13 milliards de Fcfa mobilisés pour financer 60 fermes “Natangue”

  • Source: : Seneweb.com | Le 10 juin, 2016 à 15:06:16 | Lu 28332 fois | 22 Commentaires
content_image

Ministre Papa Abdoulaye Seck

Dans le cadre du projet d'appui à la réduction de la migration à travers la création d'emplois ruraux au Sénégal, le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck, et les ambassadeurs de l'Union Européenne, d'Italie et d'Espagne, ont procédé ce vendredi 10 juin 2016 à la signature d’une convention de financement d'un montant de près de 20 millions d’Euros (plus de 13 milliards de Fcfa), pour la création d'emplois ruraux à travers les fermes agricoles “Natangué”.

Ce projet vise à contribuer à la création d’emplois et de richesses dans les régions plus susceptibles à l’émigration, à travers l’aménagement de terres pour des fermes agricoles, l’accompagnement technique et la formation des agriculteurs et agricultrices. Selon Papa Abdoulaye Seck, il s’agit de mettre en place 60 fermes “Natangué". "On s’est rendu compte que les jeunes peuvent, avec ces fermes, rester dans leurs localités, avoir des revenus conséquents et stables parce qu’il y a une maîtrise de l’eau, une diversification des produits et une disponibilité des facteurs de productions de qualités», note le ministre.

Papa Abdoulaye Seck est convaincu qu’avec ces fermes, les jeunes ruraux vont rester en milieu rural et certainement des jeunes issus des milieux urbains vont quitter les villes pour aller travailler en milieu rural. "L’agriculture sénégalaise est en train de se transformer. Avec un exploitant d'une ferme “Natangué” couvrant à peu près 0,3 hectare, on s’est rendu compte que l’exploitant peut travailler 12 mois sur 12, donc toute l’année, et obtenir durant toute l’année des revenus conséquents.

Dans ces fermes, un petit exploitant travaillant sur 0,3 hectares peut avoir des revenus allant jusqu’à 1 million de francs Cfa. Notre ambition est de créer plus de 30.000 emplois avec ces fermes d’ici 2017 au moins», a précisé Papa Abdoulaye Seck. La convention de financement signée, ce vendredi, comporte deux composantes, mises en œuvre respectivement avec les coopérations Espagnole et Italienne. La première concerne les régions de Kolda, Sédhiou et Kédougou et la seconde phase couvre la zone centre et le bassin arachidier (Louga, Diourbel, Kaffrine, Fatick et Tambacounda).


Auteur: Mamadou Salif Dieng - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (11)


Anonyme En Juin, 2016 (16:20 PM) 0 FansN°: 1
Une ferme Natangué ou naatange pour plus de 216 millions. De qui se moque-t-on ?
Reply_author En Août, 2016 (01:20 AM) 0 FansN°: 1
0.3 hectare cela fait une ferme de 55 m x 55 m (de coté), il doit y avoir une erreur !!!!! cela suffit à peine pour nourrir une seule vache !
Anonyme En Juin, 2016 (16:21 PM) 0 FansN°: 2
Merci pour ces efforts à l'endroit des jeunes et des populations. Les fermes NATANGUE seront réalisées par ANIDA. Elles sont une réponse au chômage des jeunes surtout en milieu rural.

B-t En Juin, 2016 (16:22 PM) 0 FansN°: 3
Je me demande pourquoi seulement maintenant. Cette priorité des priorités était attendue depuis quatre ans. L'état gagnerait a jouer clair dans la réalisation de ce projet puisqu'en publiant les choix , orientations et objectifs, il susciterait des approbations et critiques positives qui en feraient un facteur incontournable de création d'emplois, d'autosuffisance alimentaire et de stabilité sociale.

Bass
Anonyme En Juin, 2016 (16:41 PM) 0 FansN°: 4
C'est bien. Il y a beaucoup d'argent dans ce ministère. Il faut aider les jeunes à devenir des agriculteurs à commencer par moi. Je suis fonctionnaire mais je suis près à démissionner parce que mal payé malgré mon BAC+6 avec 8ans d'expériences je gagne à peine 300.000f CFA. Je n'irai nul part avec ce salaire qui ne sert qu'à nourrir la famille et payer la location.
Anonyme En Juin, 2016 (16:45 PM) 0 FansN°: 5
"Notre ambition est de créer plus de 30.000 emplois avec ces fermes d’ici 2017 au moine" il faut bien lire  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
Anonyme En Juin, 2016 (13:52 PM) 0 FansN°: 6
Reply_author En Juillet, 2016 (10:39 AM) 0 FansN°: 1
le gouvernement doit nous éclairer : comment a-t-on choisi les 60 privés qui vont bénéficier de ces milliards qui appartiennet à 13 000 000 de sénégalais?
l'etat doit nous donner les critères de sélection des privés et des localités. la ferme natangué de sangalkam sera par exemple mise en place sur la patrimoine foncier de l'isra (un institut étatique, donc non privé) !
ces fermes diffèrent-elles des anciennes fermes du plan reva de farba senghor (c'était une nébuleuse).
Maïmoune En Juillet, 2016 (10:26 AM) 0 FansN°: 7
Pour que le Sénégal bénéficie d'une agriculture moderne, il faudrait en finir avec ces agriculteurs, je dirais ces cultivateurs analphabètes qui sont dans ce noble métier depuis des siècles. Malgré leur bonne volonté reconnue, les cultivateurs devraient céder la place à des milliers de jeunes agriculteurs formés dans des lycées comme font les pays développés. On ne s'improvise pas agriculteur ni pêcheur ce sont des métiers qui demandent de la technicité. Formés par des professeurs en agriculture par la coopération décentralisée, le Sénégal pourrait devenir dans moins de dix ans, le temps de former ces milliers de jeunes, un grand pays agricole. Sans ces préalables, dans vingt ans on en sera au même point de voeux ! Nous avons un bon ministre de l'agriculture qui connait bien le secteur, or les lycées agricoles tardent à voir le jour dans chaque département agricole comme je le préconise depuis 10 ans !
Reply_author En Juillet, 2016 (00:27 AM) 0 FansN°: 1
salam aux commentaries.

éclairage : l'agriculture n'est pas pourvoyeur d'emplois,

elle est faite pour produire en grande quantité des matières premieres a des coûts très petit aux bords champs,et nourrires les paysans cultivateurs,et après le reste des consommateurs intérieurs et internationals

exemple : au senegal le nombre d'employé pour un champ de 10 hectars
est cultivé par une famille de :
--- 06 membres
--- le chef (papa )
--- 02 épouses
--- 03 enfants


: pour les machines agricoles et la logistique

--- 02 paires de vaches
--- 02 paires d'ânes
--- 01. pair de chevaux
--- et autans de machines et outils utiles pour l'exploitation des 10 hectars


un autre exemple : à grande échelle au senegal khelcom 40.000 hectars.

une famille religieuse aidèe par sa communotèe mouride tres discipliner et obéissante parvient à satisfaire : un coût de production minimum et qui est la réponse musculèe de la subvention des payes du nord sur leurs agricultures.

maintenant nous remarquons que l'agriculture pourvoies des occupations pour un temp t rènumèrèes ou cadeaux et no des emplois salariales.

mais ou trouvès des emplois :

--- avant l'agriculture :

les laboratoires agricoles / les ingénieurs agricoles et financiers pour élaborer les campagnes / les cooperatives et associatios / les usines de selections et tries de semences,et toutes la batteries de manutentionnaires,logistique portuaires,aïroportuaires,ferrovieres,terminals gros porteurs routiers / la commercialisations et publicitèes de touts produits,services,bien de services avant l'agriculture,etc...!

---- aprÈs l'griculture :

la manutention,logistique bord champ / le conditionnement,le traitement,latransformation et enfin la commercialisation qui est le levie tres puissante au niveau mondial pour creer des employs a grande echelle inshallah allah / masha allah pour continuer prochaine la contribution dans quelques jours
Anonyme En Juillet, 2016 (10:39 AM) 0 FansN°: 8
Le Gouvernement doit nous éclairer : Comment a-t-on choisi les 60 privés qui vont bénéficier de ces milliards qui appartiennet à 13 000 000 de sénégalais?

L'Etat doit nous donner les critères de sélection des privés et des localités. La ferme Natangué de Sangalkam sera par exemple mise en place sur la patrimoine foncier de l'ISRA (un institut étatique, donc non privé) !

Ces fermes diffèrent-elles des anciennes fermes du Plan REVA de Farba Senghor (c'étatit une névbuleuse).
Anonyme En Août, 2016 (18:40 PM) 0 FansN°: 9
Donner ses fermes aux enfants des producteurs qui ont tjrs travaille la terre et creer ses fermes dans les zones de pluies pas dans le desert soyez transparent , publier les criteres et la liste!
Anonyme En Août, 2016 (01:25 AM) 0 FansN°: 10
en dessous de 120 hectares une ferme au SN n'est pas viable . En Europe c'est 1500 hectares et aux US 3000.
Anonyme En Octobre, 2016 (22:45 PM) 0 FansN°: 11
Mr le Ministre , vous ne semblez pas tres ambitieux si vous nous dites que le petit producteur peut gagner , apres toute une saison de travail un million de frs ,cela voudrait dire cent mille par mois ? c'est juste une question , mais si la reponse est , oui est ce que vous pouvez , vous ,avec une femme , et un enfant vivre avec cent mille pour dix jours ? et encore .

Si vous voulez aider votre peuple à sortir de la precaritè et retenir les jeunes dans le pays , mieux vaudrait financer peu de gens avec un financement qui vaille la peine et non faire la politique du nombre .

Mr le Ministre produire est moins difficile que vendre . Pensez et repensez aux debouchès des produits apres la production , c'est là le mal . Nous y pensons toujours au dernier moment alorsque c'est par là qu'il faut toujours commencer .



C'etait tout juste une contribution que je voulais apporter dans cette belle initiative car vivant avec mes freres ici à l'exterieur et voiyant la souffrance dans laquelle ils vivent , nous ne pouvons que nous rejouir de cet apport de nos amis europeens .

Merci du courage et bonne chance.

''Yalnagnouyallah diappalè.''

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]