Enseignement supérieur – Une université virtuelle ouverte en décembre au Sénégal

  • Par : Seydou Prosper Sadio – Soleil | Le 19 mai, 2013 à 10:05:34 | Lu 9342 fois | 8 Commentaires
content_image

Enseignement supérieur – Une université virtuelle ouverte en décembre au Sénégal

Aller vers des ruptures fondamentales pour accorder un intérêt particulier à l’économie numérique dans nos universités. Tel a été le plaidoyer fait par le ministre de l’Enseignement supérieur, avant-hier, à l’ouverture des journées de l’entreprenariat Tic. Mary Teuw Niane a annoncé l’ouverture, en décembre prochain, d’une Université virtuelle au Sénégal (Uvs).


La famille des nouvelles technologies de l’information et de la communication a tenu, avant-hier, un après-midi studieux sur la problématique de la formation et de l’entreprenariat en Tic au Sénégal.


Organisée par l’incubateur Ctic, en collaboration avec d’autres écoles de formation en Tic au Sénégal, la rencontre, présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a été une occasion pour revenir sur la place que le système actuel de formation accorde au développement d’une économie numérique au sein de nos universités et instituts.


Pour Mary Teuw Niane, il est urgent de procéder à des ruptures fondamentales pour aller vers le mix des compétences dans les enseignements au niveau du supérieur. « La rigidité de la réglementation universitaire héritée de la France est à abandonner », a souligné M. Niane.


Pour traduire cela dans la réalité, il a annoncé certaines initiatives, comme l’ouverture, en décembre prochain, d’une université virtuelle au Sénégal. Grâce à cette formule, les universités parviendront à gérer la problématique de la massification des Facultés.


Les étudiants y trouveront leur compte, car ils n’auront pas besoin de venir à l’université tous les jours, a soutenu le ministre de l’Enseignement supérieur.


La nouvelle institution abritera des Espaces numériques ouverts (Eno) dans des bâtiments disposant de plus de 200 postes de travail numériques ainsi que des salles de visioconférence et de maintenance des équipements.


« L’Etat a déjà bouclé les 50 % du budget de financement de ces espaces numériques qui existeront aussi dans les universités publiques et privées du pays », a indiqué Mary Teuw Niane.


Evoquant les manquements notés dans le système de formation de nos universités, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a estimé qu’il est temps d’accélérer les mutations en accordant un intérêt au développement des métiers des Tic dans les enseignements.


Pour accompagner la dynamique, il a réitéré l’engagement de la tutelle à faire en sorte que tout le système de management dans les universités repose désormais sur les Tic. Au cours de cette rencontre, il a réaffirmé la poursuite de la numérisation des inscriptions des étudiants dans toutes les universités du Sénégal.



Seydou Prosper Sadio – Soleil

Articles similaires

Commentaire (5)


P En Mai, 2013 (10:46 AM) 0 FansN°: 1
p
Gaindos En Mai, 2013 (11:51 AM) 0 FansN°: 2
bonne chose en théorie. Reste à voir la pratique car le problème majeur qui gangrène le pays et freine les projets à tous les niveaux c'est : LES COMPORTEMENTS, L'INDISCIPLINE, L'INCIVISME.

Ouvrez des salles multimédia et en moins d'une semaine, les souris seront volées, les RAM des ordinateurs seront dérobées, les prises électriques ne seront plus fonctionnelles, les câbles seront arrachés, les serrures des portes seront forcées. Le responsable de la salle commencera à faire du trafic avec le matériel, les vigiles et leurs complices organiseront des cambriolages.

C'est sans espoir.
Hass En Mai, 2013 (13:38 PM) 0 FansN°: 1
giandos

tu as vu juste. en réalité c'est un problème qui gangrène les pays en voie de développement. s'y ajoute la fiabilité et la disponibilté de l
Salambaye En Mai, 2013 (14:48 PM) 0 FansN°: 2
ils n'aiment que les grandes declarations qui ne servent à rien.......nos autoritès sont tous bardès de diplomes mais ils agissent comme des ignorants......il faut de vraies autoritès qui ont de l'autoritè et qui sont patriotiques pour faire avancer les choses............ces gens comptent faire comme ceux d'avant...........parler uniquement.
Ucadien En Mai, 2013 (20:06 PM) 0 FansN°: 3
Bilaahi tant que les autorités auront leurs enfants dans les écoles privées et à l'étranger, les universités et l'école ne marchera pas. J'ai entendu un prof dire cela dans une radio mais walahi il a raison!
Volai414 En Mai, 2013 (20:22 PM) 0 FansN°: 4
NE BRULONS PAS LES ETAPES

Lorsque je travaillais dans l'informatique en Europe, chaque fois qu'un patron me disait qu'il avait besoin d'informatiser son entreprise, je ne manquais jamais de lui demander le pourquoi. Bien des fois on m'a répondu que c'était parce que c'était le bordel dans l'entreprise. Je leur demandais alors ce qu'il cherchaient réellement dans le bordel informatisé. Là, ils prenaient le temps de réfléchir et me demandaient ce que nous leur proposions.

Bien sûr qu'il faudra y venir un jour, à l'informatique au service de la formation et de l'enseignement. Mais avant, il faut d'abord structurer et assainir notre système universitaire. Tel qu'il est actuellement, je ne crois pas que l'enseignement sup donne vraiment satisfaction. L'informatique, en tant qu'outil technologique, agit au niveau de la phase d'exploitation opérationnelle d'un processus. Cette phase ne saurait précéder l'étape conceptuelle qui pose vraiment problème au Sénégal.

Si vous pensez que la visioconférence est une solution c'est que vous ne savez pas ce que cela coûte en réalité. Même en France, qui est bien plus riche, nous ne l'utilisons pas tant que cela pour des raisons de coût. Le Sénégal s'est efforcé de copier tout ce qui se fait ailleurs et n'arrive toujours pas à résoudre ses problèmes dans l'enseignement. Il faut se rendre à l'évidence et accepter la refondation de cette éducation qu'est la nôtre.
Bachelier En Novembre, 2013 (23:18 PM) 0 FansN°: 5
moi j'ai tt simplement peur car on m'a orienté ds une université ki est en construction et on ns di kel ouvre ses porte le 1er janvier c vraiment inquiétant et on ne c mm pas sil y aura ds logement ou pa, ce né vraiment pa raisonnable

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]