Lundi 17 Juin, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Politique

Cheikh Mbacké Bara Doly : De détracteur de Wade à président du Groupe parlementaire "Liberté et Démocratie"

Single Post
Cheikh Mbacké Bara Doly : De détracteur de Wade à président du Groupe parlementaire "Liberté et Démocratie"

En politique, au  Sénégal, il ne faut jamais dire jamais "Never Say Never" comme le disent les anglais ! Et ce n'est pas le tout nouveau patron du groupe "Liberté et Démocratie", Serigne Cheikh Mbacké Bara Doly qui dira le contraire.

Très longtemps considéré dans la capitale du mouridisme comme l'un des plus farouches opposants à Me Abdoulaye Wade sous le régime libéral (entre 2000 et 2012), le marabout-politicien a été jusqu'à organiser des récitals de Coran à Touba pour en finir avec le Pape du " Sopi".

Mieux, Serigne Cheikh Mbacké Bara Doly s'est distingué par ses innombrables prises de positions contre le prédécesseur du Président Macky Sall à la magistrature suprême.

Du temps du khalifat de Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké, Serigne Cheikh Mbacké Bara Doly était à l'origine des manifestations "anti-Wade" à Touba où des brassards rouges et pancartes hostiles au secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds) avaient scandalisé le khalife d'alors.

Le guide spirituel de la confrérie mouride avait tellement été gêné par cet affront fait à son hôte au point qu'il instruit son porte-parole, Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre, de rappeler les fondements sacrés dictés par le fondateur du mouridisme à Touba.

Malgré tout cela, c'est ce même Serigne Cheikh Mbacké Bara Doly que Me Abdoulaye Wade avait investi sur la même liste que son propre frère, Serigne Modou Mbacké Bara Doly (actuel député), qui vient de remplacer Me Madické Niang à la tête du groupe parlementaire "Liberté et Démocratie".

Comble de l'ironie, Serigne Cheikh Mbacké Bara Doly connu dans un passé encore récent pour son amitié avec Me Madické Niang, est désormais président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie en remplacement de ce dernier.


Article_similaires

14 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:40 AM)
    TOUTE HONTE BU!!!!!!!
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (12:49 PM)
      vous faites erreur.....vous le confondez avec son autre demi frère du même nom qui reste toujours à l'apr....il y'a un autre "abdou mbacké bara dolly" qui milite à bokk guiss guiss de papa diop

      poussez vos recherche svp
  2. Auteur

    Joo

    En Octobre, 2018 (10:48 AM)
    Marabouts domorram
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (10:55 AM)
      aliou sow : « c’est très facile d’invoquer la droiture alors qu’on n’a jamais été mis à l’épreuve... ce pays ne sera pas laissé à des aventuriers ! »

      mamadou ndione, directeur général de la cosec : « ousmane sonko cherche uniquement à faire le buzz ».

      amadou diouf, conseiller à la primature : « sonko, un ibadou à la conquête du palais ».

      moustapha diakhaté, chef de cabinet de macky sall : « sonko propose le suicide national… en fait, le national lepénisme tropical de monsieur sonko ne fera qu’affaiblir durablement le sénégal ».

      députée adji mergane kanouté : « sonko a plagié le pse ».

      pape mahawa diouf, mahawa diouf, secrétaire général de las (limak-aibd-summa) : « ses interrogations trouvent leurs solutions dans le pse ».

      ahmed khalifa niass : « nous ne voulons pas d’un candidat de daesh ».

      el hadji ibrahima sall : « sonko doit cesser d’être populiste ».

      le premier ministre boun abdallah dionne : « sonko, un enfant qui est sur le facebook et qui manque d’éducation ».

      tanor : « il ne faut pas laisser le pays entre les mains d’un jeune aventurier ».

      cissé lo : « sonko est un voleur doublé de menteur ».

      tels sont les quelques propos irraisonnés choisis pêle-mêle dans le florilège des réactions de la mouvance présidentielle enregistrées depuis la parution de "sonko-solutions". c’est l’écho du hurlement de la meute des aboyeurs de bennoo, décidés à s’attaquer voire anéantir l’homme qui empêche le lion de dormir. on constate que ces critiques ad hominem ne portent ni sur l'action ni sur les idées. il est à croire que le livre-vision d’ousmane sonko a semé la panique au sein de la mouvance présidentielle de même que dans l’opposition. dès lors, on assiste à un lynchage médiatique très en vogue par les temps qui courent du côté de bennoo bokk yaakaar, à une palanquée de déchaînements destructeurs exécutés par des bulldozers politiques et médiatiques téléguidés depuis les officines de la présidence de la république.

      aventurier, buzzman, ibadou, lepéniste, plagiaire, terroriste, enfant mal éduqué, les qualificatifs qui trahissent un affolement patent des gens du pouvoir ne manquent pas pour diaboliser ousmane sonko. ainsi la politique apériste devient une affaire subjective et de mépris haineux. depuis que le leader de pastef a subi l’épreuve de la confrontation publique avec des journalistes, des spécialistes des questions économiques et ses militants à la place de la nation pour expliquer sa vision du sénégal, des tirs groupés, lâches venant des gens du pouvoir et même de l’opposition ne cessent de pleuvoir sur l’ex-inspecteur des impôts et domaines. ces réactions désinvoltes inspirées par la peur et la haine montrent expressément que les contempteurs de sonko n’ont pas compulsé une seule page de son livre-vision. des réactions dénuées de tout fondement et qui mettent à nu la frilosité et la stérilité intellectuelle des gens du pouvoir à engager de véritables débats féconds sur les solutions que propose sonko. ce que les sénégalais attendent toujours, c’est un vrai décorticage critique des solutions imparfaites déclinées dans l’ouvrage-vision de sonko en lieu et place des gouailles, des invectives et des insanités distillées par les zélotes de la camarilla présidentielle. une telle mauvaise foi, un tel engagement aveugle des fédayins mackystes s’avèrent indispensables pour apaiser l’angoisse présidentielle au moment où l’on subodore du côté des officines sondagières de bennoo bokk yaakaar, une très probable déconvenue électorale.

      les sondages commandités régulièrement par la présidence qui placent sonko devant le président de la république ne manquent pas de susciter une inquiétude en haut lieu. c’est ce qui explique ce délire schizophrénique qui a gagné macky et les siens. l’ascension politique du chef des patriotes doit être tuée dans l’œuf. c’est pourquoi toute une machine de destruction politico-médiatique est mise en place par les spin doctors de sa majesté pour endiguer le phénomène sonko. avec l’appui d’une caste d’éditocrates indécrottables, de pseudo-marabouts aux mœurs dissolues (et nous reviendrons sur ces marabouts), il faut entacher et affaiblir l’image du leader des patriotes dans l’opinion publique d’où ce tintamarre médiatique récent sur les accointances salafistes de sonko. malheureusement pour eux, l’image d’homme rigide, rigoriste, impulsif, tranchant, direct et sans concession qu’ils colportent du leader de pastef est celle qu’approuvent les sénégalais. aujourd’hui, ces sénégalais préfèrent être dirigés par un athée, un agnostique ou un animiste qui puisse, sur la base d’une gouvernance vertueuse et transparente, satisfaire leurs besoins vitaux plutôt que d’avoir à leur tête un soi-disant tidiane, mouride, layène ou khadre prototype absolu de la corruption, de la mal-gouvernance, du népotisme ou du détournement de deniers publics.

      le sénégal, terre où se meurent toutes les contradictions confessionnelles, ethniques et religieux, n’est pas en butte pas à des problèmes identitaires ou discriminants mais à un problème de système corrupteur et corrompu solidement établi depuis les indépendances et qui sert de vache à lait à tous ces politiciens formatés aux idéologies occidentales détonnant avec nos réalités socioculturelles. c'est pourquoi, le débat identitaire empoisonné que s'échinent à distiller contre sonko certains bien-pensants du pouvoir suppliciés par leur tube digestif est en train de faire l'effet boomerang.

      si moustapha diakhaté, brut de décoffrage, qualifie sonko de lépeniste, c’est ignorer même la doctrine frontiste qui puise ses racines dans le nationalisme xénophobe, l’anti-immigration, l’anti-islam. dans sonko-solutions, il n’est ni question de xénophobie encore moins d’hostilité à une quelconque confession religieuse. toutefois, il ne faut pas verser dans la surenchère du nihilisme qui consiste à jeter aux orties toute la politique du front national rebaptisé rassemblement national. la préférence d’une monnaie nationale face au diktat de bruxelles, l’aversion du libre-échangisme et d’un mondialisme exacerbé et déséquilibré, le retour à la peine de mort, protectionnisme intelligent, le patriotisme économique en privilégiant les entreprises établies en france lors des appels d'offres publics, sont autant de propositions positives consignées dans le programme du rn.

      si avoir une préférence nationale comme le manifeste sonko, c’est être lepéniste, tous les sénégalais, excepté ceux qui ont aliéné notre souveraineté et bradé nos ressources nationales aux français, chinois, turcs et marocains, sont lepénistes. etre partisan de la préférence nationale ne signifie pas se réfugier dans une autarcie qui enferme notre pays dans un isolationnisme mortifère. c’est promouvoir ses entreprises nationales porteuses de croissance distributive et créatrice d’emplois. d'ailleurs l'article 28 du code des obligations de l'administration intitulé "préférence nationale" stipule : « par dérogation au principe d’égalité de traitement, une préférence peut être attribuée lors de la passation d’un marché aux offres portant sur des fournitures, services ou travaux d’origine ou de fabrication sénégalaise présentés par une entreprise nationale dans les conditions et limites déterminées par le code des marchés publics... » c’est donc dire que la préférence nationale n’est pas une forme de repli sur soi mais une option politique qui place l’intérêt de nos entreprises nationales au-delà des puissantes multinationales.

      concernant le cfa, si sonko remet en cause la servitude séculaire à ce franc colonial et prône une souveraineté monétaire nationale, il ne fait que matérialiser un vieux vœu partagé par plusieurs sénégalais, las d’être les esclaves d’institutions bancaires et financières infantilisantes et asservissantes, qui profitent plus à la métropole qu’à notre pays. d’ailleurs où est l’intérêt voire la pertinence de continuer à vouloir d’une monnaie dont les pays utilisateurs sont toujours parmi les derniers des pays africains ? selon l'économiste moussa dembélé, « parmi les quatorze pays africains de la zone franc, onze figurent dans la catégorie des pays les moins avancés (pma), et près de 90 % de leur population vivent avec moins de deux dollars par jour ». alors quel est l'intérêt de continuer à utiliser une monnaie qui hypothèque notre souveraineté nationale et nous enserre dans les rets du sous-développement ?

      en l’absence d’une remise en cause critique de ses ouvrages, les problématiques que soulève sonko doivent être noyées dans la trivialité, l’aigrissement, le populisme. tenter de diaboliser le patriote en chef et de le faire passer pour un agent salafiste dont l’objectif inavoué est de s’attaquer aux confréries établies est plus facile que de critiquer, en bien ou en mal, le fond de sa pensée politique ou de s'interroger sur les grands thèmes qu’il soulève.

      horresco referens, ahmet khalifa niass parle d’un candidat de daesh. dans l’entre-deux tours de la présidentielle de 2012, le méphistophélès du fap, invité du journaliste sékou diémé de canal infos, avait affirmé que le candidat de bennoo était parrainé par des lobbys maçonnico-homosexuels. pourtant il a été l’un des premiers politiciens à s’agenouiller devant sa majesté macky sall élu président pour battre sa coulpe et faire acte d’allégeance. sonko, président, il n’hésiterait pas toute honte bue à être son gentilhomme caudataire.

      aujourd’hui les bien-pensants du prince ont montré leurs limites et leur impéritie à engager tout débat intellectuel contradictoire. exceller dans le mensonge, la mauvaise foi et la création de peurs ne saurait être un argumentaire convaincant pour sortir sonko du cœur de ses militants, sympathisants, groupies et de ceux qui partagent ses valeurs et options de gouvernance. il faut débattre intellectuellement et sainement, c’est une exigence démocratique. c’est pourquoi, il est impératif pour le pouvoir et certains opposants de recentrer leur politique sur la confrontation des idées, des programmes de développement en faveur du bien collectif et non sur des considérations subjectives. toute autre initiative ne serait que vanité.
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (12:48 PM)
      vous faites erreur.....vous le confondez avec son autre demi frère du même nom qui reste toujours à l'apr....il y'a un autre "abdou mbacké bara dolly" qui milite à bokk guiss guiss de papa diop

      poussez vos recherche svp
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:48 AM)
    Auteur

    Galsen

    En Octobre, 2018 (10:48 AM)
    your worst ennemy can be your friend and your friend your worst ennemy  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:50 AM)
    C'est un systeme infernal seul Sonko pourrait le briser
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (12:05 PM)
      reponse au president du conseil departemental de guinguineo qui critique le livre vision du president ousmane sonko

      devant l’insistance de certains amis qui m’ont demandé de donner mon avis sur la lettre publique intitulée « l’offre programmatique de o. sonko est simplement fade, archaÏque, demode et pire, populiste parfois » de papa malick ndour président du conseil départemental de guinguineo qui se présente comme un économiste des finances publiques, me voici devant mon clavier pour accéder à leur requête.

      mes amis qui sont majoritairement des pro macky sall pensent certainement que ces critiques sont de nature à mettre en exergue les lacunes et limites du livre d’ousmane sonko.

      j’avais refusé d’y répondre sans avoir lu le livre en question (lequel soit dit en passant est toujours en rupture de stock car vendu comme des petits pains) mais je dois avouer que cette invitation à un débat de cette nature ne peut pas rester lettre morte, elle se doit d’être honorée eu égard au thème qui en fait l’objet : le contenu du livre-vision « solutions ».

      monsieur ndour ne fait pas dans la dentelle, la virulence et la radicalité de ses qualificatifs n’ont d’égales qu’à la faiblesse de ses arguments qu’il voudrait pourtant scientifiques (offre programmatique fade, archaïque et démodé, populiste – cette proposition est dangereuse, démagogique, ridicule et risque – placer notre pays dans le lot des États voyous qui n’ont aucune crédibilité vis à vis des investisseurs étrangers.).

      monsieur ndour excelle au moins dans une chose : parler savamment des choses qu’il ne maitrise pas. son langage est tout sauf nuancé, il est arrogant et insolent d’un bout à l’autre par conséquent ne comptez pas sur nous pour y répondre sur un autre ton car à demande insolente, réponse tranchante.

      avant d’étayer mon propos dont la quintessence va prendre le contrepied de ses affirmations, je ne pourrai pas m’empêcher d’exprimer ma vive déception quant au contenu de sa lettre. l’argumentaire est très en deçà de l’objectif qu’il s’est fixé : critiquer les propositions de sonko. manifestement, le costume est trop grand pour monsieur ndour.

      que de platitudes ! que de légèretés ! que de contradictions ! que d’approximations !

      nous nous demandons d’ailleurs s’il n’est pas préférable de monologuer que débattre avec des militants aussi prosaïques dans leur argumentaire et qui de surcroit présentent autant de carences dans le raisonnement.

      nous n’y iront pas de main morte et nous le disons sans parti pris cette lettre révèle plus sur l’ignorance de son auteur que sur le manque de solidité des propositions de sonko. ne pas le dire c’est mentir. ce n’est pas parce qu’on dit deux ou trois mots savants qu’on dit des choses intelligentes. l’intelligence ne s’apprécie pas par la quantité et la complexité des sujets abordés mais dans la façon, l’approche et la pertinence avec laquelle on les traite et sous ce rapport, nous avons le droit d’attendre un peu plus du camp adverse pour hisser le niveau du débat.

      que l’éminence grise de de la mouvance présidentielle (benno bokk bakaar) prenne son courage, accepte de croiser le fer avec nous et arrête d’envoyer au front ses seconds couteaux qui ne sont manifestement pas à la hauteur du niveau du débat.

      en réalité, ses critiques qui ne brillent pas par leur pertinence portent essentiellement sur 3 points :

      1-la volonte de sonko a renegocier les contrats passÈs dans les domaines des mines, gaz et du petrole :

      il dit : « nous le disons avec force, cette proposition est dangereuse, démagogique, ridicule et risque, si elle est mise en œuvre, de placer notre pays dans le lot des États voyous qui n’ont aucune crédibilité vis à vis des investisseurs étrangers. »

      nous répondons :

      cette proposition de sonko est pertinente, responsable et courageuse car aux grands maux les grands remèdes. ces contrats ont été signés sans prendre en compte les intérêts du peuple sénégalais puisque macky sall a discrétionnairement choisi de donner une bonne partie de notre pétrole à un groupe pétrolier au nez et à la barbe d’autres concurrents qui pourtant avaient formulé de meilleures offres.

      en sus, sonko n’a jamais dit que la renégociation de ces contrats allait être facile. il n’a jamais sous-estimé le défi qui nous attend mais il sait que cette difficulté ne doit pas être de nature à nous installer dans l’inertie et la passivité. oui monsieur ndour, nous avons décidé de nous battre pour nos droits car nous estimons que non seulement il y va de notre dignité mais en plus le jeu en vaut largement la chandelle puisque les enjeux sont colossaux.

      monsieur ndour, libre à toi de prendre ton manque d’ambition pour du réalisme et de baisser pavillon devant la première difficulté mais gardez-vous bien de vouloir nous imposer votre attitude pusillanime et défaitiste. nous sommes intellectuellement trop libres pour s’y complaire et assez patriotes pour accepter que notre peuple soit le dindon de la farce.

      2- la remise en question de notre politique fiscale :

      il dit :

      « le leader de pastef veut faire croire, les exonérations fiscales ne sont rien d’autre que des subventions octroyées, par la voie fiscale aux chefs d’entreprise, aux collectivités publiques et autres ménages. en guise d’exemple, dans le dernier rapport sur les dépenses fiscales de 2015, ces différents agents ont bénéficié, de la part de l’État, près de 521,4 mds, soit plus de 80% des exonérations fiscales. »

      « promettre le matraquage ou le terrorisme fiscal c’est simplement tuer la consommation, l’emploi et le développement de l’initiative privée. »

      nous répondons :

      force est de constater qu’ici la malhonnêteté intellectuelle est à son comble. désarmé, mal outillé et incapable de sortir les failles de la solidité de nos propositions monsieur ndour a simplement choisi de nous faire dire des choses que nous n’avons jamais dites : quelle bassesse ! quel aveu notoire d’impuissance ! françois mauriac avait raison de dire qu’écrire c’est se livrer.

      monsieur ndour vous pouvez prendre vos rêves pour la réalité mais permettez-nous de vous sortir de votre profond sommeil (nous savons que vous êtes des lions qui aimez dormir et rêver mais vu la situation dans laquelle vous avez mis le pays, le sommeil est un luxe qu’on ne peut plus s’offrir) afin que vous réalisiez la turpitude de votre démarche.

      qu’il nous soit permis ici de clarifier notre position nous n’avons jamais dit ni écrit que nous sommes viscéralement contre les exonérations fiscales comme monsieur ndour sembles nous le faire dire subrepticement. comment un parti qui compte d’aussi chevronnés fiscalistes, d’aussi brillants économistes peut tenir de telles idioties. nous avons dit et répété que certaines des exonérations fiscales sont inopportunes, inefficaces et discriminatoires et étant donné qu’une exonération est à apprécier à l’aune des résultats escomptés lors de sa création, il est irresponsable et inconséquent de continuer à supporter ce manque à gagner du fait desdites exonérations alors que les résultats n’ont pas été atteints. s’il est prouvé que des exonérations fiscales ne remplissent pas les objectifs assignés elles doivent simplement et purement être supprimées. en matière de la politique fiscale, nous préférons le pragmatisme à l’idéologie.

      nous nous inscrivons en faux contre cette affirmation fallacieuse qui voudrait que pastef fasse du matraquage. c’est une pure affabulation qui émanent de leur imagination.

      3- l’encours de la dette publique totale fin 2018 qui aurait dÛ representer plus de 67% du pib, mais avec des manipulations du ministere des finances est evalues a 45.2% du pib

      il dit :

      « ensuite j’avoue que je n’ai pas reconnu le fonctionnaire sonko quand il résume le changement de l’année de base de notre économie à une certaine ” manipulation du ministère des finances consistant à redéfinir la base de calcul des indicateurs macro-économiques” (voir page 151 du livre). sur ce point il a douté de la probité morale de tous les agents assermentés de l’agence nationale de la statistique et de la démographie qui ont été au cœur du projet »

      nous répondons :

      quel que soit le respect que nous vouons aux personnels du ministère des finances, nous ne saurions pas prendre leur affirmation ni pour une parole d’évangile, ni pour argent comptant. rappelle-toi de la célèbre phrase d’alain « le doute est le sel de l’esprit » et celle de stahl « la sottise se croit très habile et ne doute de rien. »

      monsieur ndour, votre entreprise de basse besogne est vouée à l’échec. cette tentative de diabolisation de sonko en essayant de le mettre en mal avec certains fonctionnaires en dit long sur votre incapacité notoire à fournir un argumentaire à même de battre en brèche ses idées.

      en guise de conseils nous vous demandons d’arrêter vos élucubrations et vos attaques sur la personne de sonko et d’accepter de débattre des sujets de fond, projet contre projet et vous ferez des heureux. les sujets ne manquent pas (politique économique- politique monétaire- politique publique- politique industrielle-réformes institutionnelles- réformes du système éducatif etc.). venez abordez ces questions qui sont les seules qui vaillent, nous vous y attendons de pieds ferme.

      cette stratégie de vouloir orienter le débat sur des questions marginales fera face à la maturité et à la vigilance de l’opinion publique. il ne vous reste que la résignation car forts du soutien indéfectible des populations, nous remporteront haut la main ces élections et mettrons hors d’état de nuire cette race de politiciens nuisible pour le sénégal.

      ibrahima traoré (paris)

      master audit et contrôle de gestion : institut des hautes études économiques et commerciales bordeaux

      master economie option finance : université montesquieu bordeaux
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (10:58 AM)
    merci wade, maky degage
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (11:01 AM)
    celui là est ce qu'il fait le poids ? il peut confondre charia et democratie
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (12:49 PM)
      vous faites erreur.....vous le confondez avec son autre demi frère du même nom qui reste toujours à l'apr....il y'a un autre "abdou mbacké bara dolly" qui milite à bokk guiss guiss de papa diop

      poussez vos recherches svp
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (11:22 AM)
    UN GRAND MONSIEUR MACHA ALLAH,TOUTES MES FÉLICITATIONS PRÉSIDENT
    Auteur

    Anonyme B Niang

    En Octobre, 2018 (12:30 PM)
    Salut. Pape Ale Niang, je vous prie de bien vouloir mettre les anciennes vidéos de ce nouveau

    Président du groupe parlement du PDS, comme tu delectes de le faire pour les autres.
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (12:50 PM)
      vous faites erreur.....vous le confondez avec son autre demi frère du même nom qui reste toujours à l'apr....il y'a un autre "abdou mbacké bara dolly" qui milite à bokk guiss guiss de papa diop

      poussez vos recherches svp
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (15:35 PM)
    Encore une erreur de Wade!!!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (16:30 PM)
    WADE WADE LE MEILLEUR  :sunugaal:  LAIS

    L'ami des pauvres c'est lui qui a donné la dignité au bas peuple aux marabouts depuis ils ne font plus la porte à porte  :brawoo:  :brawoo:   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (11:01 AM)
    Je voudrais savoir est ce que ce député serait celui qui avait créé un scandale sexuel en 2011 avec une certaine Zakia ou c'est son cousin?
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (02:13 AM)
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (02:13 AM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR