Ce que les enseignants attendent du khalife des tidjanes

  • Source: : Seneweb.com | Le 08 avril, 2018 à 12:04:27 | Lu 9661 fois | 56 Commentaires
content_image

Ce que les enseignants attendent du khalife des tidjanes

Le khalife des tidjanes, Serigne Mbaye Sy, reçoit ce dimanche à Tivaouane les syndicats d'enseignants. Prenant part à la rencontre, qui va se dérouler au domicile du guide, le secrétaire général du Cusems, Alassane Ndoye, a précisé que ses camarades ne sont pas dans la ville sainte pour des négociations.

"Le khalife ne négocie pas", rappelle le syndicaliste. Qui indique qu'ils attendent de Serigne Mbaye Sy qu'il "puisse sensibiliser le chef de l'État, le pousser à respecter les accords de 2014", notamment à propos de la question de l'alignement de l'indemnité de logement.


Auteur: Seneweb news - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (21)


Mansawali Ajami Wa Arabi 2018 il y a 2 semaines (12:37 PM) 0 FansN°: 1
 :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

IHSSAN ILAL IHSSAN ! WAW LU BAX LU BAX MOKO MONNA FEEY

 :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

OUI ICI NOUS ATTENDONS DES ENSEIGNANTS CE QUE NOTRE VENERABLE KHALIFE

ATTENDENT DES ENSEIGNANTS DES ELEVES ET DES ETUDIANTS EN BLOC MASSIF

 :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 



SAUVER L'ANNEE SCOLAIRE POUR ASSURER L'AVENIR A NOS ENFANTS ET AUX

ENFANTS DE NOS ENFANTS ICI ET MAINTENANT AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD



 :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike:  :fblike: 
Reply_author il y a 2 semaines (12:41 PM) 0 FansN°: 1
la bénédiction de notre vénérable khalife au nom de tous nos vénérables khalifes !
la bénédiction de notre vénérable khalife au nom de tous nos vénérables khalifes !
la bénédiction de notre vénérable khalife au nom de tous nos vénérables khalifes !
la bénédiction de notre vénérable khalife au nom de tous nos vénérables khalifes !
Reply_author il y a 2 semaines (12:55 PM) 0 FansN°: 2
il faut baisser les indemnités logement de tous les fonctionnaires, qui gagnent beaucoup trop et ont trop de sécurité et d'avantages par rapport au reste de la population
Reply_author il y a 2 semaines (13:10 PM) 0 FansN°: 3
ce khalif est un militant encagoulé de l'apr qui reçoit 25 millions/ mois de sa stupidité le faux lion dormeur. cet homme dit guide religieux ne peut rien apporter de concret et de positif à la crise scolaire. il a déjà prédit une victoire du monstre en 2019 au soir de l'élection présidentielle. donc il n'est crédible pour jouer le rôle de médiateur dans cette crise. je demande aux secrétaires généraux des différents syndicats de ne pas accorder du crédit à cette médiation incarnée par un faux marabout qui aime la jouissance, le confort, la gloire, les avantages et la belle vie. il est disqualifié par jouer la médiation parce qu'il est partisan et peut rien apporter à ce pays. na noppi moh gueune.
Reply_author il y a 2 semaines (17:41 PM) 0 FansN°: 4
il n y a pas seulement l'alignement indemnitaire mais il y a aussi les rappels, les lenteurs administratives, les parcelles des zac et autres.
Anonyme il y a 2 semaines (12:50 PM) 0 FansN°: 2
Enseignants n'attendez rien de personne, ne faîtes confiance en personne, prenez votre destin en main, ce sont tous des scélérats.
Anonyme  il y a 2 semaines (12:54 PM) 0 FansN°: 3
Le chantage des enseignants ne passera pas. L'alignement de l'indemnité de logement est une vue de l'esprit. On ne va pas prendre tout l'argent du pays pour le remettre à des enseignants fainéants, paresseux, de piètre qualité, qui passent le plus clair de leur temps à revendiquer des augmentations de salaires. Trop C'est trop.
Reply_author il y a 2 semaines (20:08 PM) 0 FansN°: 1
et à votre avis, que faut-il faire pour que vous deveniez enseignant à la place de ces fainéants que vous décriez? voudriez-vous prendre leur place?
car tel est le problème : tant que le métier d'enseignant ne sera pas valorisé (en termes de rémunération et de sécurité) le sénégal ne peut espérer qu'avoir des fainéants comme enseignants.
qui veut être premier de sa promo et aller enseigner pour toucher une misère?
les ressources humaines de qualité coûtent ce qu'elles coûtent.
qui propose des salaires au rabais ne peut s'attendre qu'à un personnel au rabais.
telle est la teneur du chantage des enseignants.
Reply_author il y a 2 semaines (09:54 AM) 0 FansN°: 1
ce sont les enseignants eux-mêmes qui ont dévalorisés la fonction d'enseignant et ce, depuis l'indépendance. face au vide produit par la stupide mesure de sénégaliser la fonction, on a assisté à toutes les dérives aussi bien dans le recrutement que dans la formation des enseignants à quelque niveau que ce soit. les choses sont restées dans cet état et tout récemment il y avait même des enseignants qui n'étaient pas affectés par manque de postes à pourvoir. c'est récemment que des mesures prises pour faire de l'enseignant à qui nous confions nos enfants, soit à la hauteur de la tâche qu'il assume. on ne peut pas leur demander aussi autant de sacrifice sans les mettre dans des conditions idoines pour exercer leur métier. mais tout ne peut se faire à la course que certains veulent imposer au gouvernement. c'est irréalisable et c'est injuste, n'en déplaise aux pêcheurs en eaux troubles.
Anonyme il y a 2 semaines (12:56 PM) 0 FansN°: 4
Macky respectes les accords de 2014 sinon le peuple aura ta peau.
Volai414 il y a 2 semaines (13:01 PM) 0 FansN°: 5
QU'ATTEND DONC LE MINISTRE DE L'EDUCATION POUR RENDRE SON TABLIER?

Lorsque les blocages dans votre ministère ne sont plus gérés par vous-même, que le président de la république et des chefs religieux interviennent à votre place, vous n'avez plus aucune légitimité. Il ne vous reste plus que votre honneur qui doit vous dicter de partir. Quand les problèmes d'ordre politique se déplacent sur le terrain religieux, il y a un dangereux mélange des genres. Ce qui se passe autour de cette histoire disqualie le ministre de l'Education et fragilisera tous futurs responsables de ce ministère clef. La pagaille et le maslah ont encore de beaux jours dans ce pays qui, pourtant, aspire à l'émergence.
Anonyme il y a 2 semaines (13:06 PM) 0 FansN°: 6
la seul chose qui sauver l année c est que le gouvernement respect les accords de 2014 bien vrai qu autre foi je disais que les enseignement font du n importe quoi sur les greves mais au fur et a mesure je suis rendu compte la faute se trouve sur le gouvernement car l accord a etait signer 2014 et aujourd'hui on est en 2018 et 4 ans ne les respectent pas bon patience a des limites
Hann  il y a 2 semaines (13:18 PM) 0 FansN°: 7
25.000 f de plus est significatif
Anonyme il y a 2 semaines (13:52 PM) 0 FansN°: 8
L'Etat sous Macky : Etat voleur, truand, malhonnête, qui manque à sa parole Honorez vos engagements
Anonyme il y a 2 semaines (14:16 PM) 0 FansN°: 9
le Sénégal est le pays du grand n'importe quoi. ce n'est pas a un khalife général de négocier avec des syndicats. le Sénégal n'est pas une république islamique.

Reply_author il y a 2 semaines (18:35 PM) 0 FansN°: 1
bien répondu ...que les religieux s ' occupent de priére ils n ' ont rien a faire en politique
Oracle il y a 2 semaines (14:24 PM) 0 FansN°: 10
La solution est simple l état n a qu' a réquisitionné les enseignants retraités et les réservistes puis renvoyer tous les grévistes c est comme ca que marche les usa
Anonyme il y a 2 semaines (14:26 PM) 0 FansN°: 11
Il n’ya pas que les enseignants à satisfaire dans ce pays il faut aussi penser aux conditions de travail et de vie autres couches de la population mécaniciens chauffeurs transporteurs artisans et le secteur privé pourquoi devrait octroyer des terrains aux enseignants aux magistrats et laisser les autres n’ont ils l’accès eux aussi à l’habitat social ?
Anonyme il y a 2 semaines (15:09 PM) 0 FansN°: 12
les enseignants sont ne veulent pas retourner en classes, ils preferent aller dans les privés et encaisser leur salaire en meme temps.C'est indigne
Anonymemarra Makisard il y a 2 semaines (16:20 PM) 0 FansN°: 13
IL NE FAUT RIEN ATTENDRE DE QUI QUE SE SOIT ET SURTOUT PAS DE CES MARABOUT COMPLICES DU MAKISARD .

Enseignants n'attendez rien de personne, ne faîtes confiance en personne.

CE REGIME DE VAUT RIEN N4A QU A RESPECTER CES ENGAGEMENTS DE 2014 POINT.



ATTENTION SURTOUT DEMANDER DANS L IMMEDIAT ET SURTOUT PAS EN JANVIER 2019 PUISQUE MEME S IL GAGNE PAR MALHEUR POUR LE SENEGAL .

IL DIRA QU IL NE PEUT PAS DES LE MOI D AVRIL .

As il y a 2 semaines (16:36 PM) 0 FansN°: 14
Ces enseeignants sont trop gourmants mais ils risquent de tout perdre.Il etait une fois en 1988,Abdou diouf et ses Policiers.Que dire donc apres 30ans de cet episode" Macky et ses enseigants "???
Goor Goor Lou il y a 2 semaines (17:06 PM) 0 FansN°: 15
"ETALT DE DROIT DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS;

.

Conseil des Ministres du 11 mars 2017 : L’Etat s’engage à solder le passif social des sociétés nationales en liquidation.

Les agents des entreprises, dont la liquidation traîne toujours, peuvent espérer des lendemains meilleurs. Hier, en réunion du Conseil des ministres, le Président de la République a pris en charge la gestion de tous ces dossiers il a indiqué au Gouvernement «l’impératif de procéder au recensement effectif des entreprises publiques et privées en liquidation, des catégories de personnels concernés, des droits officiels dus par chaque entreprise liquidée, de même que leur niveau de recouvrement par les travailleurs concernés». Mieux, le chef de l’Etat a demandé à ses Ministres d’accélérer toutes les procédures de liquidation en cours en vue d’un règlement durable du passif social…



Un Collectif composé d’ex-travailleurs de plusieurs sociétés, dont Transrail, la Sotiba, Air Afrique, la Sotrac, la Sias, etc. a tenu, hier, une conférence de presse. C’était pour demander à l’Etat le paiement de leur dû.



Les ex-travailleurs des sociétés publiques, parapubliques et privées sont très remontés contre l’Etat du Sénégal. Ces ex-employés ont tenu, hier, une conférence de presse pour exprimer toute leur déception au gouvernement de Macky Sall qui, selon eux, fait toujours la sourde oreille pour la liquidation de leurs droits. Selon eux lors du Conseil interministériel du 10 mars 2017, le Premier ministre, au nom de la continuité de l’Etat qui fait obligation à celui-ci de s’acquitter des engagements souscrits par les gouvernements précédents, avait indiqué des propositions de sortie de crise. Lesquelles étaient articulées autour de plusieurs modalités adaptées à chaque société.



«Pour Air Afrique (9 milliards pour 262 ayants droit). Pour Hamo-Sa (300 millions pour 139 ayants droit), Frigocap (17 millions pour 17 ayants droit), Sias (1,560 milliard pour 1 248 ayants droits) etc.», indiquent-ils dans un document remis à la presse. Mais force est de constater, regrettent-ils, que l’Etat du Sénégal n’est pas disposé à régler leur problème. Parce que, soulignent-ils, jusqu’à présent, aucun ex-employé de ces sociétés précitées, n’a vu la couleur de l’argent. Pour ce qui est de Transrail, le contentieux entre l’Etat et Jabber, l’ancien concessionnaire, rend les choses encore de plus en plus difficiles.



Ensuite s’agissant des sociétés privées, le Pm avait engagé l’Etat à accompagner les travailleurs à la résolution des problèmes. Mais se désolent-ils, cela n’est resté qu’à l’état de promesse. Dès lors, il se pose la question de savoir où est-ce que ça bloque ?



Le facilitateur, Momar Sambe, a signalé qu’au temps du régime d’Abdoulaye Wade, il y a eu un acompte en ce qui concerne la Sotrac en 2007, 2008 et 2009 : une tranche de 2 milliards CFA et une autre de 3 milliards CFA. Mais, sous l’ère Macky Sall, c’est le mutisme total. «Sous le régime de Macky Sall, rien n’a été payé. Le Collectif ne peut qu’exprimer son inquiétude, son désarroi devant une telle attitude de la part du gouvernement.



Il ne peut qu’élever la voix devant un tel manquement, un tel oubli surtout au moment où le gouvernement a confectionné son budget pour l’année 2018 qu’il fait examiner présentement par l’Assemblée nationale.



Au moment où le président de la République annonce que ce budget 2018 sera social», peste Momar Sambe. Avant d’ajouter : «En tant que facilitateur, je dois avouer que j’ai frappé à toutes les portes, mais en vain. Nous n’avons aucune réponse venant du gouvernement. C’est l’omerta totale. Nous sommes devant un mur de silence. Le montant total tourne autour de 25 milliards CFA pour ce qui concerne les travailleurs du secteur public et parapublic et 8 à 9 milliards de F CFA pour ceux du secteur privé».

"ETALT DE DROIT DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS;

.

Conseil des Ministres du 11 mars 2017 : L’Etat s’engage à solder le passif social des sociétés nationales en liquidation.

Les agents des entreprises, dont la liquidation traîne toujours, peuvent espérer des lendemains meilleurs. Hier, en réunion du Conseil des ministres, le Président de la République a pris en charge la gestion de tous ces dossiers il a indiqué au Gouvernement «l’impératif de procéder au recensement effectif des entreprises publiques et privées en liquidation, des catégories de personnels concernés, des droits officiels dus par chaque entreprise liquidée, de même que leur niveau de recouvrement par les travailleurs concernés». Mieux, le chef de l’Etat a demandé à ses Ministres d’accélérer toutes les procédures de liquidation en cours en vue d’un règlement durable du passif social…



Un Collectif composé d’ex-travailleurs de plusieurs sociétés, dont Transrail, la Sotiba, Air Afrique, la Sotrac, la Sias, etc. a tenu, hier, une conférence de presse. C’était pour demander à l’Etat le paiement de leur dû.



Les ex-travailleurs des sociétés publiques, parapubliques et privées sont très remontés contre l’Etat du Sénégal. Ces ex-employés ont tenu, hier, une conférence de presse pour exprimer toute leur déception au gouvernement de Macky Sall qui, selon eux, fait toujours la sourde oreille pour la liquidation de leurs droits. Selon eux lors du Conseil interministériel du 10 mars 2017, le Premier ministre, au nom de la continuité de l’Etat qui fait obligation à celui-ci de s’acquitter des engagements souscrits par les gouvernements précédents, avait indiqué des propositions de sortie de crise. Lesquelles étaient articulées autour de plusieurs modalités adaptées à chaque société.



«Pour Air Afrique (9 milliards pour 262 ayants droit). Pour Hamo-Sa (300 millions pour 139 ayants droit), Frigocap (17 millions pour 17 ayants droit), Sias (1,560 milliard pour 1 248 ayants droits) etc.», indiquent-ils dans un document remis à la presse. Mais force est de constater, regrettent-ils, que l’Etat du Sénégal n’est pas disposé à régler leur problème. Parce que, soulignent-ils, jusqu’à présent, aucun ex-employé de ces sociétés précitées, n’a vu la couleur de l’argent. Pour ce qui est de Transrail, le contentieux entre l’Etat et Jabber, l’ancien concessionnaire, rend les choses encore de plus en plus difficiles.



Ensuite s’agissant des sociétés privées, le Pm avait engagé l’Etat à accompagner les travailleurs à la résolution des problèmes. Mais se désolent-ils, cela n’est resté qu’à l’état de promesse. Dès lors, il se pose la question de savoir où est-ce que ça bloque ?



Le facilitateur, Momar Sambe, a signalé qu’au temps du régime d’Abdoulaye Wade, il y a eu un acompte en ce qui concerne la Sotrac en 2007, 2008 et 2009 : une tranche de 2 milliards CFA et une autre de 3 milliards CFA. Mais, sous l’ère Macky Sall, c’est le mutisme total. «Sous le régime de Macky Sall, rien n’a été payé. Le Collectif ne peut qu’exprimer son inquiétude, son désarroi devant une telle attitude de la part du gouvernement.



Il ne peut qu’élever la voix devant un tel manquement, un tel oubli surtout au moment où le gouvernement a confectionné son budget pour l’année 2018 qu’il fait examiner présentement par l’Assemblée nationale.



Au moment où le président de la République annonce que ce budget 2018 sera social», peste Momar Sambe. Avant d’ajouter : «En tant que facilitateur, je dois avouer que j’ai frappé à toutes les portes, mais en vain. Nous n’avons aucune réponse venant du gouvernement. C’est l’omerta totale. Nous sommes devant un mur de silence. Le montant total tourne autour de 25 milliards CFA pour ce qui concerne les travailleurs du secteur public et parapublic et 8 à 9 milliards de F CFA pour ceux du secteur privé».







































































































































































































"ETALT DE DROIT DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS;

.

Conseil des Ministres du 11 mars 2017 : L’Etat s’engage à solder le passif social des sociétés nationales en liquidation.

Les agents des entreprises, dont la liquidation traîne toujours, peuvent espérer des lendemains meilleurs. Hier, en réunion du Conseil des ministres, le Président de la République a pris en charge la gestion de tous ces dossiers il a indiqué au Gouvernement «l’impératif de procéder au recensement effectif des entreprises publiques et privées en liquidation, des catégories de personnels concernés, des droits officiels dus par chaque entreprise liquidée, de même que leur niveau de recouvrement par les travailleurs concernés». Mieux, le chef de l’Etat a demandé à ses Ministres d’accélérer toutes les procédures de liquidation en cours en vue d’un règlement durable du passif social…



Un Collectif composé d’ex-travailleurs de plusieurs sociétés, dont Transrail, la Sotiba, Air Afrique, la Sotrac, la Sias, etc. a tenu, hier, une conférence de presse. C’était pour demander à l’Etat le paiement de leur dû.



Les ex-travailleurs des sociétés publiques, parapubliques et privées sont très remontés contre l’Etat du Sénégal. Ces ex-employés ont tenu, hier, une conférence de presse pour exprimer toute leur déception au gouvernement de Macky Sall qui, selon eux, fait toujours la sourde oreille pour la liquidation de leurs droits. Selon eux lors du Conseil interministériel du 10 mars 2017, le Premier ministre, au nom de la continuité de l’Etat qui fait obligation à celui-ci de s’acquitter des engagements souscrits par les gouvernements précédents, avait indiqué des propositions de sortie de crise. Lesquelles étaient articulées autour de plusieurs modalités adaptées à chaque société.



«Pour Air Afrique (9 milliards pour 262 ayants droit). Pour Hamo-Sa (300 millions pour 139 ayants droit), Frigocap (17 millions pour 17 ayants droit), Sias (1,560 milliard pour 1 248 ayants droits) etc.», indiquent-ils dans un document remis à la presse. Mais force est de constater, regrettent-ils, que l’Etat du Sénégal n’est pas disposé à régler leur problème. Parce que, soulignent-ils, jusqu’à présent, aucun ex-employé de ces sociétés précitées, n’a vu la couleur de l’argent. Pour ce qui est de Transrail, le contentieux entre l’Etat et Jabber, l’ancien concessionnaire, rend les choses encore de plus en plus difficiles.



Ensuite s’agissant des sociétés privées, le Pm avait engagé l’Etat à accompagner les travailleurs à la résolution des problèmes. Mais se désolent-ils, cela n’est resté qu’à l’état de promesse. Dès lors, il se pose la question de savoir où est-ce que ça bloque ?



Le facilitateur, Momar Sambe, a signalé qu’au temps du régime d’Abdoulaye Wade, il y a eu un acompte en ce qui concerne la Sotrac en 2007, 2008 et 2009 : une tranche de 2 milliards CFA et une autre de 3 milliards CFA. Mais, sous l’ère Macky Sall, c’est le mutisme total. «Sous le régime de Macky Sall, rien n’a été payé. Le Collectif ne peut qu’exprimer son inquiétude, son désarroi devant une telle attitude de la part du gouvernement.



Il ne peut qu’élever la voix devant un tel manquement, un tel oubli surtout au moment où le gouvernement a confectionné son budget pour l’année 2018 qu’il fait examiner présentement par l’Assemblée nationale.



Au moment où le président de la République annonce que ce budget 2018 sera social», peste Momar Sambe. Avant d’ajouter : «En tant que facilitateur, je dois avouer que j’ai frappé à toutes les portes, mais en vain. Nous n’avons aucune réponse venant du gouvernement. C’est l’omerta totale. Nous sommes devant un mur de silence. Le montant total tourne autour de 25 milliards CFA pour ce qui concerne les travailleurs du secteur public et parapublic et 8 à 9 milliards de F CFA pour ceux du secteur privé».













"ETALT DE DROIT DOIT RESPECTER SES ENGAGEMENTS;

.

Conseil des Ministres du 11 mars 2017 : L’Etat s’engage à solder le passif social des sociétés nationales en liquidation.

Les agents des entreprises, dont la liquidation traîne toujours, peuvent espérer des lendemains meilleurs. Hier, en réunion du Conseil des ministres, le Président de la République a pris en charge la gestion de tous ces dossiers il a indiqué au Gouvernement «l’impératif de procéder au recensement effectif des entreprises publiques et privées en liquidation, des catégories de personnels concernés, des droits officiels dus par chaque entreprise liquidée, de même que leur niveau de recouvrement par les travailleurs concernés». Mieux, le chef de l’Etat a demandé à ses Ministres d’accélérer toutes les procédures de liquidation en cours en vue d’un règlement durable du passif social…



Un Collectif composé d’ex-travailleurs de plusieurs sociétés, dont Transrail, la Sotiba, Air Afrique, la Sotrac, la Sias, etc. a tenu, hier, une conférence de presse. C’était pour demander à l’Etat le paiement de leur dû.



Les ex-travailleurs des sociétés publiques, parapubliques et privées sont très remontés contre l’Etat du Sénégal. Ces ex-employés ont tenu, hier, une conférence de presse pour exprimer toute leur déception au gouvernement de Macky Sall qui, selon eux, fait toujours la sourde oreille pour la liquidation de leurs droits. Selon eux lors du Conseil interministériel du 10 mars 2017, le Premier ministre, au nom de la continuité de l’Etat qui fait obligation à celui-ci de s’acquitter des engagements souscrits par les gouvernements précédents, avait indiqué des propositions de sortie de crise. Lesquelles étaient articulées autour de plusieurs modalités adaptées à chaque société.



«Pour Air Afrique (9 milliards pour 262 ayants droit). Pour Hamo-Sa (300 millions pour 139 ayants droit), Frigocap (17 millions pour 17 ayants droit), Sias (1,560 milliard pour 1 248 ayants droits) etc.», indiquent-ils dans un document remis à la presse. Mais force est de constater, regrettent-ils, que l’Etat du Sénégal n’est pas disposé à régler leur problème. Parce que, soulignent-ils, jusqu’à présent, aucun ex-employé de ces sociétés précitées, n’a vu la couleur de l’argent. Pour ce qui est de Transrail, le contentieux entre l’Etat et Jabber, l’ancien concessionnaire, rend les choses encore de plus en plus difficiles.



Ensuite s’agissant des sociétés privées, le Pm avait engagé l’Etat à accompagner les travailleurs à la résolution des problèmes. Mais se désolent-ils, cela n’est resté qu’à l’état de promesse. Dès lors, il se pose la question de savoir où est-ce que ça bloque ?



Le facilitateur, Momar Sambe, a signalé qu’au temps du régime d’Abdoulaye Wade, il y a eu un acompte en ce qui concerne la Sotrac en 2007, 2008 et 2009 : une tranche de 2 milliards CFA et une autre de 3 milliards CFA. Mais, sous l’ère Macky Sall, c’est le mutisme total. «Sous le régime de Macky Sall, rien n’a été payé. Le Collectif ne peut qu’exprimer son inquiétude, son désarroi devant une telle attitude de la part du gouvernement.



Il ne peut qu’élever la voix devant un tel manquement, un tel oubli surtout au moment où le gouvernement a confectionné son budget pour l’année 2018 qu’il fait examiner présentement par l’Assemblée nationale.



Au moment où le président de la République annonce que ce budget 2018 sera social», peste Momar Sambe. Avant d’ajouter : «En tant que facilitateur, je dois avouer que j’ai frappé à toutes les portes, mais en vain. Nous n’avons aucune réponse venant du gouvernement. C’est l’omerta totale. Nous sommes devant un mur de silence. Le montant total tourne autour de 25 milliards CFA pour ce qui concerne les travailleurs du secteur public et parapublic et 8 à 9 milliards de F CFA pour ceux du secteur privé».









.





.







 :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
Anonyme il y a 2 semaines (17:11 PM) 0 FansN°: 16
Ils attendent toujours que l'état opéré une ponction sur les salaires pour soliciter la mediation des marabouts alors qu'il le refuse et déroule leur plan d'action au départ. Sentant la chose pourrir car la vérité est qu'aucun enseignants ne peut survivre une semaine sans lintegralité du salaire. Tivaoune va permettre aux enseignants de sauver la face et de réclamer la restitution du salaire. Finalement ils finiront par pondre une déclaration d'hypocrisie en attendant la prochaine épisode. L'éternel retour. C'était la même chose les années passées. Il est temps que l'état refuse tout compromis sur les heures non travaillés. Si on avait laissé kalidou diallo faire, on en serait pas là.
Anonyme il y a 2 semaines (22:07 PM) 0 FansN°: 17
De vrais maître chanteurs. Il faut les virer tous. De plus ils n’ont aucune vocation pour l’enseignement, que des mercenaires. Résultats ils font grèves que pour de l’argent
Anonyme il y a 2 semaines (07:15 AM) 0 FansN°: 18
Abdoulaye Ndoye, comment un responsable syndical peut-il être aussi ignorant? Les accords de fevrier 2014 n'ont jamais parlé d'aligne,est de l'indemnité de logement. Il faut dire la vérité, c'est important dans le syndicalisme, surtout quand on se rouvre en période de lutte.
Anonyme il y a 2 semaines (07:17 AM) 0 FansN°: 19
Il faut lire" les accords de fevrier 2014 n'ont jamais parlé d'alignement de l'indemnité de logement"
Anonyme il y a 2 semaines (11:15 AM) 0 FansN°: 20
Commentaire numero 3 merci tu as di tout ce que je voulais dire il est temps que les Senegalais de reveillent et se demarquent de ces parasites
Vrai Enseignant il y a 2 semaines (14:28 PM) 0 FansN°: 21
Je suis enseignant non gréviste. Ce qui me fait mal c'est que les grévistes font tout pour prolonger le mot d'ordre et bénéficier du "khar matte" dans le privé. De plus, ce sont toujours ceux-là qui prolongent les vacances de Pâques et de Noel. La rentrée, n’en parlons même pas : ils refusent d’assister au « oubbi teye diangue teye » En bas la grève, c’est du chantage pour contraindre l’Etat à signer pour ensuite le forcer à respecter ce qu’il a signé malgré lui.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]