Les ravisseurs des Français enlevés seraient cernés au Nigeria

  • Par : Reuters | Le 21 février, 2013 à 17:02:35 | Lu 8689 fois | 7 Commentaires
content_image

Les ravisseurs des Français enlevés seraient cernés au Nigeria

Les ravisseurs des sept Français enlevés mardi au Cameroun sont cernés dans l'Etat de Borno par les forces de sécurité nigérianes, qui s'emploient à obtenir la libération des otages, a annoncé jeudi une source militaire nigériane.L'armée nigériane a localisé les otages et leurs ravisseurs entre les localités de Dikwa et de Ngala, dans l'extrême nord-est du Nigeria, a précisé cette source qui a requis l'anonymat.Dikwa est distant de moins de 80 km de la frontière camerounaise, où les trois adultes et les quatre enfants français ont été enlevés mardi.Contacté par Reuters, un haut responsable militaire camerounais s'est refusé à tout commentaire en raison de la sensibilité du sujet.La région où les ravisseurs auraient été repérés est considérée comme appartenant à la sphère d'influence des mouvements islamistes Boko Haram et Ansaru, qui a revendiqué dimanche l'enlèvement de sept étrangers qui travaillaient pour l'entreprise de construction libanaise Setraco dans l'Etat nigérian de Bauchi.Le sort des otages a donné lieu à la plus grande confusion jeudi matin, contraignant les autorités françaises, nigérianes et camerounaises à démentir les "rumeurs" sur leur libération présumée.Selon des informations de presse, les sept otages auraient été retrouvés abandonnés dans une maison de la ville de Dikwa et auraient été remis aux autorités nigérianes."C'est une folle rumeur que nous ne pouvons pas confirmer", a dit à Reuters le ministre camerounais de l'Information, Issa Tchiroma Bakary. "Nous ne savons pas d'où ça vient.

BOURDE DE KADER ARIF

S'exprimant à l'Assemblée nationale, le ministre aux Anciens Combattants Kader Arif a dans un premier temps confirmé les informations faisant état de la libération des otages.Quelques minutes plus tard, après avoir fébrilement consulté son smartphone, il a repris la parole dans l'hémicycle."C'était une information parue par voie de presse. Il n'y a pas pour le moment de confirmation officielle à ce stade de la libération", a-t-il corrigé.Le directeur du centre de crise du ministère français des Affaires étrangères a formellement démenti cette information."Après vérification de nos ambassades, cette information apparaît sans fondement", a expliqué Didier Le Bret. "Les gouvernements des pays concernés, principalement le Nigeria et le Cameroun, ont également démenti."Le Nigeria, où les otages auraient été emmenés après avoir été enlevés dans le nord du Cameroun, a lui aussi démenti."Ce n'est pas vrai", a déclaré Sagir Musa, porte-parole d'une unité spéciale de l'Etat de Borno.De source diplomatique française, on souligne que "la règle veut que les otages ne soient considérés comme libérés qu'à partir du moment où ils sont entre les mains des diplomates français, ce qui n'est pas le cas pour l'instant".Des gendarmes français, protégés par des soldats, se sont rendus mardi au Cameroun pour aider les enquêteurs camerounais, avait déclaré mercredi un porte-parole du ministère de La Défense.

Yann Le Guernigou, avec Emile Picy et Marine Pennetier, Ibrahim Mshelizza au Nigeria et John Irish à Dakar; édité par Yves Clarisse 


Reuters


Commentaire (5)


Red... En Février, 2013 (19:11 PM) 0 FansN°: 1
... IL FAUT DEFENDRE L'ISLAM CONTRE CES ...barbus....



... C DESOLANT PARCE QUE PERSONNE NE BRONCHE.....



... :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :hun:  :dedet:  :dedet:  :dedet:  :dedet:  :dedet:  :dedet: 
@red En Février, 2013 (19:36 PM) 0 FansN°: 2
Et toi, à part l'écrire sur seneweb, que fais-tu concrêtement?
Walo En Février, 2013 (19:42 PM) 0 FansN°: 3
Ahhh these rat bastard terrorists will always end up killed.

Iceberg En Février, 2013 (19:47 PM) 0 FansN°: 4
Il faut vraiment être fou ou complètement inconscient pour entraîner toute sa famille dans la gueule du loup.Sans même parler des groupes terroristes et de la situation qui prévaut dans la sous région,circuler pour un occidental dans des contrées aussi reculées sans escorte est un vrai danger.Je ne sais diantre pourquoi ce type a embarqué sa famille dans une telle galère.Il met non seulement sa vie en danger,mais aussi celle de sa famille et surtout celle des forces de sécurité,qui me dira t'on est leur boulot mais quant même.je pense que ces gaulois sont fous.
Ghanaboy En Février, 2013 (20:31 PM) 0 FansN°: 1
"il faut vraiment être fou ou complètement inconscient pour entraîner toute sa famille dans la gueule du loup."

tu as tout dit. sinon, tout être intelligent se pose les mêmes questions autour de cette vadrouille sans réflexion de cette famille.
Waza En Février, 2013 (11:35 AM) 0 FansN°: 1
bande d'abrutis que vous êtes ....dire de telles conneries .... cette région du cameroun que je connais très bien, est très touristique et jusque là à part quelques coupeurs de route qui ne s'attaquaient qu'à leur frères noirs( revenant des marchés bourrés de fric) les touristes ne craignaient rien. le bordel était aurtour de limbé dans le golfe de guinée où les assassins islamistes s'en prenaient aux bateaux pétroliers. donc cette famille n'était folle d'aller visiter waza comme le font de nombreux blancs depuis longtemps déja. les fous c'est bien ces pourris qui kidnapent les braves gens. les fous aussi ce sont vous certains noirs qui donnez vos enfants à éduquer chez vos imams qui les torturent et les violent.
Iceberg En Février, 2013 (13:51 PM) 0 FansN°: 5
@WAZA tes con comme un balaie le monde évolue et change a la vitesse de la lumière,les gens ne sont plus en sécurité même dans les capitales a plus forte raison en rase campagne ou ils existe selon tes dires:QUELQUES COUPEURS DE ROUTE........Regarde la vérité en face;c'est vraiment inconscient de mettre toute sa famille dans un car et s'enfoncer aussi profondement dans un pays en tant qu'étranger sans sécurité:LA PREUVE.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]