Video. Affaire Des Biens Présumés Mal Acquis, La Cour De Justice De La CEDEAO Incompétente Selon Les Avocats De L’État

  • Par : SenewebVideo | Le 12 avril, 2013 à 20:04:17 | Lu 13001 fois | 18 Commentaires
content_image

Video. Affaire Des Biens Présumés Mal Acquis, La Cour De Justice De La CEDEAO Incompétente Selon Les Avocats De L’État

Video. Affaire Des Biens Présumés Mal Acquis, La Cour De Justice De La CEDEAO Incompétente Selon Les Avocats De L’État

 


SenewebVideo


Commentaire (13)


Bnnn En Avril, 2013 (20:55 PM) 0 FansN°: 1
Maitre Elhadji DIOUF a raison quand tu a un probléme avec la justice tu ne peux pas sortir le territoire demandez aux militaires qui ont des problémes avec la justice lorsqu'on les désignent pour aller en mission ils sont automatiquement radié des liste donc la justice s'applique pour tout le monde. Wassalam
Senv En Avril, 2013 (21:05 PM) 0 FansN°: 2
vive les avoc :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 



sathi bakholl dafa haramm







Diak En Avril, 2013 (21:08 PM) 0 FansN°: 3
La justice de la CEDEAO s'impose sur la justice des pays membres. Tout bon juriste doit le savoir. Quand on appartient à une organisation internationale et qu'on signe, alors on doit accepter les décisions de cette organisme. Si la cours de justice européenne condamne la France, alors le gouvernement français obéit. C'est comme ça dans les pays civilisés. Mais en Afrique on ne maitrise rien et on a le grande gueule. Ce maître El hadji Diouf est un opportuniste. Aujourd'hui il défend Maky. Mais il y a quelques mois il critiquait le gouvernement. Dès que Maky l'a appelé alors il a changé d'avis. Si demain Karime prend le pouvoir et l'appelle à ses côtés vous verrez qu'il va le suivre.
@diak En Avril, 2013 (01:39 AM) 0 FansN°: 1
diak, ce n'est pas vrai. combien de fois des organismes internationaux, des nations unies de la cour internationale de justice ont rendu des arrets ignores par les pays members? tu veux des exemples?
le president sudanais inculpe avec mandat d'arret de la cpi, israel ki a ignore toutes les decisions de l'onu sur les palestiniens, les usa ki refusent les decisions des nations unie sur le meme sujet
7 cour africaine n'a aucune maturite pour rendre un arret de ce genre. to memem si le procureur de la republik te disait de rester a sa disposition, si tu es a dakar, tu ne peux pas kitter la ville de dakar. ca c la loi, et 7cour ne eut pas changer ca.
faut etre raisonable et eviter d'entrer dans des raisonnements de demagogie ki n'ont aucune validite juridik
Diommy En Avril, 2013 (11:41 AM) 0 FansN°: 1
je crois rêver quand j'entends pape moussa félix sow parler de "biens mal acquis", que pape alioune ndao lui demande l'origine de ses biens.....il en a le droit, puisque cette loi ne concerne pas seulement les politicien et l'ancien régime.

si pape alioune ndao cherche un peu sur les agissements des membres du cabinet de m sow....kone tiaaf kheum, tigadegue yakkhou, maafe niak valeur!

que voulez vous? au sénégal ni wara sangou nioy khass ni tilim...maître sow môme demoul, dou dem. cou sakh yeungou!!!
Lanterne En Avril, 2013 (21:20 PM) 0 FansN°: 4
Cela rappelle fort bien la justice des vainqueurs d'un autre temps!!!

et ne parlons pas du conflit d'intérêt que symbolise l'ex minitre de rétention des cours d'eau de l'ancien régime, mr El hadji Diouf, qui s'évertue ici dans un rôle de censeur de la gestion de ses collègues d'antan, pour le compte du nouveau régime!

Quelle désolation m'inspire cette réprésentation théatrale qui se prête à en rire, si ce n'était des droits fondamentaux de citoyens qui sont piétinés sur l'autel d'un réglement de comptes politiques. Quand El hadli Diouf parle de "voleurs qui crient aux voleurs", il ne mesure même pas la portée de ses propos qui traduisent un certain malaise résultant du fait que Macky Sall, qui est l'instigateur de ces procédures plutôt inquisitoriales, est tout aussi comptable de 8 années de gestion au moins du régime d'Abdoulaye Wade, d'autant plus qu'il était dans les plus hautes stations de l'Etat, comme ministre plusieurs fois, premier ministre ou encore chef de la majorité parlementaire au perchoir de l'assemblée nationale.

LA FIN NE JUSTIFIE PAS TOUS LES MOYENS (la neutralisation d'adversaires politiques ne justifie pas tous les moyens de procédures les plus loufoques qui s'affranchissent de la légalité symptomatique d'un Etat de droit!
Saf En Avril, 2013 (21:25 PM) 0 FansN°: 5
ELHADJI DIOUF AVOCAT OPPORTUNISTE. LE TORTUEUX.............
Putinnnnnnnnnnnn En Avril, 2013 (21:26 PM) 0 FansN°: 6
a quoi joue maitre elhadji diouf mais ce gars est naafèkh tantot il critique le gouvernement tanto il le defend mais ce gars mèrite la pendaison
Nts En Avril, 2013 (22:05 PM) 0 FansN°: 7
CETTE INJONCTION DE LA CEDEAO EST UN FAUT DEBAT EN PLUS ELLE EST DERRIERE NS LE GOUVERNEMENT A DEJA REPONDU A LA CEDEAO DE NE PAS SUIVRE LEUR INJONCTION!WADE LUI MEME MERITE LA PRISON CAR EN 12 DE REGNE IL N A FORME QUE DES CRIMINELS FINANCIERS.SI IL YA INJUSTICE POURQUOI LE PEUPLE SENEGALAIS N APPORTE PAS SON SOUTIEN AUX LIBERAUX MIS EN CAUSE?POUR RIEN AU MONDE ON LAISSERAIT CES CHAROGNARDS VOYAGEAIENT POUR MIEUX CAMOUFLER LEURS BUTIN.EN COMMENCANT PAR SOULEMANE NDENE NDIAYE EN PASSANT PAR OUSMANE NGOM FADA OUMAE SARR AIDA SAMUEL SARR FARBA SENGHOR ETC EUX TOUS DISENT QUE C EST WADE QUI LEURS DONNAIENT DE L ARGENT.WADE LUI MEME DISAIT QU IL AVAIT CREE DES MILLIARDAIRES QUI NE SONT NI AUTRES CES VOLEURS INDIGNES
Vvvvvvvvvvvvvvvvv En Avril, 2013 (22:22 PM) 0 FansN°: 8
La décision du Sénégal de fouler au pied l’arrêt de la Cour de justice de la Cedeao rendu dans la cadre de la traque des biens supposés mal acquis, semble globalement mal appréciée par la presse nationale et internationale qui s'est étonnée ce vendredi devant le collectif des avocats de l’Etat, que le gouvernement persiste dans sa volonté de violer la sentence de la justice communautaire. Du jamais vu ! Compte-rendu.



Jamais de mémoire, des initiateurs d’une conférence de presse n’ont été aussi énervés par les questions des journalistes. Le sourire que Mes Moussa Félix Sow et confrères du collectif des avocats de l’Etat ont affiché à l’entame de leur conférence tenue ce vendredi à l’Hôtel Sokhaman, a très vite cédé à l’amertume. En tout cas, ils l’ont mal caché avec le tir groupé de la presse qui ne comprend pas, que l’Etat persiste à fouler au pied, la décision rendue le 22 février par les juges de la Cedeao. Les questions des confrères de la Rfi, de la Rts, de la Rfm, du Quotidien, de Sud et du Pays ont fini par mettre en rogne les avocats-défenseurs de l’Etat organisateur de leur plaidoirie consistant à porter la réplique à ceux des requérants qui ont obtenu gain de cause devant la juridiction africaine. La journaliste de Radio France internationale qui a couvert l’évènement s’est désolée du comportement de l’Etat du Sénégal qui continue de rester sourd à l’invite des organismes de défense des droits de l’Homme comme la Raddho, l’Ondh et Amnesty international. Sa consoeur de la Radio télévision Sénégal ne s’en est pas émue outre mesure en estimant qu’avec le non-respect de cette décision supranationale, le Sénégal opte de vivre en vase clos par rapport aux autres Etats-membres de la Communauté. Pour le représentant du group Sud, qui s’est focalisé sur les révélations de Me Moussa Félix Sow et autres qui ont déclaré que sur les 12 points soulevés devant la Cour de justice, l’Etat a gagné les 10 et en a perdu les 2, ce fait devrait l’amener à respecter la décision en question. Pour l’économie de cette conférence de presse, on ne reviendra pas sur les questions de journalistes relatives à la violation par le Sénégal des accords internationaux qu’il a signés devant ses pairs africains encore moins sur la non applicabilité en l’espèce, des articles du code de procédure pénale qui ont été invoqués pour servir de base à la prise de nouvelles mesures d’interdiction de voyage des dignitaires de l’ancien régime. La presse qui a fait face ce vendredi à l’ancien bâtonnier, Me Sow, ses confrères, Me Abdou Kane, Me Aly Fall et Me Bitèye est restée sur sa faim. A la place de réponses pertinentes aux questions qui ont été soulevées, le collectif des avocats de l’Etat s’est penché tout le long de sa conférence de presse, à faire le procès du régime de Me Abdoulaye Wade et à justifier la nécessité pour le Sénégal de poursuivre la traque des biens mal acquis en persistant dans la violation du verdict de la Cour de justice. Lire les minutes de cette conférence de presse houleuse dans l’édition du Pays Week-end.
Delosilenko En Avril, 2013 (23:11 PM) 0 FansN°: 9
si on ramenait la peine de mort pour les criminels crapuleux à col blanc
Lune En Avril, 2013 (23:19 PM) 0 FansN°: 10
un violeur avocat de l'ETAT
La Guerre Est La En Avril, 2013 (01:05 AM) 0 FansN°: 11
Que dieu nous en garde, mais, l'opinion doit est témoins que tous les ingrédiens sont réunis par le nouveau gouvernement du sénégal pour faire éclater une révolte par les arme. Quand l'Etat ment et veut imposé ses mensonges par la force; il pousse les opprimer à la seule alternative qui s'offre aux opprimés. Que Dieu nous en garde,mais j'ai peur pour mon pays.
@la Guerre Est La En Avril, 2013 (01:35 AM) 0 FansN°: 1
qui sont les opprimes dans votre chohobitage? les liberaux accuses ont opprime le peuple senegalais en se faisant riches comme les anciens colons et vous nous parlez de guerre. moi, je veux bien cette guerre si elle pourra nous debiter de nos biens mal acquis.
Jean En Avril, 2013 (03:58 AM) 0 FansN°: 12
EN TOUT CAS, L'ETAT A BIEN FAIT D'AVOIR Me EL HADJI DIOUF COMME UN DE SES AVOCATS. POUR GAGNER LE PEUPLE, IL FAUT AVOIR A SES COTES UN AVOCAT DU PEUPLE.
???????? En Avril, 2013 (10:43 AM) 0 FansN°: 1
ce n'est pas lui qui avait été condamné pour avoir doigté une petite fille dans un hotel a paris?
In En Avril, 2013 (15:30 PM) 0 FansN°: 13
c'est aujourd'hui que vous venez de en rendre compte?

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]