International

Les ‘’dérives’’ de la CPI hypothèquent son avenir (Albert Bourgi)

  • Par : Aps | Le 03 décembre, 2012 à 15:12:20 | Lu 8927 fois | 19 Commentaires
content_image

Les ‘’dérives’’ de la CPI hypothèquent son avenir (Albert Bourgi)

La communication et ‘’les pratiques’’ de la Cour pénale internationale (CPI) font que son fonctionnement est marqué par des ‘’dérives’’ de nature à saper sa crédibilité et à hypothéquer son avenir, dix ans après sa création, a estimé, lundi à Addis-Abeba, le politologue franco-sénégalais Albert Bourgi.‘‘Aujourd’hui, il n’est pas audacieux ni exagéré de dire que l’avenir de la CPI s’assombrit de plus en plus’’, a-t-il soutenu, à l’ouverture d’un atelier international organisé par le Laboratoire de prospective et de science des mutations de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, sur le thème ‘’L’Afrique et la gouvernance judiciaire mondiale’’. 

Outre des universitaires sénégalais, une centaine de délégués venus de différents pays d’Afrique, d’Europe et des Etats-Unis participent à cet atelier qui se tient sous l’égide du Centre international d’études et de recherches stratégiques et prospectives de Dakar (CIERSP). La rencontre va également aborder les relations entre l’Afrique et la CPI. A sa création en 2002, la CPI était ‘’toute auréolée’’ de prestige, d’autant qu’elle était attendue au tournant de la lutte contre l’impunité, une ‘’mission hautement humanitaire’’, a dit Bourgui, professeur de relations internationales à l’université de Reims, en France. Selon Albert Bourgi, professeur des universités, ces 10 dernières années ont cependant démontré que la CPI ‘’se cherchait une voie, (ce qui est illustré) par ces espèces de dérives qui ont marqué sa communication et ses politiques’’. 

Au nombre des éléments constituants ‘’l’acte d’accusation’’ de la CPI, tel que dressé par ses contempteurs, il a souligné le fait que cette juridiction est ‘’devenue purement et simplement un organe d’exécution (des directives) du Conseil de sécurité de l’ONU’’. Le politologue a également évoqué ‘’les pratiques’’ du procureur de la CPI, soulignant que le travail d’investigation sur lequel celui-ci se base ‘’se résume tout simplement à reprendre les griefs et les actes d’accusation qui sont dressés sur un certain nombre d’Etats qui influent’’, y compris les Etats-Unis qui ne sont pourtant pas partie de la juridiction internationale. Selon Albert Bourgi, ‘’la collusion entre la CPI et le Conseil de sécurité de l’ONU est d’autant plus dangereuse que le second a le pouvoir de saisir directement la Cour’’, qui se révèle comme un ‘’organe d’administration onusien. S’y ajoute un ‘’mélange plus ou moins dangereux au service des intérêts politiques, économiques et militaires’’, a-t-il martelé. 

Les insuffisances relevées dans les procédures de la CPI, la ‘’politisation’’ de ses actes ajoutées aux ‘’désinvoltures’’ de son procureur ‘’ont de toute évidence contribué à jeter un doute sur l’indépendance de la Cour et sur son statut juridique tout court’’, a-t-il dit. La CPI a par conséquent pris ces dernières années la forme d’une ‘’justice des vainqueurs au service d’une orientation politique qui serait conforme’’ aux attentes du Conseil de sécurité de l’ONU. Ce qui fait que, selon Bourgi, la conduite de ses poursuites et enquêtes se trouve de plus en plus imprégnée de ‘’considérations politiques’’. La CPI en définitive ‘’fait aujourd’hui l’objet d’une très grande défiance’’, compte non tenu de ‘’coût financier exorbitant’’, de sorte que pour faire son diagnostic, ‘’c’est une mort prochaine annoncée et il ne faut pas en être triste’’, a conclu le politologue franco-sénégalais.


aps


Commentaire (5)


Doki En Décembre, 2012 (15:52 PM) 0 FansN°: 1
Monsieur le Ministre, il se passe des choses graves dans la zone de Jaxxay, Bambilor.

Un promoteur Immobilier du nom de Macodou, et son adjoin surnommé Poro sèment la terreur dans toute la zone avec des 4X4 remplis de nervis lutteurs pour occuper de forces des terrais appartenant à d'honnetes citoyens sans que ni la police ni la gendarmerie ne règlent légalement la situation. Ces 2 bandits font l'objet de plusieurs dizaines de plaintes au niveau du commissariat de Jaxay et de la Gendarmerie DSCOS et ne défèrent jamais aux convocations. Et la gendarmerie et la police n'ont rien d'autre à dire au plaignants que "Macodou et Poro bénéficient d'un soutient bien placé". Ces gens n'ont aucun papier et s'accaparent des terrains des gens, les vendent à d'autres personnes avec uniquement un acte de vente et mettent à la disposition de l'acheteur 5 nervis pour lui permettre de construire jusqu'au bout sans etre inquiété.

Le meme Macodou dit à qui veut l'entendre qu'il a le Procureur Issa Ndoye de Rufisque dans sa poche pour lui avoir donné une voiture 4X4 et des terrains dans la zone. Il est temps que la justice jouen son role avant que les populations elles memes s'occupent de leur cas.
Xeme En Décembre, 2012 (16:17 PM) 0 FansN°: 1
la cpi n'a jamais été qu'une arme de non droit entre les mains de l'occident pour torturer tout ce qui n'est pas occident. et la sortie de bourgi est à inscrire dans la prise de conscience de l'occident sur le fait que le monde comprend de plus en plus ce qu'il y a réellement. alors un relookage des textes, un lifting du monstre qu'est la cpi pourrait lui donner un nouveau visage acceptable encore quelques années. mais au fond, rien ne changera.
Correction En Décembre, 2012 (15:57 PM) 0 FansN°: 2
La photo est celle de Robert Bourgi, non celle d'Albert dont l'article parle.

Faite la correction svp.
Eurydice En Décembre, 2012 (22:19 PM) 0 FansN°: 1
il s'agit bien de robert bourgi.
Signez La Petition S.v.p. En Décembre, 2012 (16:59 PM) 0 FansN°: 3
S.V.P. allez sur Google et tapez:



"For peace and justice in Cote d' Ivoire"



pour signer la petition pour une mobilisation de l’opinion publique internationale en vue de la libération de Monsieur Laurent Gbagbo



"Nous,



Citoyens du monde, démocrates et militants des droits de l’homme, patriotes africains, femmes et hommes de tous pays,



Épris de justice et de paix,



Rappelant que Monsieur Laurent Gbagbo a été arrêté en sa Résidence officielle de Chef de l’État de Côte d’Ivoire le 11avril 2011 à l’issue d’une intervention des forces françaises suite à une élection dont les résultats controversés ont fait naître un contentieux non résolu;



Rappelant également qu’en vue de résoudre le contentieux M. Gbagbo avait demandé, en vain, le recomptage conformément à une pratique internationale suivie ces dernières années dans des cas similaires, notamment aux États-Unis d'Amérique dans le contentieux Bush-Gore en 2000, en Afghanistan et en Haïti, et dans les deux derniers cas à l'issue d'élections supervisées par les Nations Unies comme en Côte d' Ivoire, mais dont les résultats, après vérification, s' étaient avérés faux;

....

Professa En Décembre, 2012 (17:39 PM) 0 FansN°: 4
La CPI en définitive ‘’fait aujourd’hui l’objet d’une très grande défiance’’, compte non tenu de ‘’coût financier exorbitant’’....



COMPTE NON TENU ne se dit pas en bon francais. On emploie l'expression "compte tenu" et on applique la negation, s'il y'a lieu.



ALBERT BOURGI aurait du dire: la CPI en definitive fait au jour d'aujourd'hui l'objet d'une tres grande defiance, en sus du cout exorbitant.... ou bien il aurait pu employer " nonobstant l'exorbitance de son cout financier".



Voici des soi-disant avocats internationaux qui ne savent pas s'exprimer correctement !!!! Y'en a marre de ce niveau de langue MEDIOCRE. Excusez ma ponctuation et mon accentuation. Je vis chez les Anglo-saxons. Merci
Man En Décembre, 2012 (17:43 PM) 0 FansN°: 5
s'il faut suivre un regard sur l'intervention de bourji regarder la cote d'ivoire le ka gbagbo le monsieur à tout dit

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]