) 0 FansN°: 2
Voila l'example d'un prostitue politique.

J'ai honte de mon pays!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Anonyme En Avril, 2018 (01:53 AM) 0 FansN°: 3
Ce nullard domoukharam doit se taire.
Cheik En Avril, 2018 (00:39 AM) 0 FansN°: 1
c'est exactement quand on a que l'insulte à la bouche face à des arguments que l'on doit se taire. reste poli et bien dressé
Anonyme En Avril, 2018 (02:15 AM) 0 FansN°: 4
Un grand opportuniste cette pute intellectuelle. J'aurais vraiment été étonné s'il avait un avis contraire.

Yay domou Khadj deug Mounirou
Anonyme En Avril, 2018 (02:43 AM) 0 FansN°: 5
Texte long et creux juste pour plaire au President.
Anonyme En Avril, 2018 (02:46 AM) 0 FansN°: 6
Aucune dignité et ils sont les premiers à fuir le Maquis dès que le pays brûle.
Xfsfsfe En Avril, 2018 (02:54 AM) 0 FansN°: 7
Je me demande vraiment comment on peut tomber si bas dans la vie ?????

Loukafi diar? :frustre:  :frustre: 
Anonyme En Avril, 2018 (03:25 AM) 0 FansN°: 8
Mon ami, il fallait pas dire ça! MACKY va partir et tu seras mal avec les citoyens.

Il te fait perdre ta crédibilité!

Un ami
Takou En Avril, 2018 (03:48 AM) 0 FansN°: 9
Quand Wade avait recallé ton candidat (Youssou Ndour) avec Feke ma ci Bolle pour seulement 10 000 candidats, ce n'est pas ceci que tu disais.
Anonyme En Avril, 2018 (04:13 AM) 0 FansN°: 10
Chien
Anonyme En Avril, 2018 (04:25 AM) 0 FansN°: 11
CE MOUNIR SY ON LE CONNAÎT BIEN.



NON SEULEMENT C EST UN OPPORTUNISTE ET UN POLITICIEN



POUR AVOIR ÉTÉ AU PS PUIS SERVI YOUSSOU NDOUR ET AUJOURD'HUI PROCHE DE L APR, MAIS C EST UN GRAND MENTEUR, A COMMENCER PAR SON CV ET SES TITRES.



D AUTRE PART IL S EST LIVRÉ À DES DÉTOURNEMENTS DE FONDS QUAND IL ÉTAIT AU BSDA SELON NGONE NDOUR, SOEUR DE SON ANCIEN PATRON YOUSSOU NDOUR.



IL Y A DE VRAIES PUTES PARMI CES SOI DISANT INTELLECTUELS AU SERVICE DE MAKY SALL.



ISMAILA MADIOR FALL ET MOUNIR SY SONT DE CEUX LÀ



Anonyme En Avril, 2018 (04:38 AM) 0 FansN°: 12
Ces gens croient en effet qu ils sont les seuls à avoir fait des études de droit.

MOUNIR aime chercher à impressionner les gens en citant des auteurs français de manière parfaitement inappropriée. Ses références sont justes faites à l adresse de ceux qui ne sont pas très cultivés. C est un procédé de mystificateur, une escroquerie intellectuelle même.

A chaque fois qu il est question de Constitution, cet homme vient non seulement au secours des thèses gouvernementales, mais dit au bon peuple que sa thèse a porté sur le sujet en question, ce qui est évidemment un mensonge ( car sa thèse est relative à la protection constitutionnelle des libertés au Sénégal...). Mais c est plus fort que lui: il aime mentir et se vanter.
Anonyme En Avril, 2018 (04:56 AM) 0 FansN°: 13
According to the Green Papers website, 31 people were on the ballot in at least one state, while 192, including those who were on ballots in some states, obtained recognition as official "write-in" candidates.



2 Candidates

2.1 Gary Johnson, Libertarian Party

2.1.1 Poll Standings

2.1.2 Party nomination contest

2.2 Jill Stein, Green Party

2.2.1 Poll standings

2.2.2 Party nomination contest

2.3 Evan McMullin, Better for America Group and others

2.4 Darrell Castle, Constitution Party

2.4.1 Poll standings

2.4.2 Nomination contest

2.5 Gloria La Riva, multiple parties

2.5.1 Party for Socialism and Liberation

2.5.2 Liberty Union Party (Vermont)

2.5.3 Peace and Freedom Party

2.6 Rocky De La Fuente, American Delta and Reform Parties, plus others

2.6.1 Poll Standings

2.6.2 American Delta party nomination

2.6.3 Reform party nomination

2.7 Richard Duncan, Independent

2.8 Bernie Sanders

2.9 Dan Vacek, Legal Marijuana Now Party

2.10 Alyson Kennedy, Socialist Workers Party

2.11 Chris Keniston, Veterans Party of America

2.12 Mike Maturen, American Solidarity Party

2.13 James Hedges, Prohibition Party

2.14 Tom Hoefling, America's Party

2.15 Monica Moorehead, Workers World Party

2.16 Peter Skewes, American Party (South Carolina)

2.17 Laurence Kotlikoff, Independent

2.18 Rocky Giordani, Independent American Party

2.19 Emidio "Mimi" Soltysik, Socialist Party USA

2.20 Rod Silva, Nutrition Party

2.21 Jerry White, Socialist Equality Party
Anonyme En Avril, 2018 (05:02 AM) 0 FansN°: 14
Par respect prof, je vous souligne que toutes les grandes démocraties sont parvenues par des dialogues avec toutes les concernés pour élaborer des textes.

Une constitution est le cœur d'une nation. Je ne me divulgue dans des explications juridictionnelles. Je pense qu'au Sénégal il y'a des juristes en droit constitutionnel qui sont bien habilités à nous détaillés ce processus. Tout Sénégalais est conscient il faut une régularisation des partis politiques. Mais on peut modifier une constitution à quelques mois des élections. Non seulement il y'a une violation du code électorale. Et une chose qui semble être imposée aux sénégalais.

En effet, j'invite après les élections de 2019 que ce sujet soit établi par tous les acteurs concernés.

Rien n'est claire aux yeux des Sénégalais. Seul le peuple est souverain pour élire son Président. Non au tripatouillage à ma constitution. Non à la violation des libertés des citoyens.

Il ne faut pas nous faire retourner au moyen âge!



Anonyme En Avril, 2018 (06:27 AM) 0 FansN°: 15
Sa personne ne nous interesse pas mais plutot la pertinence du parrainage, et moi citoyen lamnda je suis entierement d'accord.....les partis politiques ne nous respectent car chacun voulant etre chef ou chanteur politque ils nous imposent une plethore de candidat.....Diantre!!!! 300 partis pour environn 15millions d'habitant, il faut une mesure immediate!!!! c'est juste dementiel, et les partis devraient faire des contrepropsitions au lieu de nous fatiguer avec " combattre le regime en place" car l'attente du citoyen non partisan est une rationnalisation de ces innombrables partis sans aucune representativité....qui n'ont qu'un recepissé avec eux.
Reply_author En Avril, 2018 (10:34 AM) 0 FansN°: 1
entièrement d'accord avec vous basta ça suffit l'opposition a toujours refusé la main tendue des autorités. elle veut installer le chaos mais ici çà ne passera pas
Anonyme En Avril, 2018 (06:46 AM) 0 FansN°: 16
un vrai couillon ce type
Anonyme En Avril, 2018 (06:50 AM) 0 FansN°: 17
solidarité ethniciste
Anonyme En Avril, 2018 (06:57 AM) 0 FansN°: 18
C un nafikh
Mndiaye En Avril, 2018 (07:41 AM) 0 FansN°: 19
OU VA LE SENEGAL,CE TYPE DE PERSONNE SOIT DISANT PROFESSEUR QUI VEND LEUR DIGNITÉ AU PLUS OFFRANT,DÉGUEULASSE
Inter Pares En Avril, 2018 (07:43 AM) 0 FansN°: 20
Un professeur d'université ne doit pas écrire pour se vendre.

La compétence universitaire se mesure à l'aide des

publications scientifiques reconnues.

Essayez de montrer votre compétence en publiant

votre texte auprès de vos pairs qui apprécieront !
Anonyme En Avril, 2018 (08:10 AM) 0 FansN°: 21
Sérieusement tout le monde se plaint des partis telecentre et du plethore de partis du a des opportunistes le parrainage est salutaire pour assainir le paysage politique

Sérieusement tout le monde se plaint des partis telecentre et du plethore de partis du a des opportunistes le parrainage est salutaire pour assainir le paysage politique

Sérieusement tout le monde se plaint des partis telecentre et du plethore de partis du a des opportunistes le parrainage est salutaire pour assainir le paysage politique
Anonyme En Avril, 2018 (08:12 AM) 0 FansN°: 22
Un autre juriste tailleur.



Ces mange-mil sont une honte pour ce pays. :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla:  :taala_sylla: 
Anonyme En Avril, 2018 (09:27 AM) 0 FansN°: 23
c'est vraiment degoutant pour ces gens de personnes,pour de l'argent sont capable de ventre leurs propre famille

Anonyme En Avril, 2018 (09:28 AM) 0 FansN°: 24
Thieuy djiko ak boromam...pakh reik ! Les anciens "sanarois" de l'UGB reconnaitront parfaitement l'etudiant en droit Mounirou Sy qui adorait attirer l'attention sur sa personne. Et Dieu sait qu'il etait loin de faire partie des plus brillants de sa promotion.
Anonyme En Avril, 2018 (09:55 AM) 0 FansN°: 25
Et dire que ce sont ces gens qui s'acharnaient sur Wade comme des bêtes affamées. Triste ce pays n'ira nul part même avec toutes les richesses du monde
Anonyme En Avril, 2018 (10:17 AM) 0 FansN°: 26
D accord avec le commentaire no 20.

Les universitaires doivent faire leurs preuves à l université et pas dans les médias et pour bien se faire voir.

Les universitaires les plus médiatiques sont les moins gradés dans leur profession
Anonyme En Avril, 2018 (10:34 AM) 0 FansN°: 27
Honteux pour un prof d'université ! vous étiez les plus respectés ,mais dommage pour l'Afrique des constitutionnalistes pyromanes
Distiosad En Avril, 2018 (10:37 AM) 0 FansN°: 28
Ce gus ferait mieux d'aller passer l'Agrégation ai lieu de se proclamer Maître de Conférences C'est une usurpation de titre. Il est Maître-Assistant c'est à dire Maitre de Conférences Assimilé .Cela n'existe qu'au Sénégal dans l'espace CAMES.. Le Président à été trompé avec cette réformes des Grades.Pour être Maitre de Conférences il faut impérativement passer l'Agrégation CAMES aussi bien en Droit, Sciences Économiques Sciences de gestion et Médecine Humaine et Médecine Vétérinaire .En sciences et lettres c'est une autre voie. Ces larbins devraient se taire au lieu de débiter des absurdités
Anonyme En Avril, 2018 (10:41 AM) 0 FansN°: 29
Quel con celui. un lèche cul qui ne mérite qu'un coup de pied au cul.

Regardez la gueule de ce mec. Vraiment y'a ds gens ils peuvent pas se regarder dans la glace.

Dioude si guelem nampe si mbaam khoukh.

Mounirou yaw kouty sax mola gueun.
Anonyme En Avril, 2018 (10:53 AM) 0 FansN°: 30
Vous décriez la proliférations des partis politique alors que vous en êtes les acteurs avec ton ADN. La vérité c'est que les politiciens ne vont jamais accepter qu'on diminue les parties, pouvoir comme opposition. Mais le parrainage ne va pas régler le problème au contraire, c'est un instrument qui va permettre à l'exécutif de choisir ces candidats.
Anonyme En Avril, 2018 (11:05 AM) 0 FansN°: 31
RIEN QU'A VOIR SA GUEULE J'AI TOUT DE SUITE COMPRIS
Ngoor En Avril, 2018 (11:14 AM) 0 FansN°: 32
D'accord Monsieur mais nous notre problème est que le moment est mal choisi, vous devez être assez intelligent pour comprendre que ce que vous dites n'est rien à voir avec les motivations du président Macky.Si vous êtes vraiment son conseiller, dites lui que nous ne sommes pas des tarés.

Anonyme En Avril, 2018 (11:16 AM) 0 FansN°: 33
il n a meme pas pris le soin de refléchir, il fait du néddo bandoum
Anonyme En Avril, 2018 (11:55 AM) 0 FansN°: 34
les intelo il ne cité que des

Français mimétisme rek
Leuz En Avril, 2018 (12:01 PM) 0 FansN°: 35
Le système du parrainage est un projet de loi que l’exécutif (Le président Macky Sall et son gouvernement) cherche à faire voter par l’assemblée nationale. Le projet a entre autres objectifs de rationaliser le coût des fonds qui sont alloués à l’organisation des élections présidentielles, de claquer la porte au nez des candidatures fantaisistes (candidatures avec des chances de remporter les élections presque inexistantes) et de faciliter sur le plan de la procédure une bonne administration tout le long de la période des élections. Selon le projet, chaque candidat doit être parrainé par 1 pour cent des électeurs inscrits sur les listes électorales. Quant aux candidats indépendants, ils devront totaliser 10000 signatures valables pour faire acte de candidature.







Les objectifs sus évoqués n’ont rien de bien inquiétant si l’on s’en tient à leur énumération mais si on réfléchit à leur potentielle application, on se rend compte qu’ils réconfortent assez bizarrement la position du président de la république quant aux prochaines élections. En effet, parmi les 15 millions de sénégalais, seuls 6,5 millions d’entre eux se trouvent pour le moment sur les listes électorales. En d’autres termes, chaque candidat non indépendant devra être parrainé par 65000 citoyens inscrits sur les listes électorales éparpillés aux 4 coins du Sénégal. Autant nager à contre courant en pleine mer. Nul besoin de rappeler la difficulté que ce sera pour les candidats autonomes de rassembler 10000 signatures pour faire valider leurs candidatures. Des signatures qui resteront en fin de compte discutables car, soumises à un contrôle. FAUT PAS NAGER DANS L'IGNORANCE :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
Anonyme En Avril, 2018 (12:23 PM) 0 FansN°: 36
Mounirou Enfoiré .....ton nouveau Nom :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
Youri Domba En Avril, 2018 (13:48 PM) 0 FansN°: 37
boo dinndéé linètt-yi mounirou ak golodoudanguine!  :jaaxle: 
Anonyme En Avril, 2018 (14:19 PM) 0 FansN°: 38
 :bindeu:  sama serigne yaw tamit bi nga fao ba paré dal deuk dal

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]