Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide
actualites
John MARSHALL, ambassadeur de Grande-Bretagne au Sénégal : « Nous sommes intéressés par des demandes de bourses des Sénégalais »
   Par SOLEIL Propos recueillis par Daouda MANE | Le Soleil |  Lundi 19 novembre, 2012 21:26  | Consulté 5084  fois  | 0 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
Diplomatie | Mots Clés: John MARSHALL, Ambassadeur, Grande-Bretagne, Sénégal
source: Le Soleil

La Grande-Bretagne offre des opportunités, au plan académique, peu exploitées par les Sénégalais. Dans cet entretien, l’ambassadeur John Marshall revient sur la coopération académique entre nos deux pays tout en déclinant les domaines dans lesquels la Grande-Bretagne compte appuyer le Sénégal.

Votre pays a décidé de présenter aux chercheurs sénégalais l’Initiative de la Royal society (ndlr : l’Académie des Sciences du Royaume-Uni) et Dfid (Ministère du Développement international) pour le renforcement des capacités scientifiques en Afrique. En quoi consiste une telle initiative ?

L’Initiative Royal Society/Dfid pour le renforcement des capacités scientifiques en Afrique est destinée aux universitaires qui souhaitent mettre en place des consortia de recherche collaborative liant l’Afrique subsaharienne à des universités ou des institutions de recherche en Grande-Bretagne. Des subventions de recherche d’un montant supérieur à 1,2 million de livres sterling sont disponibles. A mon avis, c’est une opportunité extraordinaire qui permet aux universités et aux institutions de recherche sénégalaises de développer des relations plus solides avec d’autres universités africaines et britanniques, et de faire une demande pour un financement important destiné à appuyer la recherche dans trois domaines essentiels pour le développement du Sénégal : l’eau et l’assainissement, les énergies renouvelables et l’étude des sols. Par ailleurs, de petites subventions d’un montant de 25.000 livres sterling sont disponibles pour aider les universités, qui le souhaitent, à collaborer afin d’élaborer des propositions de financement de programme détaillées. J’espère sincèrement que les universités sénégalaises mettront à profit cette opportunité.

Des universités sénégalaises bénéficient-elles déjà d’un financement alloué par le Royaume-Uni pour la recherche ?

Oui, le Royaume-Uni est en train d’accomplir un travail remarquable, en partenariat avec des universités et des institutions de recherche au Sénégal, dans le domaine de la recherche et du renforcement des capacités de recherche. Par exemple, un projet de renforcement des capacités de recherche sur le paludisme, dirigé par la « London school of Hygiene and tropical medecine » et financé par la « Bill & Melinda Gates foundation » et le « Welcome trust », investit dans les jeunes chercheurs sénégalais par le biais de bourses d’études de 3ème cycle et postdoctorales, de visites d’échanges et également dans la consolidation des infrastructures du Département de Parasitologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, pour soutenir les programmes postdoctoraux. Récemment, des chercheurs de l’Ucad ont bénéficié d’une subvention d’un montant supérieur à 1,3 million de livres sterling (plus de 1,064 milliard de FCfa) allouée par Dfid/Mrc/Wellcome trust pour soutenir la recherche qui contribuera à la lutte contre le paludisme.

Existe-t-il d’autres liens entre les universités britanniques et sénégalaises ?

Il y en a beaucoup. L’atelier qui aura lieu la semaine prochaine (20-21 novembre), illustre parfaitement cela. Depuis 2009, le Hfp (Humanitarian futures programme) du « King’s College London» met en œuvre un programme d’échanges de décideurs dans les domaines de la climatologie, de l’humanitaire et du développement. Le programme, qui vise à rendre la science climatique opérationnelle en identifiant les cas où l’apprentissage scientifique émerge, peut mieux appuyer l’humanitaire, la réduction des risques de catastrophes et la planification du développement. Les partenaires impliqués dans l’échange incluent l’Anacim, les « Meteorological services », au Kenya et au Royaume-Uni, et les scientifiques spécialistes du climat des universités de Liverpool, de Sussex et d’Oxford, en Grande-Bretagne, ainsi qu’un certain nombre d’Ong britanniques et sénégalaises, notamment Christian Aid, la Croix-Rouge sénégalaise, Oxfam et Cafod. Les objectifs de cet atelier sont les suivants : partager l’apprentissage émergent sur la base des études menées au Kenya et au Sénégal sur les approches qui se sont avérées les plus efficaces, et ce, en soutenant le dialogue entre les pourvoyeurs et les utilisateurs de science, identifier les opportunités clés et les défis à relever pour ce qui est du développement des services climatiques qui soutiennent la résilience de la communauté et examiner les opportunités pour l’utilisation à une plus grande échelle et l’élargissement de l’approche par l’échange au Sénégal, au Kenya et d’une manière générale.
Il existe des liens de longue date entre le « UK Meteorological office » et l’Anacim. Le « Met Office » lui a offert, au début de l’année, un enregistreur numérique pour appuyer le développement de la météorologie au Sénégal.

La climatologie est-elle un domaine dans lequel le Royaume-Uni a une expertise spéciale ?

Oui, et il s’agit d’un domaine dans lequel nous tenons à partager notre expertise. Les institutions britanniques, telles que le «Natural environment research council», le « National centre of atmospheric science » et l’Université de Reading, ont créé Afclix (Africa climate exchange) dont l’objectif est de communiquer des informations relatives au temps et au climat qui lient et soutiennent les populations locales. Au Sénégal, Afclix travaille en collaboration avec la Croix-Rouge sénégalaise pour envoyer des alertes concernant les inondations aux communautés vulnérables.
Un consortium d’universités britanniques, de concert avec le « UK Met office » et des partenaires africains, est également en train d’élaborer une proposition de recherche visant à améliorer la qualité, l’utilité et l’application pratique des prévisions météorologiques en Afrique subsaharienne. Le Sénégal est l’un des quatre pays focaux (les autres sont l’Ouganda, l’Afrique du Sud et le Ghana). Le programme est dénommé Fewas (Evaluation des prévisions pour l’eau et l’agriculture en Afrique subsaharienne).

Et dans les domaines non-scientifiques ?

Certes, un accord de coopération lie l’Université de Portsmouth à l’Ucad depuis plus de 20 ans, par le biais d’un programme d’échanges d’étudiants en langues et maintenant en histoire. L’Université de Portsmouth a également des liens de longue date dans le domaine linguistique avec le Cesag et Estel à Dakar. Plus récemment, l’Université de Portsmouth a mis en œuvre, avec l’Ucad et l’Université d’Alger, un projet parrainé par une académie britannique, l’« Oral history accross generations », qui étudie un aspect peu exploré de l’histoire commune de l’Algérie et du Sénégal : la présence de soldats sénégalais au sein de l’Armée française pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie. Le partenariat vise à outiller les étudiants de 3ème cycle et les jeunes universitaires dans ces deux pays africains, pour l’exécution de ce projet d’histoire orale au sein de l’ancienne génération.

Qu’en est-il, de manière générale, des liens éducatifs ?

Le Sénégal est l’un des pays impliqués dans le Programme « Connecting classrooms » du British Council financé par le gouvernement britannique, par le biais du Dfid. Le programme permet d’établir des partenariats scolaires, de bénéficier de cours de perfectionnement et d’avoir l’opportunité de partager les meilleures pratiques avec des homologues internationaux. Au Sénégal, 30 écoles, plus de 300 enseignants et 1.500 élèves sont impliqués à Dakar, Fatick, Joal, Saint-Louis et Ziguinchor. L’un des projets s’inscrivant dans le cadre de ce programme est la mise en place de pôles Tic. A ce jour, trois pôles ont été inaugurés à Dakar, Saint-Louis et Joal. Ces pôles – où 20 terminaux sont connectés à chaque serveur – assurent un accès aux Tic et un soutien aux enseignants, aux apprenants et aux communautés. Le Programme « Connecting classrooms » assure également une formation pour les responsables d’établissement souhaitant acquérir des compétences en leadership.

Combien de Sénégalais étudient en Grande-Bretagne ?

Nous pensons qu’il y a environ 80 à 100 Sénégalais qui étudient dans les universités britanniques.

Quelles sont les opportunités de bourses qui s’offrent aux ressortissants sénégalais en Grande-Bretagne?

Le gouvernement britannique gère le Programme de bourses Chevening pour lequel les ressortissants sénégalais peuvent faire une demande. Ce programme prévoit un financement partiel ou intégral d’études à plein temps au niveau du 3ème cycle, normalement un diplôme de Maîtrise en un an. Nous sommes particulièrement intéressés par des demandes pour une formation qui aiderait le Sénégal dans le domaine de la bonne gouvernance (politique et économique), du changement climatique et de la gestion de l’environnement (à savoir la gestion des déchets), et de l’application de la Loi et des systèmes de justice pénale. Nous cherchons des candidats qui ont les qualités personnelles, intellectuelles et interpersonnelles nécessaires pour le leadership et qui sont motivés pour faire une carrière menant à un poste de responsabilité dans leurs pays. Les candidats sont tenus de faire leur demande en ligne, via e-Chevening http://www.chevening.org/, en utilisant l’option Sénégal dans le menu déroulant. Le formulaire de demande e-Chevening doit être rempli en anglais avant le vendredi 7 décembre 2012.


Nouveau!:   Retrouvez toutes les archives concernant John MARSHALL de 2006 à ce jour.
Commentaires:   0   Total dont   0   En attente - ( Voir les commentaires sensibles) .
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.

  Réagissez à cet article (en respectant les règles ci-dessous)

  • Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
    Ne devoilez pas
    les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
    de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
  • Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Nom:
  
Commentaire:
:)   :-D   :cool:   :hun:   :cry:   :love:   :khelou:   :?:   :jumpy: :sad:   :bravo:    :haha:   :dedet:   :sn:   :down:    :up:  :tala-sylla:
   
Pour faire apparaitre vos commentaires immediatement, creez un compte seneweb (c'est rapide).

Nouveau!:   Retrouver toutes les archives concernant John MARSHALL de 2006 à ce jour.

 

 


Pub


 




HitParade




HitParade