Mercredi 17 Juillet, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Necrologie

DECES DE SIDY LAMINE NIASSE : Des anciens de Wal Fadjri témoignent

Single Post
DECES DE SIDY LAMINE NIASSE : Des anciens de Wal Fadjri témoignent

Suite au rappel à Dieu, ce mardi, de Sidy Lamine Niasse, «Seneweb» a recueilli les témoignages d’anciens travailleurs du groupe Wal Fadjri. Ces derniers ont exprimé leur tristesse tout en  racontant leur parcours avec le défunt patron de presse.

El Hadj Modou Guèye : «Walf, c’était mon oncle, c’est Sidy qui m’a emmené à La Mecque»

«J’ai appris la nouvelle en cours de route sur Dakar. Sidy Lamine était avant tout un oncle pour moi, parce que j’étais le seul correspondant de l’histoire du groupe Wal Fadjri qui l’a accompagné au pèlerinage à La Mecque en 2012. C’est d’ailleurs lui qui m’a surnommé ‘’El Hadj Modou Guèye’’. Et je retiens de lui d’abord sur le plan spirituel, un homme religieux. Je l’ai aperçu marcher 15 km de Arafat à Mounna, en passant à Mousdalifa. Lorsque je lui ai demandé qu’est-ce qui le pousse à faire cet acte, il m’a répondu : ‘’Je suis venu me recueillir.’’ Je l’ai vu se recueillir sous des tentes de fortune, alors qu’il avait les moyens de se payer véritablement un local qui est beaucoup plus adapté à sa personnalité. C’est pourquoi je dis que c’est un homme de Dieu. Nous avons travaillé ensemble presque neuf ans. Il observait le jeûne chaque lundi et jeudi durant toute l’année. Maintenant, du côté professionnel, c’est quelqu’un qui a su mettre sur pied un empire parce que nous tous, nous sommes sortis de Wal Fadjri. Je dirais également que c’est un homme de défis. Son entreprise a connu des difficultés, mais à chaque fois, il a eu un esprit combatif qui lui permettait de mettre sur pied une alternative  pouvant l’aider à faire survivre son organe. Sidy Lamine Niasse avait beaucoup de respect pour les guides religieux du Sénégal. Il entretenait avec eux des relations de paix. Nous avons tous perdu.»

Aïssatou Thioye : «Il ne démordait jamais lorsqu’il s’agissait de défendre ses idées»

«Sidy Lamine Niasse,  en plus d’être mon premier employeur, avait beaucoup d’estime pour moi et c’était réciproque. Je l’appelais même pas Monsieur Niasse, mais plutôt ‘’Tonton Sidy’’. Il connaissait mes parents et m’appelait ma fille. La nouvelle m’a affectée parce que j’étais sur le terrain, dans les régions en pleine mission. J’ai vu sur mon portable des messages qui disaient ‘’Mes sincères  condoléances’’ et je n’avais pas compris. Je n’avais même pas pensé à Sidy Lamine Niasse. J’ai aussitôt appelé mon mari qui m’a annoncé la mort de tonton Sidy. Donc,  c’est vous dire à quel point il était important pour moi ; mes proches le savaient. Je soutiens que c’est un éternel défenseur des libertés. Qu’il ne démordait jamais lorsqu’il s’agissait de défendre ses idées et moi, c’est pour cela que je l’estimais.»

Pierre Edouard Faye : «Sidy était un homme qui a toujours eu confiance aux jeunes journalistes»

«Je pense que je peux me permettre de dire que j’étais l’un de ses employés avec lequel il employait des relations vraiment privilégiés. Car je suis entré à Walf comme stagiaire en juillet 2007, alors que j’étais  en deuxième année au Cesti. J’étais censé faire là-bas un mois de stage. Mais  finalement j’y suis resté presque neuf années. Et très tôt, il m’a donné des responsabilités. Il m’a confié l’une des émissions phares à l’époque qui était «Actu en 7». Ensuite, j’ai eu mon diplôme au Cesti et  Sidy a fait de moi chef de Desk. Je m’occupais de tout ce qui était information à Walf, alors que j’étais très jeune. Et en 2010, avec le départ d’Oumar Gningue, il m’a confié encore une émission phare de Wal Fadjri qui était « Opinion». Enfin, il m’a nommé rédacteur en chef. C’était un homme vraiment qui a toujours eu confiance aux jeunes, contrairement à certains patrons de presse. Sa disparition va constituer une grosse perte pour la presse.»

Ndèye Awa Lô : «Il avait la passion du journalisme»

«C’était un monument  et quoi qu’on puisse dire c’était un grand  monsieur. Il a beaucoup fait pour beaucoup de journalistes, même pour ceux qui n’avaient pas reçu une formation. Sidy Lamine Niasse était très rigoureux, il avait la passion du journalisme et il a réussi en à faire une grande chose dans ce pays. Si Dieu nous avait demandé, on lui aurait dit de le laisser encore à nos côtés. »

Couly Kassé : «Sidy a été le premier à m’offrir un stage rémunéré»

« Pour moi, Sidy a été le premier à avoir eu confiance en moi. Il m’a pris en stage à l’époque où trouver un stage rémunéré en plus n’était pas évident. Et mes premières expériences, je les ai eues à Walf, alors que j’étais tout simplement étudiant en première année. Il m’a donné la chance d’avoir accès à la télé et à la radio. Donc j’ai été très choqué quand j’ai reçu la mauvaise nouvelle. Et j’avoue  que des patrons de presse comme Sidy Lamine Niasse, moi j’en vois pas deux. Je dirais qu’il était unique, même si des critiques sont passées par-ci, par-là,  il a su garder la ligne éditoriale à ‘’Walf Quotidien’’ depuis les débuts jusqu’ici. Les anciens beaucoup plus expérimentés que moi l’ont même reconnu. Donc, chapeau bas à Sidy Lamine Niasse.»

 

 


Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2018 (05:11 AM)
    si quelqu'un pouvait établir la liste de tous les journalistes qui sont passés par walf ce serait bon

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR