Ressources halieutiques : Le Sénégal invité à mieux protéger les requins

  • Par : Le Soleil | Le 06 février, 2013 à 15:02:16 | Lu 3923 fois | 0 Commentaires
content_image

Ressources halieutiques : Le Sénégal invité à mieux protéger les requins

73 millions de requins sont tués annuellement à travers le monde pour alimenter le commerce de leurs ailerons. Le Wwf et Pew environement group invitent le Sénégal à adopter 3 accords internationaux visant à classer les requins et les raies parmi les espèces vulnérables et victimes de surexploitation.
L’Ong Wwf a exprimé son inquiétude du fait que depuis 60 ans, la pêche exerce une énorme pression sur les populations de requins et de raies. Le Dr Mamadou Diallo, responsable du programme habitats et espèces au bureau régional du Wwf de sonner l’alerte : si les requins disparaissent de nos eaux, la pêche artisanale et la pêche industrielle seront tout simplement menacées. L’arrêt des activités de ces deux mamelles de l’économie entraînera le désœuvrement de 5.000 personnes spécialisées dans la pêche aux requins. Or, la pêche fait vivre 600.000 Sénégalais  pour un apport estimatif de 200 milliards de FCfa à la formation du Pib. L’enjeu écologique est aussi important en ce que la disparition des requins aura des effets néfastes sur l’équilibre déjà fragile de l’écosystème marin, renchérit l’expert du Wwf. 
C’est sans doute conscients de ces enjeux majeurs que le Wwf et l’organisation Pew environment group (basée à Washington) ont lancé une vaste campagne de sensibilisation pour la protection des requins et des raies en prélude à la 16ème conférence des parties (Cop) qui se tiendra à Bangkok (Thaïlande) du 3 au 14 mars 2013. 
Pour ce faire, les deux organisations de conservation de la nature entendent prendre langue avec les autorités des 7 pays de l’espace Prcm (Sénégal, Mauritanie, Gambie,Guinée-Bissau, Sierra-Leone, République de Guinée et Cap-Vert), en sus du Bénin qui sera aussi visité. Selon le chargé de la communication du Wwf, Birima Fall, les enjeux politiques relatifs à l’adoption de ces conventions sur la protection des requins et des raies sont réels. Il s’agira notamment de convaincre les gouvernements des pays africains à inscrire ces espèces menacées (requins et raies) dans l’annexe 2.

Protection insuffisante
À ce jour, le code sénégalais de la pêche n’interdit pas formellement la pêche aux requins comme prévu par la législation bissau-guinéenne, mais insiste sur la limitation de la taille des populations capturées. C’est une forme de protection jugée « insuffisante » par le Wwf. En  revanche, il se félicite d’une avancée constatée dans le nouveau texte qui interdit l’activité de coupe des nageoires. Trois espèces de requins existent au Sénégal. Sur la liste rouge de l’Uicn figurent les requins-marteaux en déclin de 99% à travers le monde car étant très prisés pour le commerce des ailerons et de leur chair. 
Les raies manta, océanique et corallienne sont aussi très vulnérables à l’échelle mondiale. Johanna Benn de Pew Environment group est d’avis que la convention internationale pour le commerce durable des espèces sauvages de faune et de flore doit être soutenue par tous les pays africains, notamment le Sénégal où la pêche aux requins s’est récemment amplifiée.



Le Soleil

Articles similaires

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Services

NECROLOGIE

Awa Diallo Mboup

30 Septembre 2006 - 30
Septembre 2012

QUE LE BON DIEU L'ACCEUILLE DANS SON PARADIS

ANNONCES AUTOMOBILES

Nissan - NS

19 000 000 FCFA

Mercedes-Benz S Class

1 500 000 FCFA

Mercedes-Benz S Class

3 000 000 FCFA