Sédhiou : Les plaies béantes de l’école de la région

  • Par : Senewebnews | Le 06 mars, 2013 à 12:03:15 | Lu 4492 fois | 7 Commentaires
content_image

Sédhiou : Les plaies béantes de l’école de la région

Sur les 65 établissements moyens secondaires de la région, seuls les collèges d’enseignement moyen (Cem) De Djibanar et de Diéndé se sont débarrassés des salles de classe en paille ou en palissades en tiges de bambous. Une telle situation plombe immanquablement le quantum horaire : les cours démarrent tard avec la reconstruction des huttes et s’estompent dès les premières gouttes de pluie en mi-mai.

L’école sédhioise est également confrontée à un problème de ressources humaines. Les enseignants, à cause de l’enclavement et de l’éloignement de Sédhiou par rapport aux grandes villes, quittent en masse la zone chaque année. Aujourd’hui, il n’existe aucun professeur d’enseignement secondaire (PES) en mathématiques dans la région. Dans les autres matières telles que le français, les sciences physiques (SP) et les sciences de la vie et de la terre (SVT), ils se comptent du bout des doigts.

Au niveau des collèges, l’absence de surveillants compromet souvent la collecte des statistiques. Le principal joue à la fois le rôle de surveillant, de gestionnaire et de comptable. Des projets qui interviennent dans le système peinent à recueillir un certain nombre d’informations, faute d’archives.

Un autre mal dont souffre amèrement l’école, c’est le désengagement des parents d’élèves. Les professeurs se plaignent du manque d’encadrement à domicile, du non-suivi des activités des élèves, des retards massifs et des absences répétées.

Il y a surtout le fort taux d’abandon et de redoublement notamment chez les filles. Il est estimé à 50% dans certains collèges. Les grossesses et les mariages précoces sont souvent indexés. Mais on pointe aussi un doigt accusateur sur les grèves intempestives qui compromettent chaque année le quantum horaire. D’autres stigmatisent les conditions de travail des enseignants et des élèves. Il arrive que des élèves fassent tout le cycle élémentaire, moyen et secondaire sans avoir jamais fait d’expériences de laboratoire, sans avoir lu un livre ou sans jamais passer entre les mains d’un enseignant formé.

Enfin la plupart des Cem de Sédhiou n’intègrent pas l’informatique dans les enseignements apprentissages faute d’électricité ou de salles adéquates pour abriter des ordinateurs.

Correspondance à Sédhiou


Senewebnews


Commentaire (5)


Ayam En Mars, 2013 (12:58 PM) 0 FansN°: 1
L'école du micro d'argent
Mendy Kandjiaf En Mars, 2013 (01:51 AM) 0 FansN°: 1
 :up:  vive la casamance indÉpendante et souveraine  :up: 
Casadimansajp En Mars, 2013 (15:04 PM) 0 FansN°: 2
Vive la Casamance Libre
@casadimansajp En Mars, 2013 (15:17 PM) 0 FansN°: 1
vive le saloum libre!
Cem Birkama En Mars, 2013 (23:02 PM) 0 FansN°: 3
Désolé chers journalistes de Sénéweb ce que vous dites n'est pas vrai car le CEM de birkama ( à 4 km de Djibanar) est entièrement construit en dur.
Alex En Mars, 2013 (04:32 AM) 0 FansN°: 4
voila comment ils nous consider, ces senegalais or que dans leurs villages du senegal;ils sont de classes bien contruitent.Et avec tout ces conditions nous somme les mieux scolariser.

Vive la Casamance Independente,ton palmier fleurira encors et encors.
Serer En Mars, 2013 (12:34 PM) 0 FansN°: 5
" faute d'archives". Est-ce à dire que tout est écrit sur le tableau et effacé immédiatement, aucun document adminsitratif depuis la création de ces CEMS jusqu'à nos jours n'existe dans cet établissment? Même les doubles des bulletins de composition des élèves n'existent pas. Ce journaliste ne sait pas ce qu'il dit car les archives de ces établissemebnts ne sont pas seulement de vieux documents mais l'ensemble des documents de tous âges et formes créés ou reçus dans le cadre de leur fonctionnement. Donc, il y a bel et bien des archives dans ces établissements.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]