IMPACT DE LA CRISE ECONOMIQUE SUR LE CIRCUIT DU TRANSFERT D’ARGENT : Des centaines de millions quittent le Nord Sénégal pour assister les migrants en l’Europe

  • Source: : Le Populaire | Le 20 juillet, 2013 à 14:07:00 | Lu 18958 fois | 25 Commentaires
content_image

IMPACT DE LA CRISE ECONOMIQUE SUR LE CIRCUIT DU TRANSFERT D’ARGENT : Des centaines de millions quittent le Nord Sénégal pour assister les migrants en l’Europe


La crise financière internationale a eu un impact sérieux sur les transferts d’argent des émigrés sénégalais. Dans les régions du nord du pays où le taux d’émigrants est très élevé, l’apport socio-économique des Sénégalais de la diaspora vivant en Europe semble de plus en plus perdre de sa splendeur, d’après les témoignages des familles, confirmés par les statistiques des systèmes de transferts d’argent. Non seulement les envois des fonds ont diminué, mais on assiste actuellement à un chemin inverse des flux financiers: l’argent quitte le Sénégal pour assister financièrement les migrants en l’Europe. Conséquences : des familles souffrent, des ménages volent en éclat et même les budgets des collectivités sont affectés.


L’apport socio-économique des Sénégalais de la diaspora vivant en Europe semble de plus en plus perdre de sa splendeur. Un rapport du Fonds monétaire international (Fmi) laisse apparaître que 567 milliards de francs Cfa ont été envoyés au Sénégal par les émigrés confondus en 2010 contre 722 milliards à 660 milliards de francs CFA entre 2008 et 2009. Cette chute de plus en plus vertigineuse trouverait son origine dans la crise politico-financière qui continue de prévaloir sur l’échiquier international depuis l’année 2008. Dans les régions Nord du pays à fort taux d’émigration, à savoir Louga, Saint Louis, Matam, l’envoie de fonds a considérablement baissé comme en témoignent la plupart des familles d’émigrés rencontrées dans ces différentes localités.

 

L’envoi d’argent par les migrants se fait rare


A Saint-Louis, au Poste Western Union qui couvre le quartier de Guet Ndar, le régisseur du poste, Babacar Fall a confirmé une diminution considérable du transfert d’argent de l’Europe vers sa localité. Et pour illustrer son propos, M. Fall exhibe des statistiques qui montrent clairement qu’entre 2010 et 2011, les envois venant de l’extérieur tournaient entre 700 et 800 millions contrairement à ce qui a été enregistré pendant 2012 et 2013, où le système de transfert a reçu 200 à 250 millions. Soit une baisse de plus 400 millions.


Au niveau de la Poste de Matam, le constat n’a pas changé. Le receveur Western union et Ria a brandi des chiffres parlants. Début 2012 jusqu’en fin mars 2012, il a été noté que 332 millions sont rentrés à Matam venant d’Europe via western union. En revanche, pour la même période de cette année, c'est-à-dire début 2013 à fin mars, le chiffre a considérablement baissé et tourne autour des 59 millions. Soit une diminution de plus de la moitié, d’après les chiffres de la comptabilité du poste de Matam. A Pété, le régisseur Samba Mbaye aussi a confirmé que les mandats ont diminué de 30% entre 2011 et 2012. Idem pour la localité de Agnam. Trouvés sur place, les responsables de Ria et de Western union, en l’occurrence M. BA, ont déclaré que les sommes d’argent qui sont passées par leur système de transfert d’argent venant d’Europe ont connu une baisse durant ces deux dernières années par rapport aux années précédentes. Ce qu’a appuyé le président du conseil rural Souleymane Ba. Ce dernier déclare: «Avant les gens faisaient la queue à la poste pour récupérer leur mandat, maintenant on peut rester toute une journée sans voir une seule personne se pointer sur les lieux. Ce qui était très rare ici». Mais ce qui n’est plus rare, poursuit-il, «c’est de voir des familles envoyer de l’argent à leurs parents émigrés en Europe. Maintenant, le transfert d’argent a pris le chemin inverse».


Un phénomène nouveau : le transfert d’argent prend le chemin inverse

Cette situation inhabituelle qui consiste à envoyer de plus en plus d’argent à l’étranger peut paraître paradoxale si l’on sait que les fonds venaient pour la plupart du temps de l’Europe. Mais à bien des égards, cela peut se justifier, dans la mesure où la crise économique a conduit plusieurs émigrés au chômage. D’après les témoignages de plusieurs familles d’émigrés, confirmés par les responsables des systèmes de transfert d’argent, des centaines de millions ont été envoyées vers l’Europe à partir d’ici. A Saint-Louis comme à Matam, les familles d’émigrés rencontrées soutiennent que la majeure partie des émigrés se trouvent dans des difficultés. M. Dia, habitant de la ville de Matam et frère d’un émigré, explique: «Il m’arrive d’envoyer des sommes d’argent à mon frère à sa demande parce qu’il se trouve dans de difficultés». Mais, précise-t-il, «l’argent dont il s’agit, vient des économies qu’il avait réalisées pendant que les affaires marchaient en Europe». Ces témoignages sont confirmés par les systèmes de transfert d’argent. A Saint-Louis, dans le quartier de Guet-Ndar, le responsable du guichet de Western union Babacar Fall est on ne peut plus catégorique: «On envoie maintenant plus d’argent vers l’Europe que l’on en reçoive. Il y a trois années de cela, c’était le contraire. Aujourd’hui, mon premier client est une dame venue envoyer une somme de 150 000f à son mari qui se trouve en Espagne», révèle-t-il. Avant même qu’il ne termine deux clientes se sont présentées au poste pour envoyer de l’argent à des parents vivant en Europe. Interpellée sur ce nouveau type de transfet d’argent qui commence à prendre de l’ampleur, une d’entre elles déclare sans gêne: «C’est nous qui envoyons maintenant pour soutenir nos parents qui se trouvent dans des difficultés. Les choses ne sont plus comme avant en Europe, la crise est passée par là». Au Poste de Matam où les envois vers l’Europe étaient presque inexistants, on envoie maintenant des centaines de millions. Plus de 200 millions ont été envoyés vers l’Europe cette année à travers Western union et Money express, renseigne le Régisseur. Même constat à Pété, où les montants de transferts d’argent vers l’extérieur ont connu une hausse au niveau de la Poste et de Western Union.


La cote des migrants diminue, des ménages volent en éclat

Les migrants n’ont plus la cote au niveau de leurs localités d’origine. En tout cas, pour ce qui concerne les régions de Saint-Louis et Matam. Dans ces régions, les cotes des migrants appelées dans ces zones «Modou Modou» ont pris un sacré coup, contrairement aux temps des luxes insolents dans lequel ils baignaient une fois de retour. Conséquence : Les nombreux mariages avec les plus belles femmes des quartiers et les voitures de luxe deviennent très rares, confie la majeure partie des femmes, responsables et jeunes que nous avons interrogés dans ces différentes localités. Ils ajoutent que les gens ont démystifié l'Europe et les émigrés à cause de la situation difficile. Le Coordonnateur de la fédération des associations de Fouta, Omar Diack déclare qu’ «il y a des gens qui sont revenus tellement pauvres, qu’avec la honte, ils finissent par être déréglés. A Mery, Ibrahima Sow, frère d’émigré, raconte que les populations d’ici ne dépendent plus des émigrés. Les émigrés n'étaient plus en mesure d'envoyer les sommes d'argent comme ce fut avant. Ce qui a causé des crises au niveau des familles et l’instabilité des couples. Une des victimes Khadidiatou Tamboura, femme d’émigré que nous avons rencontrée à Agnam, raconte son calvaire : «Je suis restée trois ans sans que mon mari m’envoie un sou, pourtant nous avons trois enfants. J’ai décidé par abandonner mon mari, pourtant on a fait 8 ans de mariage, mais à l’impossible nul n’est tenu, si je restais, j’allais encore perdre ma dignité».


Le phénomène existe aussi à Saint-Louis au quartier Guet Ndar, Ndèye Codé Sène que nous avons trouvée dans sa petite chambre où elle dort avec ses 7 enfants, baigne dans le désespoir total. «Mon mari est parti par les pirogues, il y a 5 ans. Au début, il ne m’envoyait que 15 000 francs, maintenant plus rien. Il est en Espagne et cela fait 7 ans qu’il n’est pas venu. J’ai un problème très sérieux, j’ai 40 ans, je dois payer le loyer et je n’ai pas les moyens. Il y a des femmes qui se trouvent dans la même situation que moi, ici à Saint-Louis, et finissent par abdiquer. Certaines d’entre elles sont tombées enceintes, d’autres ont des enfants et leur ménage a volé en éclat. On risque de me sortir de chez moi, j’ai plus de 9 mois d’arriérés de loyer». Thiané Sène elle aussi, femme d’émigré, se trouve dans la même situation et déclare : «Actuellement je suis chez mes parents. Mon mari est parti en Espagne depuis 2008, mais depuis 3 ans il n’a pas envoyé un sou, il me dit que la vie est très chère et le travail devient de plus en plus rare. Je n’en peux plus».


Les budgets des collectivités locales affectés,

La baisse des envois d’argent par les migrants n'a pas simplement affecté les familles des émigrés. Elle a aussi impacté les budgets des différentes collectivités locales de Fouta. D'habitude ces communes qui avaient des budgets conséquents ont constaté une baisse considérable à cause de la crise financière qui a fortement réduit les envois d’argent des émigrés. Ce qui peut se comprendre, car ces derniers participent indirectement à l’augmentation du budget en ce sens que l’argent envoyé aux familles participe à payer les taxes et impôts entre autres, renseigne le secrétaire municipal de la Commune de Pété Alioune Hanne. Il ajoute que son budget a commencé à baisser depuis début de la crise en Europe. «Les familles ne paient presque plus l'impôt, le paiement des taxes a aussi considérablement diminué et le pouvoir d’achat a diminué. L’argent qu’elles recevaient de leurs parents qui se trouvent à l’étranger ne suffise plus». Pour illustrer son propos, le secrétaire municipal sort le registre et montre les statistiques. Il explique : En 2010- 2011, 90% des populations ont payé les taxes et impôts contrairement en 2012, où nous avons enregistré 80%, soit une baisse de 10%. Cette année, les choses vont de mal en pis. Les populations veulent payer mais elles n'en peuvent plus. L’assistance financière qui venait des émigrés n’est plus comme avant. Conséquence, l'argent ne circule plus». Le président de la Communauté rurale de Agnam Souleymane Ba déclare que durant ces deux dernières années, sa communauté rurale est touchée par la crise en Europe. Car les fils du terroir n'envoient presque plus d’argent. A Goléya, le constat est le même. L’adjoint au maire déclare : «Avant la crise, nous n’avions aucun problème de budget puisque la majeure partie des réalisations que devrait faire la commune a été prises en charge par les émigrés. Que ça soit la construction de mosquée, de marché ou d’hôpital. Mais actuellement ce n’est plus le cas, non seulement notre budget a connu une baisse, mais on n’arrive plus à construire des infrastructures pour la Commune. La preuve, il y a une mosquée en construction qui peine à être achevée, faute d’argent. Malheureusement, les émigrés n’ont plus les moyens comme avant», se désole-t-il.

 


Auteur: Jacques Ngor SARR (Envoyé Spécial) - Le Populaire






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (16)


Diasporaa En Juillet, 2013 (15:04 PM) 0 FansN°: 1
may léne niou diameu .yalla nagnou yal mousseul séne lamigne ci wérou korgui.amine
Euyway En Juillet, 2013 (15:41 PM) 0 FansN°: 1
aÿ douli kesseh comment des populations qui dependent des immigrés peuvent t ils envoyer de l argent aux immigres? gayi nopalou len sénégal développer na man de mangui wotteh gnou wari ma
Lol  En Juillet, 2013 (18:38 PM) 0 FansN°: 1
il est temps que les galsen nous envoient des sous dé naniou. ci transfert yi.

on fait vivre ce pays et pour nous remercier macky nous coupe la rts1 américa
Serv Du Peup En Juillet, 2013 (15:48 PM) 0 FansN°: 2
La dernière phrase résume la principale cause de votre désarroi. Au lieu d'investir l'argent dans des choses essentielles vitales, vous l'investissez dans des choses futiles. Maintenant voila le résultat.

Le développement c'est dans la tête.
Babacar Diop En Juillet, 2013 (16:00 PM) 0 FansN°: 3
Dans cette histoire, c'est western union qui y gagne deux fois. Cette société liposuce toutes les avoirs des émigrés avec des tarifs exhorbitants. C'est domage qu'il y'a pas de concurrent sérieux à cette société. Ce sont de vrai arnaqueurs
Peul En Juillet, 2013 (19:41 PM) 0 FansN°: 4
c'est faux cet article moi j'envoie toujours autant d'argent au senegal mes amis senegalais d'içi aussi je crois que les segalais du pays sont deja habitués à se faire entretenir par les immigrés et ce n'est pret de finir
Thio En Juillet, 2013 (14:38 PM) 0 FansN°: 1
pff, t'es vraiment un idiot parfait. il n'est nulle part écrit que tous les immigrés n'envoient plus de sous.
simplement, la tendance générale des transferts vers le sénégal est à la baisse. et, ceci même si toi et tes amis envoyaient cent fois plus que d'habitude.
Nts En Juillet, 2013 (21:16 PM) 0 FansN°: 5
 :tala-sylla:  LE "ROBINET" NE POUVAIT PAS COULER ETERNELLEMENT A FLOT !!!!!! :tala-sylla: 

Eh oui, rien n'est éternel dans la vie, toute chose à sa fin. Et cela, seuls les hommes intelligents le savent, et ils ne sont jamais surpris par la tournure des événements. Il y'a certes des familles sénégalaises qui souffrent et qui sont surprises par cette situation, mais il y'en a d'autres qui ne souffrent pas du tout parcequ'ayant bien investis l'argent que leur envoyait leurs enfants ou leurs parents immigrés.

Toute personne sensée devait savoir que l'envoie de l'argent vers le Sénégal allait un jour diminuer jusqu'à cesser. Alors il fallait donc prévoir cette fin et investir l'argent que plutôt de l'utiliser pour des choses futiles telles que les cérémonies, l'habillement ou encore et tout le temps la consommation.

Alors, ceux qui ont bien investit leur argent ne souffre pas ou souffre moins de la crise.

J'espère que les sénégaais tirerons une leçon de cette crise et utiliseront de maniére intelligente l'argent que leurs parents immigrés envoient.

A bon entendeur salut
Bien Dit En Juillet, 2013 (22:02 PM) 0 FansN°: 1
lolou rek la.
Alba En Juillet, 2013 (22:14 PM) 0 FansN°: 6
Enfin on decouvre l origine du Deuk bi dokhul.

Il est evident que ces chiffres sont du reseau formel, faut ajouter 1000 milliards cfa pour bien arriver au chiffre de 1500 qui correspond au montant que les émigres envoyaient a leurs parents.Ils se sont substitues a lEtat pendant des annees, prenant en charge totallement les factures electricite, eau, ecole, ordonnance, nourriture, mais egalemntles futilites bapteme, mariage, deces, retour de la Mecque, gamou, magal, etc.

Cet argent n'a jamais servi a des investissements structurants, mais a des depenses qui ont eb general favoriser que la fuite de devise, tout est importe au senegal.

Maintenant que tout le monde est en crise, cette chute des transferts se fait sentir dans tous les secteurs economiques du pays, et les populations se souviennent du role de l'Etat et crient en cœur que deuk bi doxul.

Moussul dokh, bitim rew mo doxon et doxatul.

Les Etats afriafricain s doivent s occuper a developper leur pays et arreter ces detournementva outrance.
Dilfi En Juillet, 2013 (22:38 PM) 0 FansN°: 7
Quelques leçons: d'abord ces femmes qui abandonnent leurs époux parce que ces derniers n'envoient plus ce qu'ils envoyaient montre que c'est bien que leurs maris les ont laissées au pays. Imaginez si ces genres de femmes avaient rejoint leurs maris.

Ensuite ceci doit pousser les immigrés à investir et arrêter d'envoyer de gauche à droite . Ce qui interesse les gens c'est l'argent que vous envoyez c'est tout.
Mossanne En Juillet, 2013 (08:37 AM) 0 FansN°: 1
faut pas se le cacher, mais les hommes (maris) qui partent à l'étranger pour travailler plusieurs années en laissant derrière eux femmes et enfants au pays ils mènent une double vie; là-bas, ils ont une autre vie avec une autre femme qui parfois ne sait même pas que lui il est marié dans son pays...
Bibs En Juillet, 2013 (10:50 AM) 0 FansN°: 1
non ce n'est pas une vérité absolue
Modoumilan En Juillet, 2013 (23:35 PM) 0 FansN°: 8
Maintenant que les émigrés font de la politique avec Damel Fall on tente de jeter le discrédit sur eux et minimiser limportance leur contribution à la bonne marche du pays.

1/ Personne ne trouve rien a reprocher directement à monsieur Fall

2/ ses adversaires aperçoivent qu'il avance avec les émigrés

3/ ses adversaire ont la paresse d'aller sur le terrain comme lui pour convaincre, alors ils choisissent le confort de la toile pour communiquer.

Mais la machine est partie et ne s'arrêtera plus : nous émigrés somme devenus politiciens et sommes derrière Damel. Allez le dire à Macky Sall si vous n'êtes pas contents.
Diorfils En Juillet, 2013 (01:11 AM) 0 FansN°: 9
@ modou milan a mon avis mon frere tu te trompes on a d'autres chats a fouetter en tant que immigrés que ton damel...........
Sens Du Resonement. En Juillet, 2013 (07:52 AM) 0 FansN°: 10
Au pays ,en general les parents des emigres pensent qu'on leur envoie decedent du ciel europeen ou amricain, ceci se passe dans tous les pays du tiers monde inclu l'Europe de l'est parcequ'aussi ces pauvres types ,allez co du courage ,ca va allez ok bonne chance a nous tous de l'etranger ok guys love you all bye ,un frere qui vous aime tous .L S.
Horam En Juillet, 2013 (09:11 AM) 0 FansN°: 11
L'AUTEUR CETTE ARTICLE A TOUT FAUCHE,IL N'A PAS CITE UNE SEULE FOIS LA VILLE OURO-SOGUI LA OU L'ES BANQUES DE LA REGION SONT ETABLIES. QUI EST AUSSI UNE CAPITALE ECONOMIQUE REGIONALE.

YA T IL PAS D'autres facteurs QUI FRENER LESENVOIE DES EMIGRERS. LES BANQUES QUI SONT DANS L'IMPSSIBLITES DE PROPOSER A SES DEPOSANTS DES PRODUITS RENTABLE.
Codou En Juillet, 2013 (11:03 AM) 0 FansN°: 12
Il fallait s'y attendre.Personne ne peut vivre indéfiniment de la sueur des autres.Que tous ces fainéants aillent travailler pour manger à la sueur de leurs fronts au lieu d'attendre des envois westernunion des émigrés qu'ils sucent jusqu'à l'os.La plupart des émigrés n'ont rien réalisé pour eux à cause des envois au pays.Il est temps que la mentalité de la facilité change.Wassalam.
Deug En Juillet, 2013 (15:14 PM) 0 FansN°: 13
Cet article n'est qu'un tissu de mensonges. Que des salades qu'on nous sert pour divertir les personnes. Avec cette crise, comment des gens que l'on aide peuvent en retour envoyer l'argent qu'ils reçoivent pour assister les migrants.

Tu envoies un western au Sénégal, dans 9 cas sur 10, tu ne reçois même pas un SMS du récipiendaire qui te confirme la réception de l'argent. Quand tu es contacté après le western, souvent c'est parce qu'il y a un souci sur les dix chiffres et qu'ils n'arrivent pas à retirer la somme envoyée. Donc, cet article n'a aucun fondement est loin d'être une vérité.
Postier En Juillet, 2013 (20:00 PM) 0 FansN°: 14
lauteur de cet article a tout a fai raison .
Jaloux En Juillet, 2013 (21:32 PM) 0 FansN°: 15
Ces gens sont jaloux des modou-modou. En plus ils sont menteurs.A guet ndar saint-louis il n'y a meme pas dix modou-modou.

Alboury Ndiaye En Juillet, 2013 (08:08 AM) 0 FansN°: 16
Si ce qui est sur cet article est vrai, nous devons nous en réjouir car les éternels assistés comprennent que les émigrés ne sont plus les vaches qu'ils traitaient sans jamais dire merci.

Ensuite si les mariages éclatent parce que les gens n'ont plus d'argent pour entretenir des parasites tant mieux pour les émigrés car finalement ils se rendent comptent qu'ils n’avaient pas des femmes mais bien des prostituées dont il vaut mieux se séparer, peut-être que le politicien du coin ou le mara du village va les épouser puisqu'elles sont belles.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]