Delphine Batho parle d'un "énorme malaise" au gouvernement

  • Par : Reuters | Le 05 juillet, 2013 à 10:07:27 | Lu 3239 fois | 1 Commentaires
content_image

Delphine Batho parle d'un "énorme malaise" au gouvernement



L'ex-ministre socialiste de l'Ecologie Delphine Batho a fait état vendredi, quatre jours après son limogeage, d'un "énorme malaise" au gouvernement et d'une "déception" dans le pays vis-à-vis de la politique menée par François Hollande.Au lendemain d'une conférence de presse où elle avait déjà mis en cause le gouvernement, elle a expliqué que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait tenté mardi de lui faire démentir ses propos dénonçant un "mauvais budget" de l'écologie.Elle a expliqué sur BFM TV et RMC qu'elle avait refusé d'"abjurer", malgré plusieurs appels du président François Hollande l'invitant à "trouver une solution"."On m'a demandé soit de dire l'inverse de ce que j'avais dit (...) soit de démissionner et j'ai refusé", a-t-elle ajouté. "Je n'avais pas du tout l'intention de rendre mon tablier."Elle a jugé être "le bouc émissaire du flottement qu'il y a depuis un certain nombre de mois" au sein du gouvernement et dénoncé une "forme de raidissement" par rapport aux débats entre les ministres et dans la majorité sur la politique conduite."Il y a un énorme malaise aujourd'hui dans le gouvernement", a dit Delphine Batho. "Il y a une déception, c'est ce que tout le monde dit sur le terrain (...) J'espère que la réponse qui sera apportée ne sera pas un raidissement."Elle a estimé avoir été injustement "virée"."Je ne pense pas que j'ai franchi les bornes de la solidarité gouvernementale", a-t-elle fait valoir. Elle a souligné que d'autres ministres, dont son ex-collègue Verte du Logement Cécile Duflot, étaient allés "beaucoup plus loin"."C'est moi qui n'aurait pas dû être virée", a-t-elle dit. "C'est disproportionné par rapport au problème que j'ai posé. Aucun ministre de l'Ecologie ne peut dire que ce budget (2014) est un bon budget." Delphine Batho a également estimé être injustement traitée par rapport à l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait dû démissionner en mars à la suite de révélations sur son compte bancaire à l'étranger mais avait eu droit à des remerciements officiels pour son action au gouvernement."C'est dur et c'est triste", a dit l'ex-ministre de l'Ecologie, qui n'a eu droit à aucun remerciement dans le communiqué annonçant son limogeage."C'est troublant (...) Il y a une différence de traitement qui est profondément injuste", a-t-elle souligné. "Je n'ai pas démérité et je n'ai pas déshonoré ni la gauche ni les valeurs pour lesquelles je combat, contrairement à Jérôme Cahuzac."Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a déclaré vendredi sur Radio Classique que l'ancienne conseillère de la présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, avait mené "une bonne action" comme ministre de l'Ecologie."Mais l'amertume ne justifie pas tout et les propos qu'elle a tenus à l'encontre d'un gouvernement dont elle était membre ne sont pas justifiés", a-t-il ajouté.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Reuters

Articles similaires

Commentaire (1)


Samba Ali En Juillet, 2013 (11:54 AM) 0 FansN°: 1
comme disait le père de Seydou Guèye ministre sous Mitterrand : "Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne."

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]